L'Economie Algérienne

Toutes les discussions a propos de la politique, de l'économie et de la société Algérienne (uniquement)
Répondre
Avatar de l’utilisateur

Chifboubara
Naqib (نقيب)
Naqib (نقيب)
Algeria
Messages : 1703
Inscription : 17 mars 2016, 23:21

Re: L'Economie Algérienne

Message par Chifboubara » 10 mai 2018, 15:20

Un partenariat c'est donnant-donnant.

Ici, on a des vendeurs de poulets face à des hommes d'affaires.

Quand je vois que tout repose encore sur le import-import.

Dès que tu dénonce ces traîtres, c'est toi qui est assimilé à un harki.

Quel gâchis ! Je suis écœuré pour une jeunesse qui a de l'or dans les mains.

Certains sont tellement fiers que le pays soit devenu l'un des plus grands bazard chinois parceque des milliards sont sacrifiés pour acheter des bibelots et autres chiffons

Pffff
«Partout où je vais les gens me tendent la main pour demander quelque chose, sauf en Algérie où les gens m'ont tendu la main pour, au contraire, m'offrir quelque chose» Yann Arthus Bertrand
«Le grand art, c'est de changer pendant la bataille. Malheur au général qui arrive au combat avec un système» Napoléon Bonaparte

Avatar de l’utilisateur

Madjid-wahran
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 935
Inscription : 31 mars 2012, 10:52

Re: L'Economie Algérienne

Message par Madjid-wahran » 14 mai 2018, 08:25

Bientôt un baril à 100 dollars ?

Le prix du pétrole a grimpé à son plus haut niveau en trois ans, après l’annonce du retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien. Selon certaines prévisions, l’envolée pourrait se poursuivre.

Deux jours après le retrait américain de l’accord avec l’Iran, les prix du pétrole ont grimpé le 10 mai à leur plus haut en trois ans, remarque le Wall Street Journal. Le baril de brent, la valeur de référence, atteint encore 77,45 dollars vendredi 11 mai.

Les conséquences de cette décision, notamment avec le rétablissement des santions contre l’Iran d’ici six mois, sont difficiles à évaluer pour l’heure. Mais dans le passé, les sanctions ont empêché à l’Iran d’exporter un million de barils par jour, rappelle le journal des affaires américain. Cette fois, on peut s’attendre à une chute de 200 000 à 500 000 barils de pétrole iranien par jour, selon Giovanni Staunovo, analyste chez UBS cité par le Wall Street Journal :

Même si la perturbation que nous envisageons n’est qu’une petite part de la production mondiale, qui s’élève environ à 98 millions de barils par jour, elle va tendre un peu plus le marché du pétrole cet été.”

Bank of America n’est pas la seule banque à émettre des pronostics haussiers pour le pétrole dans les mois à venir, mais elle est la première à envisager qu’en 2019, le prix du baril puisse dépasser les 100 dollars, rapporte Bloomberg. Un niveau qui n’a pas été atteint depuis 2014.

En cause : les risques liés à l’approvisionnement en provenance du Venezuela et de l’Iran, selon l’institution financière, la première de Wall Street à dresser un tableau aussi pessimiste. Le marché est déjà contraint par plusieurs facteurs : une forte demande, des coupes dans la production de l’OPEP et la crise traversée par le Venezuela.

https://www.courrierinternational.com/a ... 00-dollars
Le brent frôle les 80$ à l'heure actuelle et la tendance serait à une hausse, ça devrait nous éviter de biberonner le pauvre fond de réserve ...
En espérant que le mot d'ordre restera la diversification de l'économie.
« Les chrétiens vont au Vatican, les musulmans à la Mecque et les révolutionnaires à Alger. » Amilcar Cabral , Ya Hasrra ...


Nour
Arif (عريف)
Arif (عريف)
Algeria
Messages : 111
Inscription : 04 juillet 2017, 12:40

Re: L'Economie Algérienne

Message par Nour » 14 mai 2018, 11:10

Madjid-wahran a écrit :
14 mai 2018, 08:25
Bientôt un baril à 100 dollars ?

Le prix du pétrole a grimpé à son plus haut niveau en trois ans, après l’annonce du retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien. Selon certaines prévisions, l’envolée pourrait se poursuivre.

Deux jours après le retrait américain de l’accord avec l’Iran, les prix du pétrole ont grimpé le 10 mai à leur plus haut en trois ans, remarque le Wall Street Journal. Le baril de brent, la valeur de référence, atteint encore 77,45 dollars vendredi 11 mai.

Les conséquences de cette décision, notamment avec le rétablissement des santions contre l’Iran d’ici six mois, sont difficiles à évaluer pour l’heure. Mais dans le passé, les sanctions ont empêché à l’Iran d’exporter un million de barils par jour, rappelle le journal des affaires américain. Cette fois, on peut s’attendre à une chute de 200 000 à 500 000 barils de pétrole iranien par jour, selon Giovanni Staunovo, analyste chez UBS cité par le Wall Street Journal :

Même si la perturbation que nous envisageons n’est qu’une petite part de la production mondiale, qui s’élève environ à 98 millions de barils par jour, elle va tendre un peu plus le marché du pétrole cet été.”

Bank of America n’est pas la seule banque à émettre des pronostics haussiers pour le pétrole dans les mois à venir, mais elle est la première à envisager qu’en 2019, le prix du baril puisse dépasser les 100 dollars, rapporte Bloomberg. Un niveau qui n’a pas été atteint depuis 2014.

En cause : les risques liés à l’approvisionnement en provenance du Venezuela et de l’Iran, selon l’institution financière, la première de Wall Street à dresser un tableau aussi pessimiste. Le marché est déjà contraint par plusieurs facteurs : une forte demande, des coupes dans la production de l’OPEP et la crise traversée par le Venezuela.

https://www.courrierinternational.com/a ... 00-dollars
Le brent frôle les 80$ à l'heure actuelle et la tendance serait à une hausse, ça devrait nous éviter de biberonner le pauvre fond de réserve ...
En espérant que le mot d'ordre restera la diversification de l'économie.
la blague !! aucune réelle volonté du gouvernement et de la population(investisseurs)a vouloir réellement se déveloper !! noussommes condamnés a importer des produits fabriquéset a exporter nos matieres premieres...


zeitrecht
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 975
Inscription : 27 octobre 2012, 23:59

Re: L'Economie Algérienne

Message par zeitrecht » 14 mai 2018, 19:51

Madjid-wahran a écrit :
14 mai 2018, 08:25
Bientôt un baril à 100 dollars ?

Le prix du pétrole a grimpé à son plus haut niveau en trois ans, après l’annonce du retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien. Selon certaines prévisions, l’envolée pourrait se poursuivre.

Deux jours après le retrait américain de l’accord avec l’Iran, les prix du pétrole ont grimpé le 10 mai à leur plus haut en trois ans, remarque le Wall Street Journal. Le baril de brent, la valeur de référence, atteint encore 77,45 dollars vendredi 11 mai.

Les conséquences de cette décision, notamment avec le rétablissement des santions contre l’Iran d’ici six mois, sont difficiles à évaluer pour l’heure. Mais dans le passé, les sanctions ont empêché à l’Iran d’exporter un million de barils par jour, rappelle le journal des affaires américain. Cette fois, on peut s’attendre à une chute de 200 000 à 500 000 barils de pétrole iranien par jour, selon Giovanni Staunovo, analyste chez UBS cité par le Wall Street Journal :

Même si la perturbation que nous envisageons n’est qu’une petite part de la production mondiale, qui s’élève environ à 98 millions de barils par jour, elle va tendre un peu plus le marché du pétrole cet été.”

Bank of America n’est pas la seule banque à émettre des pronostics haussiers pour le pétrole dans les mois à venir, mais elle est la première à envisager qu’en 2019, le prix du baril puisse dépasser les 100 dollars, rapporte Bloomberg. Un niveau qui n’a pas été atteint depuis 2014.

En cause : les risques liés à l’approvisionnement en provenance du Venezuela et de l’Iran, selon l’institution financière, la première de Wall Street à dresser un tableau aussi pessimiste. Le marché est déjà contraint par plusieurs facteurs : une forte demande, des coupes dans la production de l’OPEP et la crise traversée par le Venezuela.

https://www.courrierinternational.com/a ... 00-dollars
Le brent frôle les 80$ à l'heure actuelle et la tendance serait à une hausse, ça devrait nous éviter de biberonner le pauvre fond de réserve ...
En espérant que le mot d'ordre restera la diversification de l'économie.
Reste a savoir ce que va faire l'Arabie Saoudite,si elle décide unilatéralement d'élever sa production et noyer le marché,suite aux pressions Americaines,cela serait regrettable pour l'Algerie.


samir_reghaia
Mulazim (ملازم)
Mulazim (ملازم)
Messages : 1061
Inscription : 05 juin 2013, 13:47

Re: L'Economie Algérienne

Message par samir_reghaia » 15 mai 2018, 09:19

zeitrecht a écrit :
14 mai 2018, 19:51
Madjid-wahran a écrit :
14 mai 2018, 08:25
Bientôt un baril à 100 dollars ?

Le prix du pétrole a grimpé à son plus haut niveau en trois ans, après l’annonce du retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien. Selon certaines prévisions, l’envolée pourrait se poursuivre.

Deux jours après le retrait américain de l’accord avec l’Iran, les prix du pétrole ont grimpé le 10 mai à leur plus haut en trois ans, remarque le Wall Street Journal. Le baril de brent, la valeur de référence, atteint encore 77,45 dollars vendredi 11 mai.

Les conséquences de cette décision, notamment avec le rétablissement des santions contre l’Iran d’ici six mois, sont difficiles à évaluer pour l’heure. Mais dans le passé, les sanctions ont empêché à l’Iran d’exporter un million de barils par jour, rappelle le journal des affaires américain. Cette fois, on peut s’attendre à une chute de 200 000 à 500 000 barils de pétrole iranien par jour, selon Giovanni Staunovo, analyste chez UBS cité par le Wall Street Journal :

Même si la perturbation que nous envisageons n’est qu’une petite part de la production mondiale, qui s’élève environ à 98 millions de barils par jour, elle va tendre un peu plus le marché du pétrole cet été.”

Bank of America n’est pas la seule banque à émettre des pronostics haussiers pour le pétrole dans les mois à venir, mais elle est la première à envisager qu’en 2019, le prix du baril puisse dépasser les 100 dollars, rapporte Bloomberg. Un niveau qui n’a pas été atteint depuis 2014.

En cause : les risques liés à l’approvisionnement en provenance du Venezuela et de l’Iran, selon l’institution financière, la première de Wall Street à dresser un tableau aussi pessimiste. Le marché est déjà contraint par plusieurs facteurs : une forte demande, des coupes dans la production de l’OPEP et la crise traversée par le Venezuela.

https://www.courrierinternational.com/a ... 00-dollars
Le brent frôle les 80$ à l'heure actuelle et la tendance serait à une hausse, ça devrait nous éviter de biberonner le pauvre fond de réserve ...
En espérant que le mot d'ordre restera la diversification de l'économie.
Reste a savoir ce que va faire l'Arabie Saoudite,si elle décide unilatéralement d'élever sa production et noyer le marché,suite aux pressions Americaines,cela serait regrettable pour l'Algerie.
C'est bien, mais personnellement, je pense que le prix du pétrole doit atteindre une certaine valeur (pas trop élevée), et pas plus. Il nous faut un prix du pétrole assez élevé pour ne pas provoquer de catastrophe, mais assez faible pour nous obliger à travailler sérieusement sur des réformes et sur des solutions altérnatives. Un peu comme si on était submergé d'eau et qu'on soit obligé de toujours rester sur la pointe des pieds pour pouvoir respirer... C'est un peu barbare comme comparaison, mais ca illustre bien ma pensée.
Le pétrole cher n'est absolument pas bon pour nous. On l'a vu. Ca ne pousse pas à travailler, à réformer, à diversifier l'économie. Cela pousse uniquement au gaspillage et à la corruption...
Les grands changements ne viennent que d'en bas.


malikos
Mulazim Awal (ملازم أول)
Mulazim Awal (ملازم أول)
Algeria
Messages : 1331
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: L'Economie Algérienne

Message par malikos » 26 mai 2018, 14:34

maybe a good move, less products from china...more made in algeria
(with all its pros and cons)
Algeria: 60 to 200% Customs Duties on Finished Products
Saturday, 26 May, 2018 - 05:00

Algiers - Asharq Al-Awsat
Algeria plans customs duties between 60 to 200 percent on finished goods, according to an official document seen by Reuters on Thursday, creating new revenues to offset lower energy earnings.

“The list of products ... will be specified by regulation,” the government said in the document, without giving details.

Algeria has failed to cut imports despite several earlier restrictions that have raised concern from Algeria’s main trading partner, the European Union.

The government early this year banned imports of 851 goods including foodstuffs, cell phones, home appliances and some raw materials.

But the ban has had little impact, with the import bill declining just 4.8 percent to $15.22 billion in the first four months. Based on that, full-year purchases will be close to last year’s $46 billion.

The ban followed a license system adopted in the past two years that had led to similarly disappointing results.

The government had previously announced a plan to lift the import ban without saying when it would come into force.

In the latest move, an official told Reuters, authorities will set up a committee made up of ministries such as finance, industry and trade to determine the list of list of goods and the duties applied.

The measure “is part of the protection and defense of national production ... against massive imports that are detrimental to the economy,” said the document.

Some foreign suppliers, such as the European Union, have expressed concern as their market share in Algeria is dwindling. Algeria was in “permanent dialogue” with the EU, Trade Minister Said Djellab said earlier this month.

OPEC member Algeria still depends on oil and gas earnings, which have fallen 50 percent since crude oil prices started dropping in 2014. Non-energy performance has been improving slowly, but Algeria is still can’t meet domestic demand.

Analysts believe the planned customs duties will lead to higher inflation as retail prices for goods shipped from abroad go up.
https://aawsat.com/english/home/article ... d-products


samir_reghaia
Mulazim (ملازم)
Mulazim (ملازم)
Messages : 1061
Inscription : 05 juin 2013, 13:47

Re: L'Economie Algérienne

Message par samir_reghaia » 29 mai 2018, 15:13

Vous direz peut-être que je suis parano... mais je n'apprécie pas que la France se mette à distribuer des "légions d'honneur" à nos hommes d'affaire... ni à qui que ce soit d'ailleurs.
C'est louche cette histoire... :mouai: :mouai:
Slim Othmani, chevalier de la Légion d’honneur, pour son engagement en faveur de l’entreprise


Selon Othmani, la visibilité que peut avoir un chef d’entreprise, à travers des interventions publiques et à travers des distinctions, lui permet de changer positivement son image aussi bien auprès des institutions qu’auprès de la population.



Le patron de NCA-Rouiba vient de recevoir le titre de chevalier de la Légion d’honneur en France pour son engagement dans la société civile pour l’amélioration du climat des affaires, la diversification et la désintoxication de l’économie algérienne, l’émancipation de l’entreprenariat. « Cette distinction m’honore en tant que chef d’entreprise engagé pour l’amélioration de l’environnement des affaires dans le pays et la région. C’est une reconnaissance d’un parcours d’engagement de plus de 15 ans que je mène aussi bien en ma qualité de chef d’entreprise qu’en tant acteur au sein du Care et de bien d’autre think-tank en Algérie et ailleurs », estime Slim Othmani, contacté par Maghreb-Emergent.

« Ma distinction en France est porteuse d’un message à l’adresse l’Algérie »

Interrogé sur le fait d’être honoré en France alors que nombre de ses projets subissent des blocages en Algérie et que ses interventions publiques sont boycottées par certains médias, notamment publics et parapublics, il a trouvé cela regrettable. Toutefois, évitant de dramatiser la situation, il en a expliqué les ressorts. « L’homme d’affaires représente une entité qui n’est pas encore totalement reconnue chez nous. C’est un problème de mentalité que nous avons hérité des premières années de l’indépendance et des choix politiques et économiques qui ont marqué cette période. En Algérie, on honore les artistes, les Moudjahids, les acteurs, les sportifs mais pas les hommes d’affaires et les acteurs de la société civile», a-t-il indiqué.

M. Othmani a, par ailleurs, estimé que la distinction qu’il a reçue est porteuse d’un message de la part des Français. « A mon avis, le fait que je sois honoré en tant qu’acteur économique qui milite pour la diversification et la désintoxication pétrolière de notre économie en France veut dire que les Français veulent coopérer avec une Algérie dont l’économie est diversifiée, dynamiques et dont les règles de fonctionnement sont claires et en phase avec les exigences de notre temps », a-t-il ajouté.

« Des milliers d’hommes d’affaires algériens méritent des distinctions »

Concernant les effets qu’une distinction peut produire sur le terrain, le patron de NCA-Roubia estime qu’ils sont nombreux. « Les chefs d’entreprise ont besoin d’avoir une visibilité, surtout dans un pays comme le nôtre où ils sont perçus, très souvent comme des parasites. La visibilité que peut avoir un chef d’entreprise, à travers des interventions publiques et à travers des distinctions, lui permet de changer positivement son image aussi bien auprès des institutions qu’auprès de la population.

Cette visibilité a une vertu d’accélération du processus de mutation des mentalités vers plus d’ouverture et une meilleure acceptation du chef d’entreprises comme acteurs légitimes à part entière », a-t-il analysé. D’où, insiste-t-il, la nécessité de donner une visibilité, par tous les moyens disponibles, aux opérateurs économiques et aux acteurs qui militent pour l’amélioration du climat des affaires et la diversification de l’économie. « Il y a des milliers d’opérateurs qui méritent plus que mois la distinction que je viens de recevoir en France. Ce sont des hommes qui travaillent pour que l’Algérie avance en tenant compte de leurs responsabilités sociales, sociétales et morales. Ces hommes, il faut que l’Algérie leur donne la visibilité qu’ils méritent», a-t-il recommandé.
https://maghrebemergent.info/economie/a ... prise.html
Les grands changements ne viennent que d'en bas.

Avatar de l’utilisateur

tahiadidou
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2010
Inscription : 17 septembre 2012, 23:17
Localisation : Not in Algiers

Re: L'Economie Algérienne

Message par tahiadidou » 30 mai 2018, 00:21

samir_reghaia a écrit :
29 mai 2018, 15:13
Vous direz peut-être que je suis parano... mais je n'apprécie pas que la France se mette à distribuer des "légions d'honneur" à nos hommes d'affaire... ni à qui que ce soit d'ailleurs.
C'est louche cette histoire... :mouai: :mouai:
Slim Othmani, chevalier de la Légion d’honneur, pour son engagement en faveur de l’entreprise


Selon Othmani, la visibilité que peut avoir un chef d’entreprise, à travers des interventions publiques et à travers des distinctions, lui permet de changer positivement son image aussi bien auprès des institutions qu’auprès de la population.



Le patron de NCA-Rouiba vient de recevoir le titre de chevalier de la Légion d’honneur en France pour son engagement dans la société civile pour l’amélioration du climat des affaires, la diversification et la désintoxication de l’économie algérienne, l’émancipation de l’entreprenariat. « Cette distinction m’honore en tant que chef d’entreprise engagé pour l’amélioration de l’environnement des affaires dans le pays et la région. C’est une reconnaissance d’un parcours d’engagement de plus de 15 ans que je mène aussi bien en ma qualité de chef d’entreprise qu’en tant acteur au sein du Care et de bien d’autre think-tank en Algérie et ailleurs », estime Slim Othmani, contacté par Maghreb-Emergent.

« Ma distinction en France est porteuse d’un message à l’adresse l’Algérie »

Interrogé sur le fait d’être honoré en France alors que nombre de ses projets subissent des blocages en Algérie et que ses interventions publiques sont boycottées par certains médias, notamment publics et parapublics, il a trouvé cela regrettable. Toutefois, évitant de dramatiser la situation, il en a expliqué les ressorts. « L’homme d’affaires représente une entité qui n’est pas encore totalement reconnue chez nous. C’est un problème de mentalité que nous avons hérité des premières années de l’indépendance et des choix politiques et économiques qui ont marqué cette période. En Algérie, on honore les artistes, les Moudjahids, les acteurs, les sportifs mais pas les hommes d’affaires et les acteurs de la société civile», a-t-il indiqué.

M. Othmani a, par ailleurs, estimé que la distinction qu’il a reçue est porteuse d’un message de la part des Français. « A mon avis, le fait que je sois honoré en tant qu’acteur économique qui milite pour la diversification et la désintoxication pétrolière de notre économie en France veut dire que les Français veulent coopérer avec une Algérie dont l’économie est diversifiée, dynamiques et dont les règles de fonctionnement sont claires et en phase avec les exigences de notre temps », a-t-il ajouté.

« Des milliers d’hommes d’affaires algériens méritent des distinctions »

Concernant les effets qu’une distinction peut produire sur le terrain, le patron de NCA-Roubia estime qu’ils sont nombreux. « Les chefs d’entreprise ont besoin d’avoir une visibilité, surtout dans un pays comme le nôtre où ils sont perçus, très souvent comme des parasites. La visibilité que peut avoir un chef d’entreprise, à travers des interventions publiques et à travers des distinctions, lui permet de changer positivement son image aussi bien auprès des institutions qu’auprès de la population.

Cette visibilité a une vertu d’accélération du processus de mutation des mentalités vers plus d’ouverture et une meilleure acceptation du chef d’entreprises comme acteurs légitimes à part entière », a-t-il analysé. D’où, insiste-t-il, la nécessité de donner une visibilité, par tous les moyens disponibles, aux opérateurs économiques et aux acteurs qui militent pour l’amélioration du climat des affaires et la diversification de l’économie. « Il y a des milliers d’opérateurs qui méritent plus que mois la distinction que je viens de recevoir en France. Ce sont des hommes qui travaillent pour que l’Algérie avance en tenant compte de leurs responsabilités sociales, sociétales et morales. Ces hommes, il faut que l’Algérie leur donne la visibilité qu’ils méritent», a-t-il recommandé.
https://maghrebemergent.info/economie/a ... prise.html
Peut être que tu es parano ;) Tout devient louche chez nous malheureusement sauf lorsque certains vont se faire... guérir chez eux.
A défaut de distinction chez lui (et il a bien raison sur ce point, meme si je ne sais s'il mérite une quelconque distinction ou pas), pourquoi refuserait-il celle des autres?
La France n'est pas notre ennemi que je sache, et on a des relations économiques et non des moindres. Si le bonhomme est un défenseur de ces relations, il va de soi que la France le remercie.
Good for him.


samir_reghaia
Mulazim (ملازم)
Mulazim (ملازم)
Messages : 1061
Inscription : 05 juin 2013, 13:47

Re: L'Economie Algérienne

Message par samir_reghaia » 30 mai 2018, 08:29

tahiadidou a écrit :
30 mai 2018, 00:21
samir_reghaia a écrit :
29 mai 2018, 15:13
Vous direz peut-être que je suis parano... mais je n'apprécie pas que la France se mette à distribuer des "légions d'honneur" à nos hommes d'affaire... ni à qui que ce soit d'ailleurs.
C'est louche cette histoire... :mouai: :mouai:
Slim Othmani, chevalier de la Légion d’honneur, pour son engagement en faveur de l’entreprise


Selon Othmani, la visibilité que peut avoir un chef d’entreprise, à travers des interventions publiques et à travers des distinctions, lui permet de changer positivement son image aussi bien auprès des institutions qu’auprès de la population.



Le patron de NCA-Rouiba vient de recevoir le titre de chevalier de la Légion d’honneur en France pour son engagement dans la société civile pour l’amélioration du climat des affaires, la diversification et la désintoxication de l’économie algérienne, l’émancipation de l’entreprenariat. « Cette distinction m’honore en tant que chef d’entreprise engagé pour l’amélioration de l’environnement des affaires dans le pays et la région. C’est une reconnaissance d’un parcours d’engagement de plus de 15 ans que je mène aussi bien en ma qualité de chef d’entreprise qu’en tant acteur au sein du Care et de bien d’autre think-tank en Algérie et ailleurs », estime Slim Othmani, contacté par Maghreb-Emergent.

« Ma distinction en France est porteuse d’un message à l’adresse l’Algérie »

Interrogé sur le fait d’être honoré en France alors que nombre de ses projets subissent des blocages en Algérie et que ses interventions publiques sont boycottées par certains médias, notamment publics et parapublics, il a trouvé cela regrettable. Toutefois, évitant de dramatiser la situation, il en a expliqué les ressorts. « L’homme d’affaires représente une entité qui n’est pas encore totalement reconnue chez nous. C’est un problème de mentalité que nous avons hérité des premières années de l’indépendance et des choix politiques et économiques qui ont marqué cette période. En Algérie, on honore les artistes, les Moudjahids, les acteurs, les sportifs mais pas les hommes d’affaires et les acteurs de la société civile», a-t-il indiqué.

M. Othmani a, par ailleurs, estimé que la distinction qu’il a reçue est porteuse d’un message de la part des Français. « A mon avis, le fait que je sois honoré en tant qu’acteur économique qui milite pour la diversification et la désintoxication pétrolière de notre économie en France veut dire que les Français veulent coopérer avec une Algérie dont l’économie est diversifiée, dynamiques et dont les règles de fonctionnement sont claires et en phase avec les exigences de notre temps », a-t-il ajouté.

« Des milliers d’hommes d’affaires algériens méritent des distinctions »

Concernant les effets qu’une distinction peut produire sur le terrain, le patron de NCA-Roubia estime qu’ils sont nombreux. « Les chefs d’entreprise ont besoin d’avoir une visibilité, surtout dans un pays comme le nôtre où ils sont perçus, très souvent comme des parasites. La visibilité que peut avoir un chef d’entreprise, à travers des interventions publiques et à travers des distinctions, lui permet de changer positivement son image aussi bien auprès des institutions qu’auprès de la population.

Cette visibilité a une vertu d’accélération du processus de mutation des mentalités vers plus d’ouverture et une meilleure acceptation du chef d’entreprises comme acteurs légitimes à part entière », a-t-il analysé. D’où, insiste-t-il, la nécessité de donner une visibilité, par tous les moyens disponibles, aux opérateurs économiques et aux acteurs qui militent pour l’amélioration du climat des affaires et la diversification de l’économie. « Il y a des milliers d’opérateurs qui méritent plus que mois la distinction que je viens de recevoir en France. Ce sont des hommes qui travaillent pour que l’Algérie avance en tenant compte de leurs responsabilités sociales, sociétales et morales. Ces hommes, il faut que l’Algérie leur donne la visibilité qu’ils méritent», a-t-il recommandé.
https://maghrebemergent.info/economie/a ... prise.html
Peut être que tu es parano ;) Tout devient louche chez nous malheureusement sauf lorsque certains vont se faire... guérir chez eux.
A défaut de distinction chez lui (et il a bien raison sur ce point, meme si je ne sais s'il mérite une quelconque distinction ou pas), pourquoi refuserait-il celle des autres?
La France n'est pas notre ennemi que je sache, et on a des relations économiques et non des moindres. Si le bonhomme est un défenseur de ces relations, il va de soi que la France le remercie.
Good for him.
Justement: défenseur de ces relations, ou défenseur de leurs interêts?
Je n'ai rien contre ce bonhomme, mais oui: lorsque je vois ce que la France (et d'autres) font dans le monde (Syrie, Libye...), il est clair qu'ils ne sont pas nos ennemis..., mais juste des pays à surveiller de très près ;)
Les grands changements ne viennent que d'en bas.


samir_reghaia
Mulazim (ملازم)
Mulazim (ملازم)
Messages : 1061
Inscription : 05 juin 2013, 13:47

Re: L'Economie Algérienne

Message par samir_reghaia » 30 mai 2018, 08:30

LafargeHolcim Algérie réalise mercredi sa 7ème opération d’exportation

Cette fois-ci, c’est la cimenterie de LafargeHolcim Msila qui est sollicitée pour réaliser cette opération.

Le Cimentier LafargeHolcim Algérie réalisera ce mercredi sa 7ème opération d’exportation du ciment vers l’Afrique de l’Ouest, indique le groupe dans un communiqué de presse. LafargeHolcim Algérie a expédié dans un bateau depuis le port de Djendjen, pour 17.000 tonnes de ciment gris en vrac à destination de l’Afrique de l'Ouest.

Après l’exportation du ciment de la cimenterie d’Oggaz de Mascara, cette fois-ci c’est la cimenterie de LafargeHolcim Msila qui est sollicitée pour réaliser cette opération. Selon le communiqué du groupe, « cette nouvelle opération s’inscrit pleinement dans notre objectif d’exporter 2 millions de tonnes de ciments en 2020 dans le cadre d’une ambition pays de 5 millions de tonnes par an ».

Pour rappel, le groupe cimentier LafargeHolcim Algérie a réalisé sa première opération d’exportation vers la Gambie le mois de décembre dernier, et ce depuis le port d’Oran.
https://maghrebemergent.info/economie/a ... ation.html
Les grands changements ne viennent que d'en bas.


sukhoi33
Arif Awal (عريف أول)
Arif Awal (عريف أول)
Algeria
Messages : 303
Inscription : 30 mars 2012, 12:23
Localisation : tourcoing

Re: L'Economie Algérienne

Message par sukhoi33 » 30 mai 2018, 23:00

ca fait plaisir d exporter autre chose que des hydrocarbures bon vent à Lafarge algerie

Avatar de l’utilisateur

Chifboubara
Naqib (نقيب)
Naqib (نقيب)
Algeria
Messages : 1703
Inscription : 17 mars 2016, 23:21

Re: L'Economie Algérienne

Message par Chifboubara » 30 mai 2018, 23:54

sukhoi33 a écrit :
30 mai 2018, 23:00
ca fait plaisir d exporter autre chose que des hydrocarbures bon vent à Lafarge algerie
Il faudra juste surveiller leurs fréquentations sangliesques LOL mais c'est une excellente nouvelle.
«Partout où je vais les gens me tendent la main pour demander quelque chose, sauf en Algérie où les gens m'ont tendu la main pour, au contraire, m'offrir quelque chose» Yann Arthus Bertrand
«Le grand art, c'est de changer pendant la bataille. Malheur au général qui arrive au combat avec un système» Napoléon Bonaparte

Avatar de l’utilisateur

Dragunov
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2030
Inscription : 19 septembre 2017, 18:55

Re: L'Economie Algérienne

Message par Dragunov » 31 mai 2018, 00:31

Chifboubara a écrit :
30 mai 2018, 23:54
sukhoi33 a écrit :
30 mai 2018, 23:00
ca fait plaisir d exporter autre chose que des hydrocarbures bon vent à Lafarge algerie
Il faudra juste surveiller leurs fréquentations sangliesques LOL mais c'est une excellente nouvelle.
Sangliesques :super: :lol!:

Avatar de l’utilisateur

camron29
Naqib (نقيب)
Naqib (نقيب)
Algeria
Messages : 1512
Inscription : 27 novembre 2012, 11:49

Re: L'Economie Algérienne

Message par camron29 » 31 mai 2018, 01:06

Lafarge est une multinationale française qui doit aux fisc algérien plus de 200 millions € depuis 2015. Ils sont même passé par la justice algérienne mais jusqu'à présent aucun cent n'a été remboursé malgré que le fisc a gagné, va savoir qui a les a couvert ou pourquoi :D

Mais encore, tout transfert devise à l'extérieur est accordé, donc le 51/49... oui, ça fait plaisir que l'Algérie exporte du ciment :D

Avatar de l’utilisateur

sadral
Aqid (عقيد)
Aqid (عقيد)
Algeria
Messages : 5725
Inscription : 03 avril 2012, 19:55

Re: L'Economie Algérienne

Message par sadral » 07 juin 2018, 12:04

EXCLUSIF – Issad Rebrab nous dévoile son nouveau projet « révolutionnaire »

Cevital est sur le point de lancer une nouvelle technologie de purification de l’eau jusqu’à présent inédite, qui permettra d’obtenir l’eau « la plus pure du monde ». L’innovation de l’eau ultra-pure, comme elle est appelée, est le fruit de cinq années de recherches menées par une start-up allemande nommée EvCon, propriété de Cevital à hauteur de 80%.

En quoi consiste le projet que vous allez lancer ?
Le groupe Cevital possède quatre centres de recherche et développement en Algérie et de par le monde. L’un d’eux « EvCon » se trouve en Allemagne et a mis au point une technologie révolutionnaire dans le domaine de la production d’eau ultra pure, du dessalement d’eau de mer et du traitement des eaux industrielles.

Cette technologie s’applique à de nombreux secteurs industriels, comme le dessalement d’eau de mer, le traitement des eaux de l’industrie chimique et du gaz et du pétrole de schiste, l’industrie de l’agro-alimentaire, l’industrie des semi-conducteurs, et l’industrie pharmaceutique.

À propos d’industrie pharmaceutique, notre première station de production d’eau ultra pure d’injection est prête. Elle sera présentée officiellement en Allemagne à l’occasion de la foire Achema, plus grand rendez-vous mondial de l’innovation, qui se tiendra à Frankfort du 11 au 15 juin.

C’est donc une toute nouvelle technologie ?
Tout à fait. J’irai même plus loin. C’est une technologie unique en son genre dans le monde. Elle aura des impacts considérables sur l’humanité, menacée par un stress hydrique qui la guette dans les années à venir en raison du manque d’eau. Avec la technologie EvCon, nous apporterons des solutions à ce problème important qui nous concerne tous.

On sent une certaine fierté dans vos propos ?
Cet exploit est naturellement une source de fierté pour nous. Mais il l’est surtout pour l’Algérie. C’est la première fois qu’un pays africain développe et industrialise une technologie de ce niveau. Et ce pays est le nôtre !

Cette technologie a-t-elle été testée ?
Oui, elle a été testée par des géants mondiaux de l’industrie pharmaceutique ainsi que ceux du secteur du dessalement d’eau mer. Et leur verdict est sans appel : notre technologie est la meilleure au monde et l’eau qu’elle produit est la plus pure qui puisse exister sur le marché. Tout cela au meilleur coût et avec une efficacité énergétique sans égale, par rapport aux technologies existantes.

Comment vous est venue l’idée de vous lancer dans cette aventure ?
L’aventure a démarré il y a un peu plus de cinq ans avec « EvCon », une start-up basée en Allemagne. Elle a conçu cette technologie avec une toute petite équipe de sept personnes. Une fois les brevets mis au point, nous avons décidé de les industrialiser en Algérie. Nous avons commandé des équipements industriels pour réaliser dans un premier temps trois centres de production de membranes, éléments clé de notre technologie. Ces dernières seront intégrées dans des stations spéciales, qui produiront à leur tour de l’eau ultra pure que nous commercialiserons dans le monde entier.

Ces stations vont être construites en Algérie ?
En Algérie, nous produirons les membranes, le cœur des stations. Pour les stations elles-mêmes, nous les construirons en Algérie et un peu partout dans le monde. À chaque fois qu’il y aura un besoin quelque part, nous serons présents !

Il y a une telle demande pour les membranes dans le monde ?
Non seulement nous avons affaire au monde entier, mais aussi à plusieurs secteurs d’activité. Imaginez, pour ne citer que cet exemple, tout le potentiel que représente l’industrie pharmaceutique, dont l’existence même dépend de l’eau ultra pure d’injection.

L’industrie pharmaceutique est-elle appelée à être votre premier client ?
Pas nécessairement. Si nous raisonnons en terme de volume, c’est l’industrie de dessalement d’eau de mer qui arrive en premier, vu l’énorme quantité d’eau de mer que nos installations traiteront par jour. Ce volume sera moindre pour l’industrie pharmaceutique.

En revanche, le niveau de sophistication des stations conçues pour cette industrie est nettement plus élevé. Vous aurez d’ailleurs l’occasion de vous rendre compte de la qualité et du haut degré d’innovation de notre première station la semaine prochaine à la Foire Achema de Francfort.

Que va changer cette technologie pour l’Algérie ?
C’est la première fois que des membranes et des stations destinées au dessalement de l’eau de mer et aux autres industries seront fabriquées en Algérie.

Prenons l’exemple du dessalement d’eau de mer, aujourd’hui notre pays importe les membranes et les stations et paie leur gestion en devise. Notre projet permettra de répondre aux besoins du marché national, aidant ainsi l’État à économiser ses réserves de change.

Ces membranes seront également destinées aux marchés extérieurs et contribueront par la même au développement des exportations hors-hydrocarbures.

Qu’en est-il de l’emploi ?
Nos installations seront entièrement robotisées. Elles seront gérées par des ingénieurs et autres spécialistes que nous recruterons en Algérie, avec une formation de haut niveau assurée par nos équipes allemandes.

Avez-vous une estimation des montants qui seront générés par les exportations ?
Ce sont des centaines de millions d’euros la première année, et des milliards d’euros les années suivantes. La production des membranes se fera exclusivement en Algérie pour un marché mondial et illimité !

Considérez-vous ce projet comme étant votre plus grand accomplissement ?
Il est l’accomplissement d’un Groupe fondé sur la passion et la persévérance. Ce projet propulsera Cevital au firmament de l’industrie mondiale !
https://www.tsa-algerie.com/exclusif-is ... tionnaire/
« Une page est tournée ; l'Algérie est d'abord fille de son histoire, qu'elle ait surmonté l'épreuve coloniale et même défié l'éclipse, atteste, s'il en était besoin, de cette volonté inextinguible de vivre sans laquelle les peuples sont menacés parfois de disparition.
L'ornière qui nous a contraints à croupir dans l'existence végétative des asphyxies mortelles nous imposa de nous replier sur nous-mêmes dans l'attente et la préparation d'un réveil et d'un sursaut qui ne pouvaient se faire, hélas ! que dans la souffrance et dans le sang. La France, elle-même, a connu de ces disgrâces et de ces résurrections. » Le président Houari Boumediene.

Répondre

Revenir à « Actualités en Algérie »