Le Programme Spatial Algérien

Toutes les discussions a propos de la politique, de l'économie et de la société Algérienne (uniquement)
Répondre

Topic author
cesam
Raqib (رقيب)
Raqib (رقيب)
Algeria
Messages : 430
Inscription : 30 mars 2012, 11:49

Le Programme Spatial Algérien

Message par cesam » 13 avril 2012, 19:28

DEUX SATELLITES ALGERIENS EN ORBITE ET LE TROISIÈME ENTIÈREMENT REALISE À ARZEW
VISITE AU CENTRE NATIONAL D'ÉTUDES SPATIALES
Le programme spatial national Alsat-2, qui ambitionne de doter l’Algérie de deux satellites très haute résolution pour ses besoins en communications satellitaires et d’observation scientifique du territoire, poursuit sa phase de réalisation. Conduit en partenariat avec l’Agence spatiale algérienne (Asal) et EADS Astrium, ce projet se concrétisera avec à la clé un transfert de compétence et de savoir-faire entre le maître-d’œuvre et le Centre national d’études spatiales d’Arzew (CNTS), rattaché à l’Asal, qui en assurera l’exploitation. Afin d’en savoir plus sur ce centre qui sera responsable du programme Alsat-2 nous nous sommes rendu au chef-lieu de la daïra d’Arzew, à environ 30 km à l’est de la ville d’Oran, où est implanté cet important centre des techniques spatiales.

Créé en 1987, ce centre portait à cette époque le nom du CNTS (Centre national des techniques spatiales). Avant 1987, le site où le CNTS a été érigé, était en fait l’Ecole nationale des sciences géodésiques. C’est en 2007 que le nom du CNTS a été changé pour devenir actuellement le CTS. L’on saura que jusqu’en 2007, ce centre a formé dans ses domaines de compétence 721 ingénieurs d’Etat et 153 magistères. Selon M. Madani Aarizou, le directeur du centre, le CTS est une entité opérationnelle relevant de l’Agence spatiale algérienne (Asal).
Une formation de qualité
Concernant la formation, ce centre forme, par le biais de son département dit de formation et d’information, en moyenne 35 ingénieurs (de diverses spécialités) et 35 techniciens supérieurs par an. Au bout de cinq ans (durée nécessaire pour la formation d’un ingénieur) 2 techniciens sont formés parallèlement à la formation des ingénieurs puisque la formation d’un technicien supérieur ne nécessite que 2 ans et demi. Le CTS assure également des formations de post-graduation, des formations à la carte et initie des cadres attachés aux diverses administrations à l’usage des produits livrés (des produits développés au niveau du centre au profit des administrations et autres institutions). Concernant le cycle ingénieur, «son objectif est de former des ingénieurs polyvalents destinés à concevoir, diriger et contrôler l’exécution des travaux de géodésie, de photogrammétrie, de topographie et de cadastre», nous explique-t-on.

Cependant, «le cycle de technicien supérieur a pour objectif de former des TS destinés à l’exécution des travaux de topographie, topométrie, géodésie, photogrammétrie, cartographie et de cadastre». Concernant la formation de post-graduation, il existe deux spécialités : magistère techniques spatiales et application (géotique, géodésie et télédétection) et magistère instrumentation spatiale (télécommunication spatiale et technologie des satellites). C’est avec fierté que le directeur du CTS dira : «Il nous arrive des fois de recevoir des chefs de grandes entreprises qui viennent pour convaincre à tout prix nos étudiants à intégrer leurs sociétés dès qu’ils arrivent au terme de leurs formations, en leur proposant des présalaires et autres offres, c’est parce qu’ils sont au courant de la qualité de formation que nous dispensons ici.»
Un GPS de la ville d’Oran de très haute précision.

Le directeur du centre nous explique que le CTS dispose pour remplir cette mission de cinq divisions de recherche : observation de la Terre, instrumentation et mécanique spatiale, géodésie, géomantique et télédétection. «Nous menons au niveau de ce centre des recherches et des études ciblées, visant à résoudre des problèmes affrontés sur le terrain par différents responsables et autres autorités locales», explique le directeur. Le directeur du centre nous explique également que le CTS «a réalisé de nombreux projets au profit des services de la direction des travaux publics (telle la mise en place d’un système de positionnement par satellite GPS de la ville d’Oran de très haute précision, le premier du genre en Algérie et qui devra être utilisé au terme de la formation des agents de la DTP dans le mois de décembre), ainsi que d’autres au profit du ministère de l’Intérieur (réalisation d’une carte géographique interactive qui affiche en temps réel, lors des élections, le taux de participation, coordonnés des différents centres de vote éparpillés un peu partout au niveau national, la position géographique de ces derniers, ainsi que d’autres paramètres.

Un travail qui permet également par la suite la sauvegarde de ces données pour qu’il soient utilisés ultérieurement en cas de nécessité, et ceci dans un délais record (environ 15 jours seulement)». Et de poursuivre : «De même que le CTS a mené des recherches relatives à l’étude des aléas sismiques, mouvement des plaques de sol ainsi que le mouvement du sable (problème de désertification menaçant les wilayas des hauts plateaux), feux de forêt, lutte anti-acridienne, ainsi que d’autres domaines.» Il précise : «Nous ne nous contentons pas de l’observation et de l’étude des problèmes rencontrés par ceux qui nous sollicitent, mais nous réalisons également des synthèses à la fin de chaque étude, là où nous proposons des solutions basées sur des analyses et des méthodes scientifiques.» Il ajoute : «Nous n’utilisons pas uniquement les photos et les données transmises par notre satellite (ALSAT 1), en cas de nécessité nous sollicitons également les services d’autres satellites étrangers et dans ce cas, la mission du CTS sera de traiter ces informations et de les utiliser afin de réaliser les projets qui nous sont confiés.»
Téléguider nos satellites à partir du territoire national

D’autre part, le centre spatial d’Arzew dispose d’une station au sol chargée de communiquer et de téléguider le satellite algérien Alsat 1. Lors de notre visite au centre en compagnie du directeur du CTS, le responsable de cette unité nous dira que «la mission de notre station au sol est de communiquer et de gérer le satellite en question. Ainsi, à l’aide de nos équipements (terminal ultra-sophistiqué chargé du traitement des données numériques transférées de la station, et des assiettes paraboliques dotées de têtes émettrices et réceptrices placées au-dessus du toit de ladite station), nous passons les commandes vers le satellite et recevons les données depuis ce dernier lorsqu’il est en vision, et ceci, pour répondre aux besoins des divisions de recherche relevant du centre en matière première (photos et données reçues dans leur état brut) (notamment la division : observation de la Terre), ainsi que pour surveiller l’état de santé du satellite (un travail qui se fait en étroite collaboration avec la division d’instrumentation et mécanique spatiales)». Le CTS coopère avec d’autres centres de recherche et d’études spatiaux de diverses nationalités, tel le CNES (Centre national d’études spatiales France : projet d’étude épidémiologique concernant le bassin méditerranéen), l’Angleterre (transfert de savoir entre SSTL et le CTS), l’Italie, l’Argentine, la Syrie ainsi qu’avec d’autres pays.
Alsat 2B entièrement réalisé à Oran

Deux ans après la fin théorique de sa durée de vie (estimée à 5 ans), Alsat 1, le premier satellite de propriété algérienne lancé avec succès le 28 novembre 2008 du cosmodrome de Plesetsk (situé à 800 km au nord de Moscou, Russie), fonctionne toujours et fournit des données assez importantes et stratégiques, qui après traitement au niveau du Centre des techniques spatiales algérien sont exploitées afin de servir au développement des différents secteurs du pays. Une tâche que chacun des futurs satellites algériens Alsat 2A et Alsat 2B, qui sont en phase finale de réalisation, devront assurer avec plus de précision. En fait, Alsat 1, comme l’expliquent les spécialistes, «est un satellite d’observation de la terre d’une masse de 90 kg , ayant été conçu et réalisé en partenariat avec Surrey Satellite Technologie Limited (SSTL) au centre spatial de Surrey, situé au Royaume- Uni, avec la participation de 11 chercheurs algériens dans le cadre d’un programme de transfert de savoir-faire entre SSTL et le CTS d’Arzew».

C’est la caméra multispectrale (rouge, vert, vert et proche infrarouge) qui équipe le satellite algérien Alsat 1 qui permet, d’après les scientifiques algériens, la prise de photos de haute résolution (32 m au sol) depuis une altitude avoisinant les 686 kilomètres au-dessus de la surface de la terre, que le CTS d’Arzew traite par la suite. Le satellite Alsat-2A, rappelons qu’il a été lancé le 12 juillet 2010, avec une résolution au sol de 2,5 m en mode panchromatique et de 10 m en mode multispectral, servira à différentes applications notamment la topographie, l'agriculture, la cartographie, le suivi de l'environnement. Si le satellite Alsat-2A est un satellite intégré et testé à l’étranger avec la participation de 29 ingénieurs algériens, le satellite Alsat-2B sera entièrement réalisé à Oran. Il est signaler que le programme Alsat-2 comprend également la mise en œuvre de deux segments au sol de contrôle et d'un terminal image permettant l'exploitation et le pilotage des satellites depuis le territoire algérien. Le programme spatial algérien sera couronné par le lancement d’un satellite de télécommunications, baptisé Alcomsat-1 qui permettra de rejoindre le cercle des nations possédant leurs propres satellites de télécommunications.

http://www.medafco.org/article/15/12/20 ... ntre-natio


Topic author
cesam
Raqib (رقيب)
Raqib (رقيب)
Algeria
Messages : 430
Inscription : 30 mars 2012, 11:49

Re: Le Programme Spatial Algérien

Message par cesam » 13 avril 2012, 19:35

Signature d’une convention-cadre entre l’UFC et l’ASAL portant sur la formation de cadres

Image

(APS) lundi 23 janvier 2012 16 : 49
ALGER- Une convention-cadre a été signée, lundi à Alger, entre l’Université de formation continue (UFC) et l’Agence spatiale algérienne (ASAL) pour une formation à distance en faveur des cadres et fonctionnaires de l’ASAL.

La convention a été cosignée par le recteur de l’UFC, Abdeldjebar Lemnouar et le directeur général de l’ASAL, Azzedine Oussedik. M. Oussedik a indiqué, à cette occasion, que la convention portait sur des prestations offertes par l’UFC à l’ASAL, notamment la formation à distance des cadres et du personnel dans plusieurs domaines "telles la gestion des ressources humaines, la comptabilité et la gestion financière".

Il a précisé que cette formation, destinée aux fonctionnaires et cadres de l’agence à travers une base de données mise en place par l’UFC, sera sanctionnée par "un diplôme ou une formation à la demande", ajoutant qu’outre les ingénieurs formés dans des domaines techniques pointus, l’ASAL a besoin "d’administrateurs de haut niveau".

La convention "est source de fierté pour l’ASAL compte tenu de la compétence et le sens de responsabilité qui caractérisent l’UFC".

Pour sa part, M. Lemnouar a mis en avant l’importance de cette convention, soulignant que la formation dont bénéficieront les cadres de l’ASAL sera à la demande et répondra aux besoins de l’agence. Après avoir présenté une explication exhaustive sur le déroulement de la formation à distance à travers une base de données sur Internet mise en place spécialement à cet effet, le recteur de l’UFC a rappelé l’ensemble des programmes d’enseignement à distance fournis par l’UFC en direction des fonctionnaires de différents secteurs.

M. Lemnouar a, dans ce contexte, affirmé que l’UFC "jouit d’une grande expérience dans les différents domaines de formation", rappelant "la formation de mise à niveau suivie par 78.000 enseignants relevant du cycle moyen". Le même responsable a évoqué la formation mise en place par l’université en faveur du personnel des corps communs relevant de la Fonction publique, estimés à plus de 587.000 fonctionnaires, relevant la "la formation de 1123 fonctionnaires en 2011 et de 2000 autres en 2012".

L’UFC lancera "prochainement" la formation des étudiants et enseignants universitaires dans le cadre du Diplôme international de l’informatique et de l’Internet, instauré pour la première fois en Algérie, a-t-il annoncé, ajoutant que cette formation sera, en suite, généralisée sur les domaines de l’Education nationale et la Formation professionnelle.
http://www.aps.dz/Signature-d-une-conve ... 30451.html


Topic author
cesam
Raqib (رقيب)
Raqib (رقيب)
Algeria
Messages : 430
Inscription : 30 mars 2012, 11:49

Re: Le Programme Spatial Algérien

Message par cesam » 13 avril 2012, 19:41

Le président Bouteflika inaugure le Centre de développement des satellites

(APS) jeudi 23 février 2012 16 : 28

Image
ORAN - Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a inauguré, jeudi à Oran, le Centre de développement des satellites (CDS) relevant de l’Agence spatiale algérienne (ASAL).


Après la présentation du programme spatial national qui lui a été faite par le Directeur général de l’ASAL, le président Bouteflika a insisté sur la nécessité de réaliser et de lancer "avant l’échéance 2014" le satellite de télécommunication "Alcomsat 1" pour assurer, a-t-il indiqué, l’autonomie nationale dans ce domaine.

Des échantillons d’images transmises par le deuxième satellite "Alsat2" ont été présentées au chef de l’Etat.

Le responsable de l’ASAL a précisé que ce satellite, lancé en juillet 2010, a transmis plus de 23.000 images à haute résolution. Le Centre, dont les travaux ont été entamés en 2008, a été réalisé sur une assiette foncière de plus de quatre (4) hectares. Il comporte notamment un bâtiment destiné à l’intégration des satellites en salle blanche et un autre réservé aux essais d’environnement, permettant des intégrations et des essais sur des satellites pesant jusqu’à 1.000 kg.
http://www.aps.dz/Le-president-Boutefli ... 34628.html

Image


Fencer
Raqib Awal (رقيب أول)
Raqib Awal (رقيب أول)
Algeria
Messages : 628
Inscription : 30 mars 2012, 18:05

Re: Le Programme Spatial Algérien

Message par Fencer » 14 avril 2012, 11:49

Image
C’était lors du lancement avec succès du satellite Algérien à haute résolution Alsat-2A depuis le site de lancement de Sriharikota à Chennaï (Sud -Est de l’Inde) :Algeria:

Avatar de l’utilisateur

tchpako
Liwaa (لواء)
Liwaa (لواء)
Algeria
Messages : 4819
Inscription : 31 mars 2012, 19:11
Localisation : DZALG
Contact :

Re: Le Programme Spatial Algérien

Message par tchpako » 20 avril 2012, 02:44

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
إنا لله و إنا إليه راجعون ...

Avatar de l’utilisateur

tchpako
Liwaa (لواء)
Liwaa (لواء)
Algeria
Messages : 4819
Inscription : 31 mars 2012, 19:11
Localisation : DZALG
Contact :

Re: Le Programme Spatial Algérien

Message par tchpako » 20 avril 2012, 02:45

Image
Image
Image
Image
إنا لله و إنا إليه راجعون ...


Sifax
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2573
Inscription : 31 mars 2012, 12:44

Re: Le Programme Spatial Algérien

Message par Sifax » 20 avril 2012, 12:57

Naissance de l’Union maghrébine d’astronomie et de techniques spatiales à Oum El Bouaghi (19 Avril 2012)

Les travaux du 1er séminaire international d’astronomie ont été clôturés mercredi à l’université Mohamed-Larbi Ben M’hidi d’Oum El Bouaghi (Algérie) par l’annonce de la naissance de l’Union maghrébine d’astronomie et de techniques spatiales (UMATS).

L’UMATS tiendra "en juin prochain au Maroc" son assemblée constitutive en présence du secrétaire général de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), a indiqué le président de l’association "Ibn El Haythem" d’astronomie d’Ain Fakroun, initiatrice de cette rencontre scientifique.

Le 1er séminaire international d’astronomie a réuni, durant deux jours, des universitaires d’Algérie, du Maroc, de Tunisie, d’Arabie Saoudite, de Jordanie, de Palestine et du Soudan ainsi qu’un représentant de la ligue des Etats arabes.

Les travaux de ce rendez-vous scientifique ont été notamment consacrés à l’examen de "l’apport et de la contribution des anciens astronomes arabes et musulmans à l’astronomie et l’astrophysique", ainsi qu’à la possibilité "d’unir l’ensemble du monde musulman quant au croissant de lune marquant le début du mois sacré de Ramadhan, en recourant à des procédés scientifiques modernes et éprouvés". (APS)
http://www.maghrebemergent.info/actuali ... uaghi.html


Sifax
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2573
Inscription : 31 mars 2012, 12:44

Re: Le Programme Spatial Algérien

Message par Sifax » 05 juin 2012, 16:02

Constellations arabes et africaines : projet de lancement de satellites (ASAL)

Le Directeur général de l'Agence spatiale algérienne (ASAL), Azzeddine Oussedik a annoncé, lundi à Oran, un projet de lancement de satellites dans le cadre de constellations arabes et africaines.
Exposant le programme de développement de l'activité spatiale de l'ASAL devant les ministres membres du Bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de Technologies d'information et de communication (TIC), qui ont visité le Centre de développement des satellites (CDS) d'Oran, M. Oussedik a indiqué que ce projet s'inscrit dans le cadre du renforcement et de la promotion de la coopération arabe et africaine dans ce domaine stratégique.
Cette coopération vise également à créer un partenariat bénéfique dans le cadre de conventions et de traités internationaux sur l'espace, notamment en ce qui concerne les recommandations du Comité des Nations unies pour l'utilisation pacifique de l'espace extra-atmosphérique.
L'Agence spatiale algérienne ambitionne, d'autre part, d'être au diapason du développement national durable dans les différents domaines social, économique, scientifique et autres en s'apprêtant au lancement d'un groupe de petits et moyens satellites du type 1.000 kg.
En plus du projet de satellite "Alsat 2 B", réalisé au CDS d'Oran qui sera lancé avant fin 2013, l'agence a programmé le lancement d'une série de satellites dont "Alsat 4" d'une technologie de pointe, en plus du satellite de communications "Alsatcom" qui permettra la réalisation d'un bon nombre d'objectifs stratégiques dans le domaine de la radiodiffusion, le développement de la photo numérique et l'utilisation du téléphone portable et fixe.
Le programme de développement de l'activité spatiale algérienne, qui s'étend de 2006 à 2020, porte sur le développement des compétences, la concrétisation de diverses innovations telles que l'intégration des caméras dans les satellites et de panneaux solaires dans cette activité, ainsi que la modernisation des applications et des expériences pour le stockage de données et de contenus.
Les ministres arabes des TIC ont reçu, lors de leur visite à ce centre, lancé le 21 février dernier par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, des explications détaillées sur les fonctions et missions du CDS, ses spécificités technologiques et son potentiel humain et technique.
M. Ousseddik a également indiqué que le deuxième satellite algérien "ALSAT 2 A", lancé à partir d'une station spatiale Indienne le 12 juillet 2010, a permis jusqu'à ce jour la prise de 23.000 photos par le système d'information géographique (SIG) dont 6.692 photos sur divers domaines en Algérie.
Le même responsable a remis, à cette occasion, un cadeau symbolique au président du Bureau exécutif du Conseil des ministres arabes des TIC, le ministre saoudien des Communications et de la Technologies de l'Information, Mohamed Jamil Ben Ahmed Mulla. Ce présent consiste en des photos satellitaires de la ville de Médine (Arabie saoudite), prises par "ALSAT 2 A".
La 32ème réunion du bureau exécutif du Conseil des ministres arabes des TIC, qui s'est tenue lundi à Oran, a dégagé quatre axes de travail devant figurer à l'ordre du jour de la 16ème session du Conseil des ministres arabes des technologies de l'information et de la communication, prévue mardi dans la capitale de l'ouest du pays.
Les quatre points, soumis au Conseil des ministres arabes des TIC, portent sur la poste, les technologies de l'information, la normalisation et la communication radio, a-t-on appris des responsables du ministère de la Poste et des TIC, à l'issue de la réunion à huis clos du bureau exécutif du Conseil.
(Source: Algérie Presse Service, 05 - 06 - 2012)
:face: Que veut il dire par un projet de lancement de satellites??


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11851
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Le Programme Spatial Algérien

Message par AAF 2020 » 16 juin 2012, 11:37

Agenda oranais : Un satellite algérien pour l’observation de la Terre
[img]http://www.elmoudjahid.com/temp/fr/actu ... 29126].jpg[/img]
Un satellite algérien pour l’observation de la Terre
Le Centre de développement des satellites (CDS) d’Oran, une des structures phares de l’Agence spatiale algérienne est actuellement chargé de la réalisation du satellite algérien d’observation de la Terre, Alsat-2B. Il effectuera, en gros, les mêmes opérations que son prédécesseur Alsat-2A, lancé le 12 juillet 2010, à partir de Chennai, en Inde. La première phase du programme spatial national s’étend jusqu’en 2020. D’ici là, le CDS aura conçu et réalisé une série de satellites dont «Alsat 4» et «Alsatcom» destinés, entre autres, à la radiodiffusion, le développement de la photo numérique et l’utilisation du téléphone portable et fixe.
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/29126


Sifax
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2573
Inscription : 31 mars 2012, 12:44

Re: Le Programme Spatial Algérien

Message par Sifax » 24 juin 2012, 23:14

Bientôt création de l'Union maghrébine d'astronomie et des techniques spatiales

Une Union maghrébine d'astronomie et des techniques spatiales (UMAS) sera créer bientôt à Tunis, à l'initiative de la société astronomique de Tunisie (SAT).

Le congrès constitutif portant création de cette union sera organisé du 28 au 30 juin courant, à la cité des sciences de Tunis.

Placée sous le signe « cinq nations unies : une union céleste », cette rencontre se veut une occasion pour encourager l'échange en matière d'astronomie et de techniques spatiales.

Elle réunira des associations et des clubs d'astronomie des cinq pays du Maghreb ainsi que de centaines d'astronomes amateurs.

L'UMAS aura la forme d'une association internationale non gouvernementale.

Elle aura pour objectif de coordonner les travaux des astronomes à travers les pays du Maghreb et d'instaurer un cadre maghrébin pour le travail scientifique et les recherches dans les domaines de l'astronomie et des techniques spatiales.

L'UMAS aura également pour mission d'enseigner l'astronomie dans les pays du Maghreb, de vulgariser les sciences de l'univers aux enfants, de diffuser la culture astronomique et de mettre en place une stratégie de travail commune en matière d'animation astronomique. (TAP)
http://maghrebemergent.info/actualite/f ... iales.html


Sifax
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2573
Inscription : 31 mars 2012, 12:44

Re: Le Programme Spatial Algérien

Message par Sifax » 26 juin 2012, 22:23

Mise en oeuvre prochaine d’une constellation de satellites africains d’observation de la terre (Yousfi) ((APS, 26 juin 2012)

ALGER - Une constellation de satellites africains d’observation de la terre sera mise en oeuvre prochainement afin de "renforcer les capacités de prévention contre les risques majeurs", a annoncé mardi à Alger le ministre de l’Energie et des mines, ministre de la Poste et des technologies de l’information et de la communication par intérim, M. Youcef Yousfi.
"Une constellation de satellites d’observation mobilisant l’Algérie, l’Afrique du Sud, le Nigeria et le Kenya sera mise en oeuvre prochainement dans le but de renforcer les capacités de préventions et de gestion des catastrophes naturelles et des risques majeurs", a indiqué M. Yousfi dans une allocution à l’ouverture de la 5ème session du Conseil d’administration du centre régional africain des technologies de l’espace.

Ce projet est le fruit d’un accord de coopération signé en décembre 2009 entre l’Agence spatiale algérienne et le bureau des activités spatiales de l’ONU pour la mise en place à Alger du bureau d’appui régional UN Sider pour les pays d’Afrique du Nord et du Sahel, a-t-il rappelé.

Outre la mise en oeuvre d’une constellation de satellites africains, les deux instances sont chargées d’"assurer un accès rapide aux données satellitaires et d’offrir une assistance technique en termes d’exploitation optimale à des fins d’atténuation des impacts des catastrophes", a précisé le ministre de la Poste et des TIC par intérim.

M. Yousfi a souligné que le développement harmonieux des pays est "intimement lié" à une appropriation rapide des technologies numériques et spatiales par l’ensemble des acteurs économiques et sociaux.

"Ce point était même au centre des débats du sommet mondial sur le développement durable qui s’est tenu du 20 au 22 juin à Rio de Janeiro, où les participants ont réitéré l’importance de l’utilisation des technologies spatiales dans le renforcement du développement durable en vue de réduire la pauvreté, les famines ainsi que les épidémies, a-t-il relevé.

Depuis 2002, l’Algérie a lancé un programme de développement des technologies spatiales qui s’est concrétisé par la mise en orbite du premier satellite algérien d’observation de la terre Alsat-1 et dont l’exploitation a contribué dans les domaines notamment de l’environnement, de l’agriculture et des ressources hydriques, a encore rappelé M.Yousfi.

Le deuxième satellite algérien a été lancé quant à lui avec succès le 12 juillet 2010.

Le ministre de la Poste et TIC par intérim a affirmé, dans ce cadre, que l’Algérie restait disponible pour "contribuer au profit des pays africains pour répondre aux préoccupations actuelles".

Les travaux de la 5ème session du conseil d’administration du Centre régional africain des sciences et technologies de l’espace (créé le 23 octobre 1998), ont eu lieu à Alger en présence des représentants des 13 pays membres.

Cette session a traité des questions liées au fonctionnement du centre et aux problèmes auxquels il est confronté. Sur ce point, M. Yousfi s’est dit "convaincu" de la mobilisation de tous les Etats membres afin que soient levées toutes les contraintes auxquelles fait face le centre, notamment les difficultés financières, dont le "règlement progressif assurera la pérennisation de son activité".
http://www.aps.dz/Nouvel-article,53763.html


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11851
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Le Programme Spatial Algérien

Message par AAF 2020 » 05 juillet 2012, 10:50

Technologie spatiale : l’Algérie dans la cour des grands
Image
Image
ORAN- Avec le lancement prochain d’une constellation de satellites africains d’observation, l’Algérie compte apporter toute son expérience dans le domaine spatial, entamée avec succès avec le lancement "d’Alsat 1" en novembre 2002.

Depuis cette importante date, marquant l’entrée de l’Algérie dans cette cour des grands, celle des pays maîtrisant la technologie spatiale, de nombreux acquis ont été enregistrés, notamment l’ouverture d’un centre de développement des satellites (CDS), à Oran et inauguré en février dernier par le président de la république, M. Abdelaziz Bouteflika.

Le CDS est une des entités opérationnelles de l’Agence nationale spatiale (ASAL). Il est destiné à concevoir et à développer localement des outils spatiaux qui seront mis au service du développement économique, social et culturel du pays. Ce centre est également appelé à fabriquer, avec des équipes de spécialistes et d’ingénieurs algériens, ses propres satellites, dont "Alsat 2 B" qui viendra consolider les missions assurées par ses deux prédécesseurs, "Alsat 1" et "Alsat2A".
http://www.aps.dz/#fragment-54967


Sifax
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2573
Inscription : 31 mars 2012, 12:44

Re: Le Programme Spatial Algérien

Message par Sifax » 16 août 2012, 04:56

Oran : L’agence spatiale algérienne organise une formation sur les Technologies spatiales en septembre à Arzew (15/08/2012)

Une formation sur l’astronomie de position et les techniques spatiales de positionnement sera organisée par l’Agence spatiale algérienne (ASA) du 23 au 27 septembre au niveau du Centre des techniques spatiales d’Arzew (Oran), a annoncé mercredi l’agence.
Intitulée « l’Ecole d’été sur l’astronomie de position et les techniques spatiales de positionnement », cette formation de cinq jours est destinée aux universitaires et membres d’association à caractère scientifique dans le domaine de l’astronomie et des sciences connexes, a précisé l’ASA dans un communiqué.

La période de réception des candidatures, ouverte jusqu’au 30 août, sera suivie de la sélection prévue au début du mois de septembre 2012, a-t-elle indiqué.

Les cours s’articuleront notamment autour de la géodésie spatiale et des techniques spatiales de positionnement, des systèmes spatiaux de navigation globale (GNSS: global navigation satellite system), de notions générales sur la cosmographie, des événements astronomiques, des systèmes de références …, a indiqué, en outre, l’agence spatiale algérienne.

Des travaux pratiques figurent également au programme de cette formation et concerneront entre autres, la manipulation du télescope, l’utilisation de la carte du ciel et du calque des coordonnées horizontales locales, le maniement des logiciels astro élaborés au CTS (LOPAG, CalcAstro), BD Astro…), a-t-elle ajouté.

Des conférences sont prévues et seront animées par des experts d’institutions, dont l’Institut national de cartographie et de télédetecteur (ONCT) et le Centre de recherche en astronomie astrophysique et géophysique (CRAAG), a-t-elle indiqué également.
(Aps)
http://www.algerie1.com/info-des-region ... e-a-arzew/

Avatar de l’utilisateur

scorpion-rouge35
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 5462
Inscription : 20 mars 2012, 13:03
Localisation : ALGERIE-ALGER
Contact :

Re: Le Programme Spatial Algérien

Message par scorpion-rouge35 » 05 juin 2013, 09:10

triste réalité !
Actualités : Alsat2
Satellites algériens et composants israéliens


Découvrir par hasard au dos d’une plaquette publicitaire qu’un des fournisseurs du programme spatial algérien est une entreprise de défense israélienne a de quoi étonner et pourtant, l’affichette publicitaire du géant européen EADS présente bien IAI Tamam comme faisant partie du groupe d’entreprises qui ont conçu la gamme de satellites ALSAT2.

IAI (Israël Aerospace Industries), à travers sa filiale Tamam, a fourni, selon les informations disponibles sur internet, des composants critiques de la suite électro optique des satellites algériens. Plus précisément, les équipements permettent à ALSAT2 de déterminer son orbite et son altitude. S’ils sont contrôlés à distance, ils sont en mesure de transmettre des informations erronées aux systèmes de guidage ou de prise de vue. Pour mieux comprendre les raisons de cette situation, il faut revenir à l’histoire du programme spatial algérien. Depuis la fin des années 1980, l’Algérie a connu deux programmes spatiaux et deux agences spatiales, correspondant en gros à l’avant Bouteflika pour le programme ALSAT1 et au Centre national des études spatiales (CNTS), puis à la décennie de règne de l’actuel Président à travers l’Agence spatiale algérienne (ASAL), créée en 2002, et le programme ALSAT2. Malgré le manque de financement et les troubles qu’a connus le pays, le CNTS avait réussi le pari de former en Grande-Bretagne une génération d’ingénieurs spatiaux, qui devaient, après avoir procédé au lancement d’un premier satellite ALSAT1 construit par SSTL à l’étranger, concevoir localement un certain nombre d’engins spatiaux. D’ailleurs, le fruit de leur labeur gît au niveau du siège de l’actuelle ASAL et n’a jamais été lancé. Pis encore, d’autres projets de micro et nano-satellites ont été proposés par ce groupe de 11 ingénieurs formés en Angleterre, mais n’ont pu voir le jour à cause d’entraves administratives. En somme, le CNTS aura réussi à envoyer un satellite dans l’espace, en concevoir un deuxième par ses propres ingénieurs et en assurer l’exploitation pour à peine 15 millions de dollars. Viendra ensuite l’ère de l’ASAL qui aura immédiatement fait appel au consortium EADS Astrium pour la réalisation de deux satellites dont seul un a été lancé sur orbite et pour une facture dont le montant ne sera jamais divulgué, mais qui, selon les experts, avoisinerait les 110 millions d’euros. Lancé en Inde en juillet 2010, Alsat2A diffuse des données satellites vers ses deux stations au sol à Oran et Ouargla et a beaucoup contribué ces dernières années aux efforts de cartographie et d’aménagement du territoire, alors que le sort de son jumeau Alsat2B est toujours inconnu. Il est à rappeler que ce n’est pas la première fois que le consortium EADS propose des équipements israéliens dans les marchés à destination de l’Algérie. En 2004, le consortium européen réussit l’exploit de vendre deux hélicoptères Super Puma présidentiels aux forces aériennes algériennes. Exploit, car EADS a réussi à vendre à l’Algérie un hélicoptère de conception ancienne au prix des hélicos modernes, pis encore, s’il a été modernisé, il l’a été en partie grâce à l’adjonction de composants israéliens. Résultat des courses, le Président Bouteflika n’utilisera jamais ces deux appareils, qui auront coûté au contribuable plusieurs dizaines de millions d’euros. Pied-de-nez israélien Pour en revenir à ALSAT2A, à peine 2 jours après son lancement, l’armée israélienne diffusait des photos de la base aérienne d’Oum-El-Bouaghi prise le jour du lancement, par le satellite espion israélien EROS B. On y voit en détail les infrastructures de cette base aérienne ainsi que plusieurs avions de combat SU 30MKA, ce qui a été perçu comme étant un avertissement et une menace claire à l’endroit de l’Algérie. Quid des réponses du côté algérien pour ce message à peine crypté ? En attendant le lancement d’Alsat2B, nous espérons que les responsables prendront réellement conscience de l’importance stratégique de ce type d’outil pour l’indépendance et la sécurité nationales, en rappelant qu’il existe plusieurs firmes en Europe et ailleurs aptes à fournir des solutions appropriées dans ce domaine et à moindre coût.
Akram Kharief

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/ ... 9764&cid=2
THE ALGERIAN ARMY



akramov
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 545
Inscription : 28 mars 2012, 12:45

Re: Le Programme Spatial Algérien

Message par akramov » 05 juin 2013, 09:58

sur mon blog j'ai mis le document en question http://secret-difa3.blogspot.com/2013/0 ... ns-et.html

Répondre

Revenir à « Actualités en Algérie »