Guerre Civile et Rébellion En Syrie

Venez débattre et discuter de l'actualité géopolitique et militaire
Répondre
Avatar de l’utilisateur

Madjid-wahran
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 926
Inscription : 31 mars 2012, 10:52

Re: Guerre Civile et Rébellion En Syrie

Message par Madjid-wahran » 12 juillet 2018, 21:35

La ville de Daraa est libérée !

Pour l'instant pas encore de sources francophone. Mais en voici en anglais:
Syrian state TV says the government has raised the national flag over Daraa, the south Syrian city that was the cradle of the 2011 revolt against President Bashar Assad's rule.

The al-Ikhbariya TV station is broadcasting footage of officials raising the government's two-star flag over the rubble of the city after rebels agreed to give up the town earlier Thursday.

Daraa has suffered catastrophic damage as one of the cities at the center of Syria's seven-year-long civil war. At least 400,000 people have been killed and 11 million people displaced in the fighting between the government, rebels, and the Islamic State group.

https://abcnews.go.com/International/wi ... a-56538028
:cheers: :cheers:
7-4.jpg
Et du coup Bibi est en sueur, voyage éclair à Moscou ...
Netanyahu demande à Poutine de faire partir les Iraniens de Syrie

Ce mercredi 11 juillet, le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se sont rencontrés. Durant leur entretien Netanyahu a demandé au président russe que les forces iraniennes quittent la Syrie.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dit ce mercredi 11 juillet au président russe Vladimir Poutine que le président syrien Bachar al Assad n’avait rien à craindre d’Israël tout en demandant à Moscou de faire en sorte que les forces iraniennes quittent la Syrie, a dit un responsable israélien. « Nous ne prendrons aucune initiative contre le régime d’Assad et vous, vous sortez les Iraniens », a poursuivi ce responsable, citant des propos tenus par Benjamin Netanyahu à l’adresse de Vladimir Poutine lors d’une rencontre entre les deux hommes à Moscou.

https://www.ouest-france.fr/monde/israe ... ie-5875800
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
« Les chrétiens vont au Vatican, les musulmans à la Mecque et les révolutionnaires à Alger. » Amilcar Cabral , Ya Hasrra ...

Avatar de l’utilisateur

Chifboubara
Naqib (نقيب)
Naqib (نقيب)
Algeria
Messages : 1703
Inscription : 17 mars 2016, 23:21

Re: Guerre Civile et Rébellion En Syrie

Message par Chifboubara » 13 juillet 2018, 09:22

Excellent !

Une explication de l'affolement de bibi :
Par Nasser Kandil
jeudi 12 juillet 2018, par Comité Valmy

Que comprendre du silence de la Syrie
face à l’offre de Netanyahou ?


D’après le traducteur en langue arabe de la chaîne Al-Mayadeen, Netanyahou aurait résumé le but de sa rencontre avec Poutine ce 11 juillet en ces termes : « Cette semaine, je compte aller à la rencontre de Poutine... Je reviendrai sur deux principes fondamentaux : primo, nous ne tolérerons pas la présence militaire de l’Iran et de ses inféodés sur l’ensemble du territoire syrien ou à ses frontières, proches ou lointaines ; secundo, nous demanderons à l’Armée syrienne de respecter l’accord de désengagement de 1974 » [1].

Ainsi, il est clair que Netanyahou demande à la Syrie de tout simplement revenir à la situation d’avant 2011, comme si de rien n’était, comme si après tant de sacrifices et de souffrances endurées par le peuple syrien du fait de son soutien au terrorisme destructeur, il espérait que Vladimir Poutine l’aiderait à soumettre la Syrie à son bon vouloir et à l’arracher au camp de la Résistance.
Netanyahou fait mine d’oublier que ce n’est pas la Syrie qui a rompu l’accord de désengagement de 1974, comme l’a affirmé le délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies devant le Conseil de sécurité dès Septembre 2014 [2] et comme nous le rappelle M. Nasser Kandil aujourd’hui, avec les conséquences possibles d’une telle rupture [NdT].

Dès que la guerre de libération de la Ghouta a pris fin, dessinant la nouvelle réalité syrienne, les dirigeants et les médias de l’entité d’occupation ont adopté un nouveau discours traduisant clairement leur absence d’illusions quant à la possibilité de modifier l’équilibre des forces ; l’État syrien, son Armée et son Président ayant désormais la haute main sur le cours des choses.

Un nouveau discours bien ficelé et fondé sur la triade suivante :

• Reconnaissance des victoires successives de l’Armée arabe syrienne, victoires qu’Israël admet implicitement être incapable de contrer.

• Exigence d’un retour à l’accord de désengagement de 1974 [3], accord pourtant rompu ouvertement et délibérément par Israël pour lui substituer son projet d’une prétendue « ceinture de sécurité » en coopération avec le Front al-Nosra -branche d’Al-Qaïda en Syrie- considéré comme une force idéologique solide et cohérente sur laquelle il pouvait parier pour assurer la stabilité de ses frontières pendant des décennies ; un projet centré sur Daraa après des années de manipulations du Sud syrien avec la participation de la Saoudie, du Qatar, des États-Unis et de la Grande-Bretagne ; complicité qui a fait couler beaucoup d’encre et qui en fera couler encore et encore.

• Subordination du projet de règlement de ladite crise syrienne, par le déploiement de l’Armée syrienne dans tout le Sud syrien, au retrait total de l’Iran et du Hezbollah de toute la Syrie, puis à leur retrait de la région sud uniquement sur une profondeur de 25 à 40 Kms ; le minimum requis étant que ces deux forces n’accompagnent pas l’Armée syrienne dans les zones de déploiement consenties par ledit projet.

Entretemps, menaces et raids aériens se sont intensifiés sous le slogan « soit vous acceptez l’offre proposée, soit nous allons à une confrontation ouverte ». Une offre que l’État syrien a complètement ignorée en dépit de son adoption par les Américains prêts à se retirer de leur base militaire d’Al-Tanf dans le cadre de cette même offre, car parfaitement conscient que la raison essentielle de leur présence dans cette base au Sud du pays est de garantir la sécurité d’Israël, quitte à utiliser ce même procédé dans le Nord, en plus de chercher à bénéficier du « partenariat russe » en l’orientant vers ce type de négociations.

L’État syrien a donc répondu à sa manière en continuant à masser ses forces en direction Sud, tout en offrant aux milices armées l’occasion de se soumettre à ses propres conditions.

Puis, une fois cette question réglée, faisant fi des menaces du ministère américain de la Défense, l’offensive militaire syrienne victorieuse a commencé, avec pour seule réponse à l’offre renouvelée de Netanyahou : la participation du Hezbollah et des forces supplétives dirigées par des conseillers iraniens aux batailles du front sud ; réponse accompagnée du soutien aérien de la Russie, auquel ni les Américains, ni les Israéliens ne s’attendaient.

C’est ainsi que leurs espoirs ont été déçus comme à chaque fois que l’Armée syrienne a décidé du calendrier d’une bataille de libération. Et c’est sans doute pourquoi un nouveau raid israélien a été mené sur l’aéroport T4 et que d’autres raids auront probablement lieu, raids auxquels la Syrie répliquera plus fortement encore, tandis qu’il est désormais très clair que c’est sciemment qu’elle reste silencieuse sur ce qu’elle envisage, notamment, sur le front du Golan.

Un silence syrien devant lequel Israéliens et Américains devront patienter longtemps avant de pouvoir l’interpréter.

Un silence qui pourrait être en rapport avec sa conception de la souveraineté ; la Syrie jugeant inacceptable de subordonner le déploiement de l’Armée syrienne à des conditions qui feraient d’Israël un partenaire dans des négociations concernant la sécurité d’une partie du territoire syrien.

Et si la Syrie poursuit son avancée militaire vers les hauteurs du Golan c’est peut-être afin de recouvrer cette souveraineté de par sa propre volonté et ses propres capacités, auquel cas c’est à d’autres, et particulièrement à Israël, de choisir entre retrait et confrontation.

Mais que se passerait-il si une fois rendue sur les hauteurs du Golan, la Syrie continuait à ignorer l’offre de Netanyahou pour une deuxième raison non moins importante en rapport avec la souveraineté, vu qu’une partie de son territoire est toujours occupée et qu’elle ne serait pas disposée à entrer dans des négociations portant sur les frontières du Sud, à moins que les États-Unis et la Turquie ne cessent leur ingérence militaire illégitimes et illégales aux frontières nord du pays ?

Et que se passerait-il si elle continuait à ignorer l’offre en question même après avoir reconquis sa souveraineté jusqu’aux frontières nord de son territoire, signifiant qu’elle aurait décidé de mettre le sort du Golan occupé sur la table avant de passer à la reconstruction du pays, afin de s’épargner de futures destructions et d’exploiter la situation actuelle matérielle, morale et militaire, de son armée et de ses alliés ?

C’est dans ce dernier cas que les Israéliens devront commencer à s’inquiéter. En effet, Israël ayant rompu l’accord de désengagement de 1974, la recherche d’une alternative fondée sur les nouvelles donnes dépendrait de la cessation de l’occupation israélienne du Golan.

Et Donald Trump se rendra à Helsinki emportant avec lui ces questions et ces préoccupations israéliennes. D’où d’autres questions :

• Le retrait de l’Iran et du Hezbollah de Syrie deviendrait-il subordonné au retrait d’Israël du Golan occupé, au moment même où Israël tente de légitimer son annexion par les États-Unis selon le même procédé adopté pour Jérusalem ?

• L’avancée de l’Armée syrienne dans le Sud en prévision de son avancée vers les frontières nord du pays pousseraient-elles les États-Unis et Israël à une confrontation directe, évitée dans des conditions plus favorables qu’elles ne le sont aujourd’hui, ou bien décideront-ils de s’en remettre à une opération politique parrainée par la Russie, laquelle camouflerait leur défaite en leur sauvant un tant soit peu la face et réduirait leur grande panique à quelques inquiétudes ?

Nasser Kandil
10/07/2018

Traduction de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal

Source : Al-Binaa

Notes :

[1] Déclaration de Netanyahou avant sa rencontre du 11/07/ 2018 avec Poutine (33 ‘’- 54’’)


[2] Syrie : Les Israéliens jouent avec le feu et l’ONU se contente d’observer !
http://www.comite-valmy.org/spip.php ?article5046

[3] Résolution 350 (1974] du Coseil de sécurité de l’ONU
http://www.un.org/fr/documents/view_doc.asp ?symbol=S/RES/350(1974)

M. Nasser Kandil est un homme politique libanais, ex-député et rédacteur en chef du quotidien Al-Binna
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article10137
«Partout où je vais les gens me tendent la main pour demander quelque chose, sauf en Algérie où les gens m'ont tendu la main pour, au contraire, m'offrir quelque chose» Yann Arthus Bertrand
«Le grand art, c'est de changer pendant la bataille. Malheur au général qui arrive au combat avec un système» Napoléon Bonaparte

Avatar de l’utilisateur

Madjid-wahran
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 926
Inscription : 31 mars 2012, 10:52

Re: Guerre Civile et Rébellion En Syrie

Message par Madjid-wahran » 13 juillet 2018, 13:10

Chifboubara a écrit :
13 juillet 2018, 09:22


Que comprendre du silence de la Syrie
face à l’offre de Netanyahou ?


[ ... ]
Et Donald Trump se rendra à Helsinki emportant avec lui ces questions et ces préoccupations israéliennes. D’où d’autres questions :

• Le retrait de l’Iran et du Hezbollah de Syrie deviendrait-il subordonné au retrait d’Israël du Golan occupé, au moment même où Israël tente de légitimer son annexion par les États-Unis selon le même procédé adopté pour Jérusalem ?

• L’avancée de l’Armée syrienne dans le Sud en prévision de son avancée vers les frontières nord du pays pousseraient-elles les États-Unis et Israël à une confrontation directe, évitée dans des conditions plus favorables qu’elles ne le sont aujourd’hui, ou bien décideront-ils de s’en remettre à une opération politique parrainée par la Russie, laquelle camouflerait leur défaite en leur sauvant un tant soit peu la face et réduirait leur grande panique à quelques inquiétudes ?
Excellente analyse :super:
Je n'avais jamais penser à l'idée surligner en rouge, elle est peu probable mais pas mal. "Tant que vous occupez le Golan, Iran et Hezbollah resteront face à vous au sud. Vous voulez qu'ils partent ? Dégagez du Golan." Énorme mais peu probable. La Syrie debout et en bonne santé d'il y a 10-15 ans n'a rien réussi à faire pour le Golan c'est pas une moitié de Syrie en ruine qui va imposer ses conditions à l'axe impérialistes/sionistes.
Dernière modification par Madjid-wahran le 14 juillet 2018, 19:08, modifié 1 fois.
« Les chrétiens vont au Vatican, les musulmans à la Mecque et les révolutionnaires à Alger. » Amilcar Cabral , Ya Hasrra ...

Avatar de l’utilisateur

FULCRUM
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 5479
Inscription : 27 mars 2012, 22:46

Re: Guerre Civile et Rébellion En Syrie

Message par FULCRUM » 14 juillet 2018, 15:36

Oui mais il faut être réaliste, la Syrie va accepter l'offre de Netanyahou car elle ne peut pas faire autrement!
Image

Avatar de l’utilisateur

Chifboubara
Naqib (نقيب)
Naqib (نقيب)
Algeria
Messages : 1703
Inscription : 17 mars 2016, 23:21

Re: Guerre Civile et Rébellion En Syrie

Message par Chifboubara » 15 juillet 2018, 01:29

FULCRUM a écrit :
14 juillet 2018, 15:36
Oui mais il faut être réaliste, la Syrie va accepter l'offre de Netanyahou car elle ne peut pas faire autrement!
Je pense pour ma part que les iraniens vont appuyer là où ça fait mal, l'air de rien.

N'oubliez pas que les israéliens bombardent à tour de bras dès qu'ils peuvent parcequ'ils sont conscients du jeu de ces derniers.

Le plus "drôle" c'est que les avions israéliens ont de plus en plus de mal à faire le sale boulot et si l'un d'eux est abattu, ce sera officiellement par l'AAS.

La capacité de nuisance d'un état qui n'est pas stable (officiellement) est redoutable.

Laisser la situation pourrir pour remettre le golan sur la table est sûrement une option dans les cartons syriens ou iraniens.

Le pays est déjà détruit, alors un an de plus pour réclamer une portion annexée de son territoire ce ne sera pas cher payer.

Dans ce cas de figure (guerre asymétrique), il faudra mettre des bonhommes au sol. Beaucoup vont tomber. Et les israéliens ne sont pas connus pour leur culte du martyr. Quand les 1ers linceuls vont arriver à Tel Aviv, les mères deviendront moins guerrières.

Ce serait moi, je ferai tout pour maintenir même artificiellement une situation chaotique et y entraîner les véritables destabilisateurs et maitres de daech, al qaida et autre copyright americano-sioniste.

Un vrai retour à l'envoyeur...
«Partout où je vais les gens me tendent la main pour demander quelque chose, sauf en Algérie où les gens m'ont tendu la main pour, au contraire, m'offrir quelque chose» Yann Arthus Bertrand
«Le grand art, c'est de changer pendant la bataille. Malheur au général qui arrive au combat avec un système» Napoléon Bonaparte

Avatar de l’utilisateur

Chifboubara
Naqib (نقيب)
Naqib (نقيب)
Algeria
Messages : 1703
Inscription : 17 mars 2016, 23:21

Re: Guerre Civile et Rébellion En Syrie

Message par Chifboubara » 15 juillet 2018, 01:57

D'ailleurs ça gigote et certains israéliens s'affolent et commencent à tordre le bras aux décideurs US pour faire des annonces unilatérales du même acabit que celle concernant Jérusalem :
Exclusif : un ministre israélien dit que les États-Unis pourraient bientôt reconnaître la mainmise d’Israël sur le Golan.
Par Dan Williams
Golan
Source : Reuters, Dan Williams, 23-05-2018

JERUSALEM (Reuters) – Israël fait pression sur l’administration Trump pour qu’elle reconnaisse sa souveraineté sur le plateau du Golan occupé, a déclaré mercredi un ministre israélien, prédisant que l’assentiment des États-Unis pourrait intervenir d’ici quelques mois.

Interviewé par Reuters, le ministre du Renseignement Israël Katz a décrit l’approbation de la mainmise israélienne de 51 ans sur le Golan comme la proposition « en tête de l’ordre du jour » dans les pourparlers diplomatiques bilatéraux avec les États-Unis.

Toute mesure de ce genre serait considérée comme complémentaire à la sortie des États-Unis de l’accord nucléaire international avec l’Iran et à la reconnaissance par le président Donald Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël et l’ouverture d’une nouvelle ambassade des États-Unis dans cette ville ce mois-ci.

Les actions de Trump ont été saluées par Israël et ont suscité de vives inquiétudes parmi les principaux alliés européens de Washington.

« Nous sommes en accord avec Israël sur un large éventail de sujets », a déclaré un responsable de la Maison-Blanche, tout en refusant de confirmer les détails fournis par Katz sur le Golan.

Les hauteurs du Golan forment un plateau stratégique entre Israël et la Syrie d’environ 1 200 kilomètres carrés (460 miles carrés).

Elle faisait partie de la Syrie jusqu’à ce qu’Israël le conquière lors de la guerre des Six Jours en 1967. Elle a déplacé des colons israéliens dans la zone qu’elle occupait et a annexé le territoire en 1981, ce qui n’est pas reconnu internationalement.

Jadis prêts à envisager la restitution du Golan pour la paix avec la Syrie, les Israéliens ont fait valoir ces dernières années que la guerre civile en Syrie et la présence d’une garnison iranienne soutenant Damas montrent qu’ils ont besoin de garder le plateau stratégique.

Katz, membre du cabinet de sécurité du Premier ministre Benjamin Netanyahou, a présenté la proposition sur le Golan comme une extension potentielle de l’approche conflictuelle de l’administration Trump contre l’expansion régionale perçue et l’agression de l’Iran, l’ennemi juré d’Israël.

« C’est le moment idéal pour faire un tel geste. La réponse la plus douloureuse que vous pouvez donner aux Iraniens est de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le Golan – avec une déclaration américaine, une proclamation présidentielle, inscrite (dans la loi) », a-t-il dit.

Le message à Téhéran, a dit Katz, serait : « Vous voulez détruire (l’allié américain Israël), provoquer des attaques (contre lui) ? Regardez, vous avez exactement le contraire ».

La question, soulevée par Netanyahou lors de sa première rencontre à la Maison-Blanche avec le président Donald Trump en février 2017, fait actuellement l’objet de discussions à divers niveaux de l’administration et du Congrès des États-Unis, a dit M. Katz.

« Je pense qu’il y a une grande maturation et une forte probabilité que cela se produise », a-t-il dit. Lorsqu’on lui a demandé si une telle décision pourrait être prise cette année, il a ajouté : « Oui, à quelques mois près ».

Interrogé sur les commentaires de Katz, un fonctionnaire de l’ambassade des États-Unis en Israël a déclaré : « D’une manière générale, nous ne discutons pas de nos communications diplomatiques ».

La Russie, grande puissance alliée de Damas, a longtemps insisté pour que l’intégrité territoriale de la Syrie soit restaurée – une position qui exige implicitement la restitution éventuelle de la partie du Golan occupée par Israël.

Katz, cependant, a minimisé toute perspective d’un affrontement entre Moscou et Washington, en présentant la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté israélienne sur le Golan comme un élément d’une plus grande mosaïque syrienne.

UNE OPPORTUNITÉ

Alors que le président syrien Bachar al-Assad repousse l’insurrection contre lui, ce pourrait être l’occasion pour Assad et la Russie de diriger les Iraniens vers la sortie, a dit Katz.

Il a décrit la présence iranienne à proximité comme la principale préoccupation du gouvernement Netanyahou, en offrant implicitement à Assad une chance d’obtenir une immunité d’Israël.

Un soldat israélien se tient à côté de panneaux indiquant les distances des différentes villes, sur le mont Bental, un poste d’observation sur les hauteurs du Golan occupé par Israël qui surplombe le côté syrien du point de passage de Quneitra, en Israël, le 10 mai 2018. REUTERS/Ronen Zvulun

« C’est un moment de vérité pour Assad. Est-ce qu’il veut être un mandataire iranien, ou pas ? » Katz a dit. « S’il devient un mandataire iranien, alors tôt ou tard, il se condamne lui-même, parce qu’Israël agit contre l’Iran en Syrie… Si ce n’est pas le cas, nous avons toujours dit que nous n’avons aucun intérêt à nous y engager ».

La Russie, a dit M. Katz, répondrait à la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté israélienne sur le Golan en déclarant « qu’ils ne feront pas la même chose et qu’ils n’ont pas à soutenir cette idée ».

« Mais en réalité, de leur point de vue, si cela donne quelque chose à Israël dans le contexte syrien plus large, qu’est-ce que cela leur importe ? La survie d’Assad est plus importante pour eux, car la Syrie est si faible « , a-t-il dit. « Ils veulent un nouvel arrangement global. »

Katz a suggéré qu’une action américaine sur le Golan pourrait également inciter les Palestiniens – qui ont ignoré l’administration Trump depuis qu’elle a annoncé en décembre qu’elle transférerait l’ambassade de Tel-Aviv en Israël – à relancer les pourparlers de paix.

Les Palestiniens veulent que Jérusalem-Est soit la capitale de leur propre État, au même titre que la Cisjordanie, également occupée par Israël pendant la guerre de 1967 – parmi les conflits géographiques qui ont entravé leurs contacts diplomatiques avec Israël.

« Ils devraient se dépêcher de négocier avec Israël, parce que là où Israël dit qu’il est déterminé à être, il le sera, et il n’abandonnera pas, et l’histoire travaille en notre faveur », a-t-il dit.

La Syrie a essayé de récupérer le Golan occupé par Israël lors de la guerre au Moyen-Orient de 1973, mais l’assaut a été déjoué. Les deux parties ont signé un armistice en 1974 et la frontière terrestre est relativement calme depuis.

Des soldats israéliens se tiennent à côté de chars d’assaut sur le plateau du Golan occupé par Israël, en Israël, le 10 mai 2018. REUTERS/Ronen Zvulun

Depuis 1967, environ 20 000 colons israéliens se sont installés dans le Golan, qui est également à la frontière jordanienne. Quelque 20 000 musulmans druzes y vivent également. Israël a donné aux Druzes l’option de la citoyenneté, mais la plupart l’ont rejetée.

En 2000, Israël et la Syrie ont tenu leurs pourparlers au plus haut niveau sur une éventuelle restitution du Golan et un accord de paix. Mais les négociations ont échoué et les pourparlers qui ont suivi, sous la médiation de la Turquie, ont également échoué.

Reportage supplémentaire par Matt Spetalnick à Washington ; rédaction par Jeffrey Heller, Mark Heinrich et James Dalgleish.

Source : Reuters, Dan Williams, 23-05-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.
https://www.les-crises.fr/exclusif-un-m ... -williams/
«Partout où je vais les gens me tendent la main pour demander quelque chose, sauf en Algérie où les gens m'ont tendu la main pour, au contraire, m'offrir quelque chose» Yann Arthus Bertrand
«Le grand art, c'est de changer pendant la bataille. Malheur au général qui arrive au combat avec un système» Napoléon Bonaparte

Avatar de l’utilisateur

Chifboubara
Naqib (نقيب)
Naqib (نقيب)
Algeria
Messages : 1703
Inscription : 17 mars 2016, 23:21

Re: Guerre Civile et Rébellion En Syrie

Message par Chifboubara » 17 juillet 2018, 14:16

C'est de l'humour noir...

«Partout où je vais les gens me tendent la main pour demander quelque chose, sauf en Algérie où les gens m'ont tendu la main pour, au contraire, m'offrir quelque chose» Yann Arthus Bertrand
«Le grand art, c'est de changer pendant la bataille. Malheur au général qui arrive au combat avec un système» Napoléon Bonaparte

Avatar de l’utilisateur

Madjid-wahran
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 926
Inscription : 31 mars 2012, 10:52

Re: Guerre Civile et Rébellion En Syrie

Message par Madjid-wahran » 20 juillet 2018, 21:48

Situation général en Syrie au 20/07/2018:

20_july_syria_war_map-1024x952.jpg

Quelques jours encore pour nettoyer le sud-est inchAllah. Il restera le bastion d'Idlib comme grosse paire de manche.
La zone d'Al Tanf me parait être un cas diplomatique/géo-politique, récupérable surement autrement qu'avec les armes.

Et ensuite le groupe EI dans le désert + quelques cellules dans les territoires libérées récemment dont il faudra s'occuper.

Sont sous contrôle de l'AAS:
-l'Axe Daraa-Damas-Homs-Hama-Alep 'la Syrie utile"
-l'Axe stratégique dans le désert jusqu’à l'Irak Palmyre-Sukhna-Deir Ezzor-Al Bukamal
-la façade maritime
-la frontière libanaise
-bientôt la frontière jordanienne (excepté la zone d'Al Tanf)

On est loin de la situation du début du conflit.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
« Les chrétiens vont au Vatican, les musulmans à la Mecque et les révolutionnaires à Alger. » Amilcar Cabral , Ya Hasrra ...

Avatar de l’utilisateur

Chifboubara
Naqib (نقيب)
Naqib (نقيب)
Algeria
Messages : 1703
Inscription : 17 mars 2016, 23:21

Re: Guerre Civile et Rébellion En Syrie

Message par Chifboubara » 21 juillet 2018, 13:41

Je propose un échange :

La Syrie récupère son Golan et Israël récupère ses mercenaires égorgeurs modérés de mioches. :clown:
Damas pourrait reprendre le contrôle du plateau du Golan, selon un ex-général syrien
INTERNATIONAL
18:39 20.07.2018
(mis à jour 22:05 20.07.2018)
URL courte
221377
Les troupes gouvernementales syriennes sont en mesure de restaurer les frontières avec Israël de 2011, a déclaré à Sputnik le général syrien à la retraite Ali Maqsoud. Le plateau du Golan pourrait aussi passer sous contrôle de Damas, a-t-il indiqué.

Image d'illustration
© SPUTNIK . VALERIY MELNIKOV
Un cessez-le-feu global aurait été proclamé dans le gouvernorat syrien de Quneitra
Le plateau du Golan, occupé actuellement par l'armée israélienne, pourrait être rendu aux autorités syriennes, a fait savoir à Sputnik le général syrien à la retraite Ali Maqsoud.
«Après l'envoi dans le nord du pays des terroristes qui s'opposent à l'accord, l'armée restaurera les frontières avec Israël de 2011. Après cela, on peut mener des négociations avec Israël sur le retour du plateau du Golan à Damas. Maintenant, l'avantage dans le sud de la Syrie est du côté de Damas, et non de Tel Aviv», a notamment indiqué l'interlocuteur de Sputnik.

Selon M.Maqsoud, la Syrie est déterminée à reprendre le contrôle de ses territoires. L'ancien militaire a en outre ajouté que le gouvernement syrien n'empêchait pas Israël d'aider les radicaux à quitter Quneitra par des passages et corridors secrets.

«Il est important pour l'armée de libérer toute la province et d'y établir son contrôle. Encore mieux si on réussit à le faire avec un minimum de destructions de l'infrastructure et des bâtiments», a déclaré l'ancien général.

Un accord de cessez-le-feu global dans le gouvernorat de Quneitra a été conclu dans le cadre d'une entente portant sur l'établissement d'une trêve et le retrait de groupes armés, a annoncé le 19 juillet à Sputnik une source au sein des services de sécurité syriens. Selon cette source, l'entente prévoit également le retour de l'armée syrienne sur toutes ses positions définies par l'accord de 1974 sur le désengagement entre Israël et la Syrie.

Plateau du Golan
© AFP 2018 JALAA MAREY
Poutine appelle à régler le problème du Golan après la défaite des terroristes en Syrie
La source a précisé que cette décision avait été adoptée dans le contexte de l'évacuation vers Idlib des radicaux intransigeants et du rétablissement du statut de ceux qui ont accepté de déposer les armes et passer la procédure de réhabilitation.
Israël occupe depuis 1967 quelque 1.200 km2 du plateau du Golan qui appartenait à la Syrie avant la guerre des Six Jours. En 1981, le parlement israélien a adopté la Loi sur les hauteurs du Golan, proclamant unilatéralement la souveraineté de l'État hébreu sur ce territoire. Le Conseil de sécurité de l'Onu a qualifié cette annexion d'illégale par sa résolution 497 adoptée le 17 décembre 1981. Environ 510 km2 du plateau du Golan restent sous le contrôle du gouvernement syrien.
https://fr.sputniknews.com/internationa ... al-syrien/
«Partout où je vais les gens me tendent la main pour demander quelque chose, sauf en Algérie où les gens m'ont tendu la main pour, au contraire, m'offrir quelque chose» Yann Arthus Bertrand
«Le grand art, c'est de changer pendant la bataille. Malheur au général qui arrive au combat avec un système» Napoléon Bonaparte


stetch
Arif (عريف)
Arif (عريف)
Algeria
Messages : 144
Inscription : 22 juillet 2014, 01:10

Re: Guerre Civile et Rébellion En Syrie

Message par stetch » 22 juillet 2018, 08:47

https://www.lemonde.fr/syrie/article/20 ... 18247.html

800 casque blancs et leurs familles exfiltrés par Tsahal seront dispatchés entre le Canada, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, je suppose que les jeux étant faits, le deal était: vous nous sortez de là où on cafte tout sur les attaques chimiques...Pour les occidentaux la partie est terminée en Syrie, ils reprennent leurs billes, et ils essayent d'effacer les preuves de leurs crimes, mensonges et toutes les saloperies dont ils ont usé et abusé pour faire plier le peuple syrien et son armée... en vain!!!


fronov
Arif (عريف)
Arif (عريف)
Messages : 207
Inscription : 19 avril 2012, 12:13

Re: Guerre Civile et Rébellion En Syrie

Message par fronov » 22 juillet 2018, 12:08

stetch a écrit :
22 juillet 2018, 08:47
https://www.lemonde.fr/syrie/article/20 ... 18247.html

800 casque blancs et leurs familles exfiltrés par Tsahal seront dispatchés entre le Canada, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, je suppose que les jeux étant faits, le deal était: vous nous sortez de là où on cafte tout sur les attaques chimiques...Pour les occidentaux la partie est terminée en Syrie, ils reprennent leurs billes, et ils essayent d'effacer les preuves de leurs crimes, mensonges et toutes les saloperies dont ils ont usé et abusé pour faire plier le peuple syrien et son armée... en vain!!!
Puréé fedho rwahhom direct 3inani ya latiff !!! :lol:
Je veux bien voir la gueule de leur quelques sympathisants ici en Algérie et ailleurs, aidé par qui ? :bounce: :bounce: :bounce:

Avatar de l’utilisateur

FULCRUM
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 5479
Inscription : 27 mars 2012, 22:46

Re: Guerre Civile et Rébellion En Syrie

Message par FULCRUM » 22 juillet 2018, 12:46

On vois qui est daech, qui forme les terroriste islamistes, qui sont les wahabites et bien c'est israel et les sionistes et ces chiens viennent salir l'islam!
Image

Avatar de l’utilisateur

Chifboubara
Naqib (نقيب)
Naqib (نقيب)
Algeria
Messages : 1703
Inscription : 17 mars 2016, 23:21

Re: Guerre Civile et Rébellion En Syrie

Message par Chifboubara » 22 juillet 2018, 15:33

C'est pour cela que parlais d'échanges gagnant-gagnant.

Parmis les 800 rats, il y en a un certain nombre qui ont du sang sur les mains. C'est majoritairement le canada qui va assumer.

Bon courage à eux vu ce que les rongeurs pensent des kouffars.....
«Partout où je vais les gens me tendent la main pour demander quelque chose, sauf en Algérie où les gens m'ont tendu la main pour, au contraire, m'offrir quelque chose» Yann Arthus Bertrand
«Le grand art, c'est de changer pendant la bataille. Malheur au général qui arrive au combat avec un système» Napoléon Bonaparte


stetch
Arif (عريف)
Arif (عريف)
Algeria
Messages : 144
Inscription : 22 juillet 2014, 01:10

Re: Guerre Civile et Rébellion En Syrie

Message par stetch » 22 juillet 2018, 15:45

https://southfront.org/four-free-syrian ... to-israel/
Ce n'est plus une retraite ordonnée, c'est le sauve qui peut général... UNE DÉBÂCLE pour les wahabo-sionistes !!!! :super: :super:

Avatar de l’utilisateur

motu
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 2085
Inscription : 30 mars 2012, 12:41

Re: Guerre Civile et Rébellion En Syrie

Message par motu » 22 juillet 2018, 16:46

Chifboubara a écrit :
22 juillet 2018, 15:33
C'est pour cela que parlais d'échanges gagnant-gagnant.

Parmis les 800 rats, il y en a un certain nombre qui ont du sang sur les mains. C'est majoritairement le canada qui va assumer.

Bon courage à eux vu ce que les rongeurs pensent des kouffars.....
Ces rongeurs comme tu dis sont aux ordres de leurs maitres ,ils ne mordront jamais la main Kouffar qui les nourrit ,ils resteront aux chaud jusqu’à ce qu’on leur déniche un nouvel emploi ,si possible au moyen orient , les attentats qui ont eu lieu en europe ( soit disant commandités par Daech ) sont le fait d’éléments hors de controle issus pour la plupart de ces pays et qui ont voulu regler des comptes personnels suite à des années de frustrations et d’echec social dans les banlieues difficiles ,même les terroristes qui n’ont jamais vécu en europe et qui ont été impliqués dans les attentats ont été manipulés et envoyés en europe par des djihadistes européens à qui on a confié des postes importants dans la hierarchie de l’organisation de l’EI du fait de leurs competences dans certains domaines ( maitrise des médias ,maitrise des reseaux informatique ,maitrise des techniques de piratage , maitrise des langues européennes et surtout absence d’empathie pour les populations locales ) . :avo:

Répondre

Revenir à « Conflits internationaux »