SONATRACH

Toutes les discussions a propos de la politique, de l'économie et de la société Algérienne (uniquement)
Répondre
Avatar de l’utilisateur

sadral
Aqid (عقيد)
Aqid (عقيد)
Algeria
Messages : 5673
Inscription : 03 avril 2012, 19:55

Re: SONATRACH

Message par sadral » 17 avril 2019, 10:37

CHEVRON en achetant son compatriote ANADARKO fait son entrée en Algérie
Le géant pétrolier Chevron rachète sa compatriote Anadarko pour 33 milliards

Le géant pétrolier américain Chevron a cassé sa tirelire vendredi pour racheter sa compatriote Anadarko : pour 33 milliards de dollars, elle renforce sa position dans le gaz naturel liquéfié (GNL) et dans la région riche en pétrole du bassin permien.

Cette transaction est l’une des plus importantes dans le secteur pétrolier depuis le rachat en 2015 pour 61 milliards de dollars de BG Group par Royal Dutch Shell.

Elle intervient au moment où les prix du pétrole sont en train de rebondir après plusieurs années de forte baisse qui ont entraîné une dégringolade des bénéfices et des investissements des majors pétrolières à travers le monde.

Il n’est pas exclu une surenchère d’un autre groupe pétrolier. D’après la chaîne de télévision CNBC, la société américaine Occidental Petroleum a approché Anadarko en lui offrant un prix plus élevé mais ses avances ont été repoussées. Occidental Petroleum, qui n’a pas répondu aux sollicitations de l’AFP, n’a pas dit son dernier mot, affirme CNBC.

Le mariage Chevron-Anadarko traduit le double pari du premier d’investir massivement dans le nouvel eldorado du secteur : la région du bassin permien, qui s’étend de l’ouest du Texas au sud-est du Nouveau Mexique.

Cette zone abrite les principales réserves américaines et est devenue le champ le plus prolifique au monde devant le bassin saoudien Ghawar avec des extractions de 4,1 millions de barils par jour (mbj).

Chevron, qui investit abondamment dans les sites australiens de GNL de Gorgon et Wheatstone, choisit ainsi également de miser sur le gaz naturel devenu une des ressources les plus prisées par les majors au moment où la lutte contre le changement climatique a rendu les énergies fossiles indésirables. « Les géants de l’énergie reconnaissent qu’ils ont besoin d’investir plus dans le gaz de schiste et les énergies renouvelables« , a commenté Jarand Rystad, fondateur du cabinet Rystad Energy, estimant que Chevron va devenir le « leader incontesté » en matière de production dans le bassin permien avec une extraction de 1,6 mbj d’ici 2025 devant ExxonMobil. « La combinaison des actifs de grande qualité d’Anadarko et de notre portefeuille renforce notre position de leader dans le Bassin permien, permet d’étendre nos capacités dans le golfe du Mexique et renforce notre activité dans le gaz naturel liquéfié« , s’est réjoui Michael Wirth, le PDG de Chevron, cité dans un communiqué.
Chevron va aussi mettre la main sur un projet important dans le GNL d’Anadarko au Mozambique, en concurrence avec ExxonMobil.
La société, dont c’est la plus grosse acquisition depuis le rachat de Texaco en 2000, va également prendre le contrôle d’un corridor dans le bassin du Delaware (Texas) riche en gaz de schiste et se renforcer dans le golfe du Mexique pour l’exploration pétrolière en eaux profondes. « Chevron va devenir la deuxième major productrice » d’hydrocarbures au monde, avance Roy Martin chez Wood Mackenzie, devant Royal Dutch Shell et BP mais derrière ExxonMobil. Les géants publics comme Aramco ne sont pas classés.

Notons qu’Anadarko détient des actifs en Algérie. Il produit près de 260.000 barils/jour notamment sur le champ Hassi Berkine Le groupe exploite également en partenariat avec Sonatrach le gisement El Merk à Illizi qui représente l’une des plus grandes découvertes de brut réalisées en Algérie ces dernières années avec des réserves estimées à 1,2 milliard de barils de pétrole et de condensat.
Source: AFP


Algeria's Sonatrach says to hold talks with Chevron next week

La société publique algérienne Sonatrach s'entretiendra la semaine prochaine avec l'entreprise américaine Chevron Corp, qui vient de racheter Anadarko, afin de discuter d'un partenariat pour la production de pétrole et de gaz de schiste, a déclaré mardi à Reuters le PDG de Sonatrach.

"Chevron est une grande entreprise et nous sommes heureux de l'avoir ici avec nous en Algérie car elle apportera savoir-faire et expertise", a déclaré Abdelmoumen Ould Kaddour dans son bureau à Alger.
Source: REUTERS
« Une page est tournée ; l'Algérie est d'abord fille de son histoire, qu'elle ait surmonté l'épreuve coloniale et même défié l'éclipse, atteste, s'il en était besoin, de cette volonté inextinguible de vivre sans laquelle les peuples sont menacés parfois de disparition.
L'ornière qui nous a contraints à croupir dans l'existence végétative des asphyxies mortelles nous imposa de nous replier sur nous-mêmes dans l'attente et la préparation d'un réveil et d'un sursaut qui ne pouvaient se faire, hélas ! que dans la souffrance et dans le sang. La France, elle-même, a connu de ces disgrâces et de ces résurrections. » Le président Houari Boumediene.

Avatar de l’utilisateur

sadral
Aqid (عقيد)
Aqid (عقيد)
Algeria
Messages : 5673
Inscription : 03 avril 2012, 19:55

Re: SONATRACH

Message par sadral » 17 avril 2019, 10:52

Quelques détails sur l'investissement de SONATRACH en Turquie dans le méga projet de pétrochimie

Giant petrochemical investment in Adana to cut Turkey's current account deficit by $2 billion

645x344-giant-petrochemical-investment-in-adana-to-cut-current-account-deficit-by-2-billion-1553460520864.jpg
Environment and Urbanization Minister Murat Kurum (third from right) and Rönesans Holding Chairman Erman Ilıcak examine the mock-up version of the Ceyhan Petrochemical Industrial Zone project, Adana, March 24, 2019.

Located at the intersection of consumer and producer markets, Turkey's southeastern province of Adana is welcoming an $8 billion petrochemical investment. The project, to be realized with Turkish, Algerian, Dutch and South Korean partners, will reduce the current account deficit by an estimated $2 billion


The Ceyhan Petrochemical Industry Zone project slated for Ceyhan, Adana, an intersection in terms of supply and demand, will contribute $2 billion to the reduction of foreign dependency and thus the current account deficit in petrochemical products. Standing out as the biggest project of the petrochemical industry, one of the most important development resources of developed countries, the Ceyhan Petrochemical Industrial Zone project will position Turkey as the global production base in the field. Gearing up for the first investment in the Ceyhan Petrochemical Industrial Zone with Algeria's national energy company Sonatrach and South Korean GS Engineering and Construction (E&C), Rönesans Holding will undertake the management and infrastructure development of the region with the Dutch Port of Rotterdam, which is also serving as a front in attracting international investors to Ceyhan.

The introductory meeting of the Ceyhan Petrochemical Industry Zone, in which Rönesans Holding is taking part as the managing company in cooperation with the Dutch Port of Rotterdam and the Adana Chamber of Industry (ASO), was held yesterday in Adana. Participating in the event was Environment and Urbanization Minister Murat Kurum and Rönesans Holding Chairman Erman Ilıcak along with the representatives from the Algerian, South Korean and Dutch partners of the $8 billion investment.

In his speech at the meeting, Environment and Urbanization Minister Kurum said the annual production capacity of the Polypropylene Production Facility to be realized in Ceyhan will be 450,000 tons, which will pave the way for domestic production and prevent foreign dependency on the raw material. Minister Kurum further noted that once the facilities are completed, Turkey will close an annual deficit of $2 billion and generate revenue of $4 billion to $5 billion.
"This project, which will reduce our dependence on foreign countries, will make our economy stronger in all respects. External dependence breaks the resistance of all sectors. These companies will now be able to stand firm against the fluctuations in the currency," he said.

Rönesans Holding Chairman Ilıcak pointed out that they have taken the first step to establish a petrochemical industry region in Ceyhan, which is included in President Recep Tayyip Erdoğan's medium-term economic program covering the period between 2019 and 2021 as a priority project, to produce many petrochemical products, including polypropylene, polyethylene and PVC, which cost about $ 15 billion every year, in this scope, and to provide employment for at least 10,000 people.

Referring to the studies conducted in previous years, Ilıcak recalled that in 2007, it was decided to establish an energy specialization zone in an area of 14 million square meters in Ceyhan with the decision of the Council of Ministers.

"It was a very comprehensive project covering refineries, petrochemical plants, thermal power plants, ports, and even shipyards," Ilıcak further explained.

"Many companies, including the Adana Chamber of Industry and the Ministry of Industry and Technology, worked hard to bring this project to life. But the global crisis in 2008, followed by the decline in oil prices, greatly reduced the number of related companies. Those who wanted to come, on the other hand, used years of expropriation lawsuits, inconclusive development works, and the infrastructure investments that could not start, especially the port infrastructure, as an excuse," Ilıcak said, underlining that they are the ninth largest construction and investment company in Europe, with 75,000 employees and about $10 billion in active assets.

A PROJECT OF GREAT OPPORTUNITIES

Port of Rotterdam Vice President Rene van der Plas stated that the Port of Rotterdam is the world's largest port, indicating the importance they give to infrastructure, as well as their geographic location, has brought them to their current scale.

"The petrochemical industry region to be established in Ceyhan is a great opportunity," van der Plas noted, adding that this region will be a game-changing move for Turkey.

"A project that will offer new opportunities," he continued. "This region already has the necessary connections with natural gas and oil pipelines. The fact that Turkey acts as a bridge between Europe and Asia and that Ceyhan is able to ship easily to the Middle East and Africa is one of the keys to success. We hope to use our experience in worldwide shipping of decades here."

Later taking the stand, GS E&C Vice President Kim Hyeong-Seon expressed his happiness to be a part of the Ceyhan Petrochemical Industrial Zone Project, saying the project will make a great contribution to Ceyhan's economy.

Suggesting that Ceyhan will be one of the important petrochemical centers of the region after the first step taken at the introductory meeting, Hyeong-Seon said, "We have many important projects in our history and we have had a lot of cooperation with Turkey. We are one of the leading companies in EPC (engineering procurement and construction) projects in the world. Our projects, two in İzmir, one in İzmit and one in Kırıkkale, have been successfully underway since 2011."

Pointing to their experience and investment in different petrochemical projects both in South Korea and internationally, Hyeong-Seon said they will be successful in the Ceyhan project as well.

"We believe our achievements will add strength and speed to the economic development of Ceyhan and Turkey," he said. "As you know, there are no sources of oil and natural gas in South Korea. However, despite the lack of natural resources in our country, our government has given great importance to infrastructure development since the 1970s. Turkey is also a model country in this sense. We believe we will add value to this region and provide a satisfactory level of service."

Sonatrach Vice President Toufik Hakkar also recalled that Sonatrach and Rönesans signed a memorandum of understanding in order to produce polypropylene by establishing a petrochemical plant in Ceyhan in 2017 and that today they took the first step to realize this project, emphasizing the strategic importance of this project for both companies.

"With this project, the production of polypropylene raw materials will begin in this part of Turkey and the world. Sonatrach, a public company in Algeria, has also a market with over 2 million tons of demand," he said. "We are establishing a public-private partnership with Rönesans, a private organization. This project is very important for Sonatrach since it is our first project outside Algeria with such a high capacity. It is also part of our strategy of opening abroad."
https://www.dailysabah.com/energy/2019/ ... -2-billion

Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
« Une page est tournée ; l'Algérie est d'abord fille de son histoire, qu'elle ait surmonté l'épreuve coloniale et même défié l'éclipse, atteste, s'il en était besoin, de cette volonté inextinguible de vivre sans laquelle les peuples sont menacés parfois de disparition.
L'ornière qui nous a contraints à croupir dans l'existence végétative des asphyxies mortelles nous imposa de nous replier sur nous-mêmes dans l'attente et la préparation d'un réveil et d'un sursaut qui ne pouvaient se faire, hélas ! que dans la souffrance et dans le sang. La France, elle-même, a connu de ces disgrâces et de ces résurrections. » Le président Houari Boumediene.


ANP4DZ
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Messages : 861
Inscription : 11 avril 2015, 21:30

Re: SONATRACH

Message par ANP4DZ » 17 avril 2019, 11:34

sadral a écrit :
17 avril 2019, 10:37
CHEVRON en achetant son compatriote ANADARKO fait son entrée en Algérie
Le géant pétrolier Chevron rachète sa compatriote Anadarko pour 33 milliards

Le géant pétrolier américain Chevron a cassé sa tirelire vendredi pour racheter sa compatriote Anadarko : pour 33 milliards de dollars, elle renforce sa position dans le gaz naturel liquéfié (GNL) et dans la région riche en pétrole du bassin permien.

Cette transaction est l’une des plus importantes dans le secteur pétrolier depuis le rachat en 2015 pour 61 milliards de dollars de BG Group par Royal Dutch Shell.

Elle intervient au moment où les prix du pétrole sont en train de rebondir après plusieurs années de forte baisse qui ont entraîné une dégringolade des bénéfices et des investissements des majors pétrolières à travers le monde.

Il n’est pas exclu une surenchère d’un autre groupe pétrolier. D’après la chaîne de télévision CNBC, la société américaine Occidental Petroleum a approché Anadarko en lui offrant un prix plus élevé mais ses avances ont été repoussées. Occidental Petroleum, qui n’a pas répondu aux sollicitations de l’AFP, n’a pas dit son dernier mot, affirme CNBC.

Le mariage Chevron-Anadarko traduit le double pari du premier d’investir massivement dans le nouvel eldorado du secteur : la région du bassin permien, qui s’étend de l’ouest du Texas au sud-est du Nouveau Mexique.

Cette zone abrite les principales réserves américaines et est devenue le champ le plus prolifique au monde devant le bassin saoudien Ghawar avec des extractions de 4,1 millions de barils par jour (mbj).

Chevron, qui investit abondamment dans les sites australiens de GNL de Gorgon et Wheatstone, choisit ainsi également de miser sur le gaz naturel devenu une des ressources les plus prisées par les majors au moment où la lutte contre le changement climatique a rendu les énergies fossiles indésirables. « Les géants de l’énergie reconnaissent qu’ils ont besoin d’investir plus dans le gaz de schiste et les énergies renouvelables« , a commenté Jarand Rystad, fondateur du cabinet Rystad Energy, estimant que Chevron va devenir le « leader incontesté » en matière de production dans le bassin permien avec une extraction de 1,6 mbj d’ici 2025 devant ExxonMobil. « La combinaison des actifs de grande qualité d’Anadarko et de notre portefeuille renforce notre position de leader dans le Bassin permien, permet d’étendre nos capacités dans le golfe du Mexique et renforce notre activité dans le gaz naturel liquéfié« , s’est réjoui Michael Wirth, le PDG de Chevron, cité dans un communiqué.
Chevron va aussi mettre la main sur un projet important dans le GNL d’Anadarko au Mozambique, en concurrence avec ExxonMobil.
La société, dont c’est la plus grosse acquisition depuis le rachat de Texaco en 2000, va également prendre le contrôle d’un corridor dans le bassin du Delaware (Texas) riche en gaz de schiste et se renforcer dans le golfe du Mexique pour l’exploration pétrolière en eaux profondes. « Chevron va devenir la deuxième major productrice » d’hydrocarbures au monde, avance Roy Martin chez Wood Mackenzie, devant Royal Dutch Shell et BP mais derrière ExxonMobil. Les géants publics comme Aramco ne sont pas classés.

Notons qu’Anadarko détient des actifs en Algérie. Il produit près de 260.000 barils/jour notamment sur le champ Hassi Berkine Le groupe exploite également en partenariat avec Sonatrach le gisement El Merk à Illizi qui représente l’une des plus grandes découvertes de brut réalisées en Algérie ces dernières années avec des réserves estimées à 1,2 milliard de barils de pétrole et de condensat.
Source: AFP


Algeria's Sonatrach says to hold talks with Chevron next week

La société publique algérienne Sonatrach s'entretiendra la semaine prochaine avec l'entreprise américaine Chevron Corp, qui vient de racheter Anadarko, afin de discuter d'un partenariat pour la production de pétrole et de gaz de schiste, a déclaré mardi à Reuters le PDG de Sonatrach.

"Chevron est une grande entreprise et nous sommes heureux de l'avoir ici avec nous en Algérie car elle apportera savoir-faire et expertise", a déclaré Abdelmoumen Ould Kaddour dans son bureau à Alger.
Source: REUTERS
En Europe, lorsqu'il ya rachat de societe, l'autorite du pays d'origine doit approuve la vent, et apres ca, la vente officielle de la filliale de la societe dans un pays X n'est pas approuve avant la réunion du parlement qui approuve souvent la vente apres negociations ou réunions avec l'acquereur qui donnent des garantis tel que le mentiens des postes d'emplois au moins pendant x temps, le maitiens ou l'accroissement du niveau d'activite, engagement a respecter les promesse d'investissement faites précedement..etc ce genre de garantis, donc si en Algérie ca ne serait pas le travail du parlement pour des raisons de gouverance, ca devrais etre au moins le travail de l'agence ALNAFT et pas celui de SONATRACH. Pour la Sonatrach ils ont des projets ensemble, il s'agit surtout de sonder l'intention de Chevron concernant les investissements et projet en commun, juste pour voir si ils sont motive a investir autant voir plus, ou bien se désangager et vendre au mieux disant la filliaile Algérie et mieux se situé par rapport à la nouvelle donne, le role est différent. l'un n'interdit pas l'autre, Sonatrach, repésente l'interet de la societe Sonatrach et l'état doit défendre les droits des employs, la vitalités et le niveau d'activité du sécteur pétrolier,la promotion de normes de sécurités, d'écologie ..ou autres, on croix souvent que Sonatrach est l'état, en réalité Sonatrach est une société dont les intéret peuvent bien etre en contradiction avec les intéret de l'état, et ca politique, en suposant que l'état à une stratégie et une politique à défendre et ne s'adosse pas trops sur la Sonatrach.

Répondre

Revenir à « Actualités en Algérie »