Guerre contre le Terrorisme dans le Monde

Venez débattre et discuter de l'actualité géopolitique et militaire
Répondre
Avatar de l’utilisateur

sadral
Aqid (عقيد)
Aqid (عقيد)
Algeria
Messages : 5730
Inscription : 03 avril 2012, 19:55

Re: Guerre contre le Terrorisme dans le Monde

Message par sadral » 02 novembre 2013, 21:41

Contre-terrorisme : le GIGN est en avance dans la «guerre du temps»

Les gendarmes d'élite changent leurs modes d'action avec l'obsession d'aller plus vite face aux nouvelles formes de terrorisme
Les faits - Réorganisé et renforcé en 2007, le Groupe d'intervention de la Gendarmerie nationale développe aujourd'hui un nouveau concept : le "shorter battle process", en tirant les leçons des grandes actions terroristes de ces dernières années, de la Russie à l'Algérie en passant par le massacre perpétré en 2011 en Norvège par Anders Breivik. Pour être capable de fournir des solutions au pouvoir politique face à des prises d'otages massives.

A la caserne Pasquier, sur le plateau de Satory à Versailles, le GIGN invente très discrètement le contre-terrorisme de demain. Celui-ci tient en un concept : « la guerre du temps ». Ou selon la formule anglaise, co-inventée avec l’unité spéciale israélienne Yamam, le « shorter battle process », le raccourcissement de la bataille. L’Opinion a pu avoir un accès détaillé à ses réflexions, qui vont changer en profondeur les modes d’action du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale – et, à sa suite, de ses homologues à l’étranger.
Pour en comprendre tout l’enjeu, il faut revenir au 22 juillet 2011. Ce jour-là, le néo-nazi norvégien Anders Breivik attaque une université d'été de jeunes sociaux-démocrates sur l’île d’Utoya. Déguisé en policier, il tue 69 personnes, pour la plupart des adolescents. Une unité de la police est arrivée rapidement en face de l’île, mais elle met 50 minutes avant de franchir le bras d’eau, le temps de s’organiser et de comprendre contre qui elle va aller combattre : un commando d’al-Qaida ? Un tueur solitaire ? « Pendant ce laps de temps, chaque minute, plus d’une personne a été tuée », constate le général Thierry Orosco, qui a pris le commandement du GIGN quelques mois avant le massacre d’Utoya. Quel dirigeant politique peut accepter cela ?

« Face à une situation qui nous échappe, on ne peut pas rester les deux pieds dans le même sabot. Nous devons pouvoir offrir une solution immédiate et intervenir dans des délais très restreints. On ne peut pas dire aux responsables politiques : attendez un peu qu’on installe notre état-major bien organisé et qu’on comprenne ce qui se passe. Si le contexte l’oblige, notre mode d’action doit être : on arrive et on pénètre.»
Au fil des ans, le temps des prises d’otages terroristes raccourcit. En 2002, à Moscou, il avait fallu attendre 52 heures avant que l’assaut soit donné contre les Tchétchènes du théâtre de la Doubrovka. En janvier dernier, les Algériens n’ont mis que 24 heures pour passer à l’action contre le commando d’AQMI retranché sur le site gazier d’In Amenas. En dix ans, cette durée a été divisée par deux. « Les terroristes savent parfaitement qu’ils ne peuvent pas s’en sortir. Leur préoccupation est médiatique : donner le maximum d’impact à leur action, explique-t-on au GIGN. Leur problème est de savoir combien de temps ils peuvent tenir à la Une de la presse et des télés mondiales. On pense aujourd’hui qu’après 24 heures, les médias passent à autre chose et on entre alors dans une zone de vulnérabilité. Du coup, cela peut accélérer la liquidation des otages et le suicide collectif des terroristes. Ceux-ci ont compris que leur faiblesse, c’est de durer. Ils mèneront donc de plus en plus des opérations flash…»
Aller plus vite, gagner du temps, c’est la nouvelle obsession des gendarmes du GIGN. « Si on discute et si on négocie avec les terroristes, c’est aussi pour “acheter“ du temps. Parce qu’eux aussi en ont besoin. Même Mohammed Merah discutait avec la police afin de pouvoir se reposer avant de mener le combat final auquel il se préparait ».

Depuis sa création en 1974, la réactivité a toujours été dans le code génétique du GIGN. « Montre en main, la première vague quitte la caserne en moins de 30 minutes, » raconte un gendarme. Il faut voir rouler un convoi de monospace Mercedes à plus de 200 km/h pour comprendre ce que la vitesse peut signifier… Des hélicoptères de l’armée sont en alerte permanente sur la base voisine de Villacoublay et le « groupe » - c’est ainsi que les hommes du GIGN parlent de leur unité – peut également utiliser des avions Transall pour les plus longues distances. Mais cela ne suffit pas : « Nous en sommes aujourd’hui à tenir nos briefings dans les véhicules, par radio. Et nos spécialistes confectionnent même les explosifs en roulant », assure-t-on à Satory.

Si l’urgence de la situation l’exigeait, la première vague doit pouvoir passer à l’action dès son arrivée sur le terrain. Après ce premier « dard », les vagues suivantes débarqueraient en pleine zone de combat. C’est ce que l’on appelle en langage maison un PAI, un plan d’action d’immédiat. « Nos plans doivent être validés par le pouvoir politique, explique le général Orosco. C’est lui qui donne le feu vert ». Des moyens de transmission exceptionnels ont été spécialement développés, comme un système de visioconférence mobile permettant de faire de lien, en mode secret-défense, avec le président de la République et la cellule interministérielle de crise, place Beauvau.

Ces modes d’action obligent le GIGN à se réorganiser : les hommes chargés du soutien, par exemple l’approvisionnement en munitions, doivent aussi être en alerte quasi-permanente. Car, ce à quoi se préparent les gendarmes du contre-terrorisme depuis quelques années, ce n’est pas à gérer un forcené ou un terroriste isolé, comme Merah. Leur défi, c’est aujourd’hui la prise d’otage massive, la POM comme on dit à Satory. Le théâtre de la Doubrovka à Moscou, Beslan dans le Caucase russe (2004), les attentats de Bombay (2008), In Amenas en janvier 2013, sans oublier la tuerie de Breivik.

En 2007, le GIGN avait été réorganisé en profondeur, pour lui permettre de répondre à des menaces de grande ampleur, avec plusieurs dizaines de terroristes impliqués dans des actions massives et simultanées. Ses effectifs – aujourd’hui 380, dont une vingtaine de femmes – et ses capacités ont été renforcées, sous la houlette du général Denis Favier. Cet officier, qui avait conduit l’assaut de l’Airbus de Marignane (1994), a été nommé directeur général de la gendarmerie en avril. Depuis six ans, afin de pouvoir mobiliser de gros effectifs, les différents métiers du GIGN (protection, observation, appui opérationnel) ont appris à mieux travailler avec la Force d’intervention – la plus connue et la plus spectaculaire. La coopération avec les forces d’intervention de la police (Raid, GIPN, BRI) reste, en revanche, assez difficile.

Revers de la médaille : le GIGN renforcé risquait d’être moins réactif. « On devenait plus lourd, plus lent. C’était un peu ceinture et bretelles », reconnaît-on à l'état-major. D’où la nouvelle étape avec ce « shorter battle process».

« Si nous calquons le scénario Bombay sur Paris, à quoi devrions-nous faire face ? », explique un officier. « Une voiture piégée explose à Barbès, puis une autre à Saint-Michel. Pendant que la police est sur les dents, un commando prend l’Hôtel du Crillon et commence à tuer les clients.». Effet médiatique garanti. « Un grand hôtel comporte des centaines de chambres : on serait peut-être obligé de faire sauter les portes une à une pour y rechercher les dizaines de terroristes retranchés… Chaque opérateur transporte des charges explosives avec lui. Mais il faudra vite en apporter d’autres… » Parmi les autres scénarios, le GIGN se prépare toujours, à raison d’un entrainement chaque mois, à reprendre de vive force un avion civil sur une piste d’aéroport, comme à Marignane. Les centrales nucléaires font l’objet d’une attention toute particulière (plan Piratom). Les grands navires, aussi. Le GIGN s’entraine à les prendre d’assaut en pleine mer dans le cadre des exercices Esterel avec la Marine nationale.
Cette approche du contre-terrorisme suscite l’intérêt de nombreux pays, dont les représentants se pressent presque chaque semaine à Satory. Mais au royaume des groupes d’intervention, il y a peu d’élus. Si les Américains se tiennent à distance, les gendarmes français ne tarissent pas d’éloges techniques sur quelques pays, qui, tous, ont été confrontés au terrorisme. Hors de toute implication politique, les Israéliens du Yamam sont, au plan de la réflexion, très proches du GIGN. Les Algériens du Détachement spécial d’intervention (DSI) sont jugés « très bons » :algerie01: ainsi que les Russes des groupes Alpha ou Vympel. En Europe, une coopération étroite existe avec les Allemands et les Belges. Mais, dans la guerre du temps, le GIGN a aujourd’hui une vraie longueur d’avance. « Nous sommes leaders » finit par lâcher le général Orosco, l’homme qui bat plus vite le tempo du contre-terrorisme.
http://www.lopinion.fr/1-juillet-2013/c ... temps-1606
« Une page est tournée ; l'Algérie est d'abord fille de son histoire, qu'elle ait surmonté l'épreuve coloniale et même défié l'éclipse, atteste, s'il en était besoin, de cette volonté inextinguible de vivre sans laquelle les peuples sont menacés parfois de disparition.
L'ornière qui nous a contraints à croupir dans l'existence végétative des asphyxies mortelles nous imposa de nous replier sur nous-mêmes dans l'attente et la préparation d'un réveil et d'un sursaut qui ne pouvaient se faire, hélas ! que dans la souffrance et dans le sang. La France, elle-même, a connu de ces disgrâces et de ces résurrections. » Le président Houari Boumediene.

Avatar de l’utilisateur

Topic author
scorpion-rouge35
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 5462
Inscription : 20 mars 2012, 13:03
Localisation : ALGERIE-ALGER
Contact :

Re: Guerre contre le Terrorisme dans le Monde

Message par scorpion-rouge35 » 07 novembre 2013, 15:28

le prochain sur la liste des drone US :twisted:
Le mollah Fazlullah désigné nouveau chef des Taliban pakistanais

Image

Les Taliban pakistanais ont élu jeudi le mollah Fazlullah à la tête de la rébellion islamiste armée pour succéder à Hakimummah Mehsud, l'un des hommes les plus recherchés du Pakistan, assassiné vendredi 1er novembre par un drone américain.

Les Taliban pakistanais ont élu le mollah Fazlullah, commandant qui avait imposé la loi islamique dans la vallée de Swat entre 2007 et 2009, à la tête de la rébellion islamiste armée, ont-ils annoncé jeudi 7 novembre .

Le mollah Fazlullah succède à Hakimummah Mehsud, chef du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), regroupement de factions islamistes armées, tué vendredi 1er novembre par un drone américain, a déclaré le chef intérimaire des insurgés, Asmatullah Shaheen, lors d'une conférence de presse dans un lieu tenu secret.

Son prédécesseur, Hakimullah Mehsud, dont on ne connaissait pas l'âge exact - sans doute une trentaine d'années -, était l'un des hommes les plus recherchés du Pakistan depuis son arrivée aux commandes de l'organisation, en août 2009. Sa tête était mise à prix à cinq millions de dollars aux États-Unis.

http://www.france24.com/fr/20131107-mol ... tan-mehsud
THE ALGERIAN ARMY


Avatar de l’utilisateur

Amine Ind
Aqid (عقيد)
Aqid (عقيد)
Algeria
Messages : 5002
Inscription : 28 septembre 2012, 13:44
Localisation : LFBO

Re: Guerre contre le Terrorisme dans le Monde

Message par Amine Ind » 20 novembre 2013, 23:39

Mali: Le bras droit du chef djihadiste Belmokhtar tué par l'armée française

MONDE - Lors d'une intervention dans le nord-est de Mali...

L'armée française a tué la semaine dernière le numéro deux du groupe djihadiste dirigé par l'Algérien Mokhtar Belmokhtar lors d'une opération dans la région de Tessalit (nord-est du Mali), a appris ce mercredi l'AFP de sources sécuritaires régionales.

Hacène Ould Khalill, un Mauritanien plus connu sous le nom de Jouleibib, était «le véritable bras droit» de Belmokhtar, selon une source sécuritaire régionale.

Jouleibib était le numéro deux du groupe des «Signataires par le sang», créé par Mokhtar Belmokhtar l'an dernier après son départ d'Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) dont il était l'un des principaux dirigeants au Mali.

«C'est véritablement un coup dur pour Belmokhtar»

Une autre source sécuritaire régionale a confirmé la mort de Jouleibib, en précisant que «deux autres terroristes ont été tués au cours de l'opération, un véhicule a été détruit et les militaires français, qui ont réussi un joli coup, ont également récupéré des documents, notamment un téléphone (satellitaire) Turaya, qui va donner des informations précieuses».

Jouleibib faisait également office de porte-parole des «Signataires par le sang» et «s'occupait de l'intendance du groupe», a précisé cette source, ajoutant: «C'est véritablement un coup dur pour Belmokhtar.»

Contacté par l'AFP, l'état-major des armées françaises à Paris n'a pas confirmé ces informations.

Le groupe des «Signataires par le sang»

Dans la nuit du 13 au 14 novembre, une opération spéciale des forces françaises avait permis de «neutraliser» plusieurs membres d'Al-Qaida et de saisir du matériel, avait annoncé le chef d'état-major des armées françaises, l'amiral Edouard Guillaud.

Il avait précisé que cette opération avait visé «un pick-up dans le désert, à peu près à 200-250 kilomètres à l'ouest de Tessalit», localité située près de la frontière entre le Mali et l'Algérie.

Le groupe des «Signataires par le sang» de Belmokhtar avait dirigé en janvier l'attaque du site gazier d'In Amenas, dans le sud de l'Algérie. Entre 38 et 40 otages avaient perdu la vie et 29 ravisseurs avaient été tués lors de l'assaut de l'armée algérienne.
http://www.20minutes.fr/monde/1252637-2 ... -francaise

:cheers: :cheers: :cheers:
Image


Abouali
2nd classe (FAR-Maroc)
2nd classe (FAR-Maroc)
Messages : 211
Inscription : 11 janvier 2013, 14:34

Re: Guerre contre le Terrorisme dans le Monde

Message par Abouali » 28 novembre 2013, 16:56

Bonjour Abouali.
Premièrement je n'es pas parlé d'un jugement sur l'efficacité contre le terrorisme mais du pays qui était en première ligne contre le terrorisme donc ton premier couplet n'a aucun sens pour réfuté la pensée de mon post.

Si tu penses que ce qu' a vécu dernièrement l'Afrique du nord dans la zoné sahélienne est le Ko et destruction c'est que nous n'en n'avons pas la même définition.
L'exemple de nos diplomates à Gao a été une erreur d'interprétation de la situation sécuritaire du Mali je te l'accorde mais prendre l'exemple de Mr Boudiaf est d'une part injuste et hors sujet, je te rappelle qu' à l'époque nous n'étions pas dans la même position qu'aujourd'hui mais en pleine guerre , 1992 est une année désastreuse pour l'Algérie qui était dans un état précaire,.

Mr Merbah c'était en 93 j'ai la même réponse que celle pour Mr Boudiaf.
Tu ne nous parles en fait que de la décennie noire mais c'est normal les Marocains sont fan de cette période , je me demande bien pourquoi
L'armée Algérienne et ses forces de sécurités depuis ces dix dernières années ont montrés qu'ils étaient à la pointe de l'efficacité et à la pointe du combat contre le terrorisme, j'ajoute que si bons nombres de partenaires (exemple: Mali, Tunisie) nous avaient écoutés dès le début bons nombres de situations désastreuses ne ce seraient pas produites.
Abouali je ne dis pas que nous sommes la force incontournable contre le terrorisme par fierté ou égo mal placé car ce n'est pas moi qui risque ma vie mais mes compatriotes pour qui j'ai une admiration sans limite mais parce que la vérité est simple et limpide, nous avons payés par milliers d'Algériens et d'Algériennes le combat contre le terrorisme, nous sommes perpétuellement la cible de ce fléau, nous sommes entourés de pays plus instable les uns que les autres , alors oui je te le répète nous sommes le dernier rempart contre le Ko et la destruction.
Sur le sahel, si c'etait un ilot de tranquilité, il n'y aurait ni Serval, ni enlèvements etc etc...donc oui de mon point de vu, c'est un boxon.
pour la decennie noire, avoues qu'il est difficile de parler du terrorisme en algerie sans évoquer cette période.
pour le reste, je suis quotidiennement l'actualité algerienne, et connais donc le sacrifice des algeriens et de leurs forces de sécurité. a cet égard je suis solidaire de votre combat. Le terrorisme se nourrit aussi des divisions, aussi, sur ce sujet, je ne pense pas qu'il faille se chamailler. Si l'ennemi est commun, le front doit l'être aussi. Ces vermines se nourriront de tous les espaces entre voisins qu'ils trouveront, il est donc necessaire qu'il y en est le moins possible.

cdt


Rebell
Banni Définitivement
Banni Définitivement
Messages : 1540
Inscription : 31 août 2012, 16:29
Localisation : IRAN-Mashhad

Re: Guerre contre le Terrorisme dans le Monde

Message par Rebell » 28 novembre 2013, 17:29

sage parole mon cher abouali le probleme voie tu se situe dans le palais royale comment faire alliance avec quelqun qui a soutenue les tango dans les année 90 tant qui pouvez prendre tindouf bechar et que le Sahara lui sois laisser je voie pas comment il aurai refuser ;)

de plus il a soutenue la chute de khadafi mais par qui?? par les tango camoufler sous une armée de libération libyenne d'ailleurs tout le monde c'est cacher derrière le CNS et l'armée libre qui voulais renverser le super dictateur
ensuite en Syrie il soutiens pas al assad mais il soutiens sa chute et sa chute se fera pas en claquant les doigt :nooo: comme les monarchie du golf soutienne les tango le Maroc qui et très lier au monarchie n'est pas étranger a sa et encore une foi le terrorisme ne frappe que l’Algérie a croire que les etat de la région sont tous pour la charia et que l'algerie et israel en personne dsl mais je croie pas au coup du hasard
non tu peut pas connaitre le sacrifice des algerien faut le vivre pour le connaitre ou du moin voir ta famille massacré et avec des témoignage pour te faire ne seraissent qu’une idée

donc oui sans l'algerie la région Afrique du nord et sahel serait dans un chaos totale imagine une petite seconde si les tango aurai prie le pouvoir en Algérie sois il s'entendrait avec le Maroc car ceci serons lier au monarchie du golf ou sois si il essai d'installer la même chose dans tout les pays voisin sa serait un chaos totale la ce que nous voyons ce sont des petite action de ces groupe qui profite de la situation mais rien de plus sérieux
Dernière modification par Rebell le 24 décembre 2013, 23:32, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur

Amine Ind
Aqid (عقيد)
Aqid (عقيد)
Algeria
Messages : 5002
Inscription : 28 septembre 2012, 13:44
Localisation : LFBO

Re: Guerre contre le Terrorisme dans le Monde

Message par Amine Ind » 05 décembre 2013, 15:06

OFFICIAL: ALGERIA KILLS HIGH-LEVEL AL-QAIDA LEADER

ALGIERS, Algeria (AP) — Algerian army helicopters killed a top al-Qaida leader and four associates as they sped through the southern Algerian desert, a local official said Thursday.

The two four-wheel-drive vehicles were hit as they were carrying Khalil Ould Addah, known as Abu Bassen, the number three leader in the terror network's North African branch, said the official from the southern regional capital of Tamanrasset.

"The trail of the two all-terrain vehicles was being followed closely by the army that wanted to take them alive but at the last minute the decision was made to use helicopters to bomb their vehicles," he told The Associated Press on condition of anonymity because he was not authorized to speak to the media.

The Arabic language daily al-Khabar said the attack happened Wednesday, adding that the militants had come from northern Mali and were heading to a meeting of top Al-Qaida in North Africa officials.

Al-Qaida's North African branch emerged out of the radical Islamist groups trying to overthrow the Algerian government during the 1990s and to this day, its top leaders are believed to be hiding out in the mountainous Kabyle region in the north, near the capital.

The group, however, has been much more successful establishing itself in the largely ungoverned desert wastes south of Algeria's borders and established its own state in northern Mali with the help of Tuareg rebels in 2012.

French forces backed by African allies retook northern Mali earlier this year and scattered al-Qaida throughout the region. Some are still believed to be hiding out in northern Mali while others have taken refuge in Niger and southern Libya where the central government holds little power.

In January, al-Qaida-linked groups attacked an Algerian natural gas facility at Ain Amenas, not far from where Ould Addah was killed.
http://bigstory.ap.org/article/official ... ida-leader

Je sors de suite la bouteille de Selecto :!: :super: :Algeria: :algerie01:
Image

Avatar de l’utilisateur

medhak
Avertissement
Avertissement
Algeria
Messages : 478
Inscription : 24 novembre 2013, 19:37

Re: Guerre contre le Terrorisme dans le Monde

Message par medhak » 24 décembre 2013, 17:30

La Libye n’était pas l’auteur de l’attentat de Lockerbie

Voilà pour un site qui se lamentait souvent de rapporter des infos de premiere main et d'en etre pas cité
http://www.wikistrike.com/article-la-li ... 49450.html
Image

L’avantage d’invoquer le terrorisme dans un tribunal c’est qu’il n’y a pas besoin de mobiles. Le terrorisme est à la fois l’acte et le mobile. Ainsi, à la question: pourquoi la Libye a-t-elle choisi de faire sauter un avion dans un coin perdu en Ecosse, parmi les milliers qui volaient ce jour-là dans le monde ? la seule réponse possible est : terrorisme. Les juges britanniques n’ont pas été plus loin. Il s’agit ensuite de construire une histoire adaptée dont les incohérences n’apparaîtront que beaucoup plus tard.
Tenu secret cinq ans durant, un rapport de la justice écossaise dévoile le rôle trouble des services anglais et américains dans l’enquête sur l’attentat de 1988, attribué à la Libye, qui avait fait 270 morts.

Dans une précédente livraison (« Kadhafi ne rime pas avec Lockerbie » du 8 janvier 2012), nous évoquions le mystère qui entoure l’attentat ayant provoqué le 21 décembre 1988 la destruction en vol au dessus du village écossais de Lockerbie du Boeing 747 de la Pan Am reliant Londres à New York.

Le crime, attribué par la justice écossaise à des terroristes libyens, s’est soldé le 31 janvier 2001 par la condamnation à perpétuité assortie d’une peine de sûreté de 27 ans, d’Ali Al-Megrahi, membre présumé des services secrets de feu le colonel Kadhafi qui, tout en niant avec force la responsabilité de son pays dans l’attentat, a néanmoins indemnisé les victimes sous la pression de la communauté internationale…

En échange d’une renonciation à former appel de sa condamnation, Al-Megrahi a été libéré le 20 août 2009 pour raison médicale. L’affaire aurait pu en rester là. Il se trouve que ses avocats avaient saisi le 23 septembre 2003 la Scottish Criminal Cases Review Commission (SCCRC), passage obligé en droit écossais avant que l’appel du requérant soit pris en considération.

Le 28 juin 2007, confirmant les doutes émis par les médias anglo-saxons ayant enquêté sur l’affaire quant à la culpabilité d’Al-Megrahi, la SCCRC annonçait, au terme d’une enquête d’une ampleur impressionnante, qu’elle transmettait le dossier à la Court of Criminal Appeal.

Toutefois, en vertu du Data Protection Act britannique et des implications internationales de l’affaire, le rapport de la SCCRC devait rester secret, notamment du fait de l’existence de deux documents top-secrets détenus par l’accusation et dont la Commission avait découvert l’existence. Elle souhaitait les consulter pour les besoins de l’enquête et les divulguer afin qu’Al-Megrahi puisse en prendre connaissance.

C’est finalement le 27 avril 2007 que le représentant de l’accusation a répondu à la Commission que l’autorisation de divulgation était « subordonnée à l’accord des autorités du pays dont provient le document », accord que le pays considéré, invoquant sa « sécurité nationale », n’a jamais donné.

Les États-Unis récompensent le principal témoin à charge

On ne sait si l’indignation l’emporte sur la stupéfaction. Prêtant aux thèses soutenues par l’accusation une oreille plus que bienveillante, la SCCRC va néanmoins examiner avec un soin extrême, la quarantaine d’arguments invoqués par les avocats d’Al-Megrahi pour interjeter appel de sa condamnation à perpétuité. Elle en retiendra finalement six :

un verdict qualifié de déraisonnable ;
la non-communication à la défense des conditions irrégulières voire surréalistes dans lesquelles le témoin principal, Anthony Gauci a identifié Al-Megrahi ;
la non-communication à la défense des compensations financières conséquentes attribuées par l’Oncle Sam au dit témoin et à son frère Paul Gauci ;
un doute raisonnable sur la date à laquelle ont effectivement été achetés les vêtements chez Mary’s House ;
la non-communication à la défense des deux documents top-secrets évoqués plus haut ;
diverses anomalies de procédure pouvant collectivement constituer une erreur judiciaire.

Le badge fantôme de la CIA

Digne des meilleurs romans de John Le Carré, le rapport met en lumière des faits troublants qui, s’ils ne contribuent pas franchement à faire la lumière sur les véritables auteurs du carnage, montrent le rôle trouble des autorités britanniques et américaines, comme en attestent ces quelques extraits d’une interview de Mary Boylan, qui a affirmé avoir trouvé dans les débris un badge de la CIA, badge qui a disparu lors de l’inventaire des éléments récupérés sur le site de l’accident et dont on lui a demandé de ne jamais faire état, le chef de l’enquête Sir John Orr prétendant que les affirmations de Miss Boylan « sont du domaine de la fantaisie et sont un non-sens absolu ».

À noter aussi le fait que la valise de McKee, officier de la DIA présent dans l’avion avec plusieurs collègues, a été forcée, ouverte et fouillée avant d’être examinée par les enquêteurs.

« Les États-Unis n’étaient pas pas seulement dans les coulisses mais en avaient la plupart du temps le contrôle. »

Autant d’éléments qui ne peuvent que renforcer la conviction du lecteur selon laquelle, tout comme son co-accusé Al Amin Khalifa Fimah, Al-Megrahi aurait du sortir libre du tribunal le 31 janvier 2001. La raison d’État en a décidé autrement…



Source : Woodward et Newton

Avatar de l’utilisateur

l'adjudant/chef
Fariq (فريق)
Fariq (فريق)
Algeria
Messages : 2709
Inscription : 27 mars 2012, 15:57
Localisation : algerie
Contact :

Re: Guerre contre le Terrorisme dans le Monde

Message par l'adjudant/chef » 31 décembre 2013, 22:41

Abou Iyadh arrêté en Libye

Image

Des sources sécuritaires et diplomatiques ont confié à Mosaïque FM, que le leader de la mouvance Ansar Chariaâ, Abou Iyadh et quatre ou cinq de ses compagnons ont été arrêtés lors d'une opération effectuée conjointement par les forces spéciales américaines et les forces de sureté libyennes à Misrata ce lundi 30 décembre 2013 à l'aube.

Des échanges de coups de feu ont été enregistrés entre les deux parties et 4 agents des forces spéciales ont légèrement été blessés

Abou Iyadh a été arrêté et conduit vers un endroit inconnu sur fond de sa présumée implication dans les évènements de l'ambassade américaine à Benghazi qui avait couté la vie à l'ambassadeur américain en Libye le 11 septembre 2012.

Par ailleurs, l'ambassade des Etats-Unis à Tunis a nié dans l'après-midi la participation de ses forces en Libye dans l'arrestation d'Abou Yadh et a invité toutes les parties à prendre contact avec les autorités libyennes pour des informations supplémentaires.

Le ministère de la Justice a indiqué ce lundi 30 décembre, qu'aucune confirmation officielle n'a été envoyée par les autorités libyennes, concernant l'arrestation d'Abou Iyadh, leader d'Ansar Achariaa.
http://www.mosaiquefm.net/fr/index/a/Ac ... e-en-libye
c'est pas l'arme qui tue mais l'être humaine qui tir sur la gâchette

Image

Image

Avatar de l’utilisateur

BerrouLana
Muqaddam (مقدم)
Muqaddam (مقدم)
Algeria
Messages : 3240
Inscription : 31 mars 2012, 01:05
Contact :

Re: Guerre contre le Terrorisme dans le Monde

Message par BerrouLana » 03 janvier 2014, 00:05

Jusqu'à présent , rien n'est confirmé ! un porte-parole militaire ou quelque chose comme ça à démenti l'arrestation de ce terroriste sur le sol libyen, plus le démenti de l'ambassadeur US en tunisie ... bon, cette histoire n'est pas plus qu'une histoire de journal !!! affaire à suivre...
Image


aucun signal
Avertissement
Avertissement
Messages : 375
Inscription : 05 juillet 2013, 17:45

Re: Guerre contre le Terrorisme dans le Monde

Message par aucun signal » 06 janvier 2014, 15:26

Al-Qaida, éternel supplétif de l’Otan
par Thierry Meyssan
La mise au jour des liens unissant le Premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan, à Al-Qaida bouleverse la politique turque. Non seulement Ankara soutenait très activement le terrorisme en Syrie, mais il le faisait dans le cadre d’une stratégie de l’Otan. Pour Thierry Meyssan, l’affaire montre aussi le caractère factice des groupes armés qui luttent contre l’État et le peuple syriens. C’est la première fois depuis le 11-Septembre qu’un chef de gouvernement de l’Otan est surpris la main dans le sac, en train de travailler personnellement avec Al-Qaida.
Image
Recep Tayyip Erdoğan et Yasin al-Qadi
Jusqu’à présent, les autorités des États membres de l’Otan affirment que la mouvance jihadiste internationale, qu’elles soutenaient à sa formation, lors de la guerre en Afghanistan contre les Soviétiques (1979), se serait retournée contre elles lors de la libération du Koweït (1991). Elles accusent Al-Qaida d’avoir attaqué les ambassades S eu Kenya et en Somalie (1998) et d’avoir fomenté les attentats du 11 septembre 2001, mais admettent qu’après la mort officielle d’Oussama Ben Laden (2011), certains éléments jihadistes auraient à nouveau collaboré avec eux en Libye et en Syrie. Toutefois, Washington aurait mit fin à ce rapprochement tactique en décembre 2012.

Or, cette version est démentie par les faits : Al-Qaida a toujours combattu les mêmes ennemis que l’Alliance atlantique, ainsi que le révèle une fois de plus le scandale qui secoue actuellement la Turquie.

On apprend que le banquier d’Al-Qaida, Yasin al-Qadi —qui était désigné comme tel et recherché par les États-Unis depuis les attentats contre leurs ambassades au Kenya et en Tanzanie (1998)— était un ami personnel à la fois de l’ancien vice-président US Dick Cheney et de l’actuel Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan. On découvre que ce « terroriste » menait grand train de vie et voyageait en avion privé en se moquant des sanctions des Nations Unies à son encontre. Ainsi, a t-il rendu visite au moins quatre fois à M. Erdoğan en 2012, arrivant par le second aéroport d’Istanbul où, après avoir déconnecté les caméras de surveillance, il était accueilli par le chef de la garde du Premier ministre, sans passer par les douanes.

Selon les policiers et magistrats turcs qui ont révélé ces informations et incarcéré les enfants de plusieurs ministres impliqués dans l’affaire, le 17 décembre 2013 —avant d’être dessaisis de l’enquête voire relevés de leurs fonctions par le Premier ministre—, Yasin al-Qadi et Recep Tayyip Erdoğan avaient mis au point un vaste système de détournement de fonds pour financer Al-Qaida en Syrie.

Au moment même où cet incroyable double-jeu était mis en lumière, la gendarmerie turque arrêtait à proximité de la frontière syrienne un camion transportant des armes destinées à Al-Qaida. Parmi les trois personnes interpellées, l’une déclarait convoyer le chargement pour le compte de l’IHH, l’association « humanitaire » des Frères musulmans turcs, tandis qu’une autre affirmait être un agent secret turc en mission. En définitive, le gouverneur interdisait à la police et à la justice de faire leur travail, confirmait que ce transport était une opération secrète du MIT (les services secrets turcs), et ordonnait que la camion et son chargement puissent reprendre la route.

L’enquête montre également que le financement turc d’Al-Qaida utilisait une filière iranienne à la fois pour agir sous couverture en Syrie et pour mener des opérations terroristes en Iran. L’Otan disposait déjà de complicités à Téhéran durant l’opération « Iran-Contras » dans des milieux proches de l’ancien président Rafsandaji, tel le cheikh Rohani, devenu l’actuel président.

Ces faits interviennent alors que l’opposition politique syrienne en exil lance une nouvelle théorie à la veille de la Conférence de Genève 2 : le Front al-Nosra et l’Émirat islamique en Irak et au Levant (ÉIIL) ne seraient que de faux nez des services secrets syriens chargés d’affoler la population pour la rabattre vers le régime. La seule opposition armée serait donc celle de l’Armée syrienne libre (ASL) qui reconnaît son autorité. Il n’y aurait pas de problème de représentativité à la Conférence de paix.

Nous serions donc priés d’oublier tout le bien que la même opposition en exil disait d’Al-Qaida depuis trois ans ainsi que le silence des États membres de l’Otan sur la généralisation du terrorisme en Syrie.

Dès lors, si l’on peut admettre que la plupart des dirigeants de l’Alliance atlantique ignoraient tout du soutien de leur organisation au terrorisme international, on doit aussi admettre que l’Otan est le principal responsable mondial du terrorisme.
Thierry Meyssan

Source
Al-Watan (Syrie)


aucun signal
Avertissement
Avertissement
Messages : 375
Inscription : 05 juillet 2013, 17:45

Re: Guerre contre le Terrorisme dans le Monde

Message par aucun signal » 08 janvier 2014, 18:48

Opérations militaires sous fausse bannière OPERATION NORTHWOODS


L'Opération Northwoods consistait, en 1962, dans le contexte de la guerre froide, en l'organisation d'une série d'attentats contre les États-Unis par l'état-major interarmes américain lui-même, de manière à en imputer la responsabilité au régime cubain (agression dite « false flag »). Le but était de justifier aux yeux de l'opinion américaine une intervention des forces armées américaines contre Cuba et d'obtenir l'appui diplomatique, voire militaire, des nations occidentales, la Grande-Bretagne en particulier[1]. Le président J.F. Kennedy s'est opposé au projet.
a deplacer si se n est pas sa place :avo:


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11852
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Guerre contre le Terrorisme dans le Monde

Message par AAF 2020 » 11 janvier 2014, 19:59

Les groupes d’Ansar Al-Charia de Libye et de Tunisie sur la liste américaine des organisations terroristes
Le département d’Etat américain a annoncé vendredi la désignation des trois branches d’Ansar Al-Charia de Benghazi, de Derna (Libye) et de Tunisie comme "organisations terroristes étrangères’’ ainsi que les chefs respectifs de ces trois groupes comme ’’terroristes internationaux’’. Dans un communiqué, le département d’Etat souligne avoir inscrit ces trois groupes d’Ansar al-Charia sur la liste des organisations terroristes étrangères (FTO) en vertu des lois américaines relatives au terrorisme.
En outre, le département d’Etat a également désigné Ahmed Abou Khattalah, Soufiane Ben Qumu et Seifallah Ben Hassine, communément appelé ’’Abou Iyadh’’, comme ’’terroristes internationaux’’.
En conséquence de ces désignations, des sanctions sont prévues portant sur l’interdiction de fournir ou tenter de fournir un soutien matériel ou des ressources financières, ou de s’engager dans des opérations avec ces trois groupes ou des ces individus, et le gel de tous leurs biens qui pourraient se trouver aux Etats-Unis.
Le département de John Kerry souligne que les groupes Ansar al-Charia de Benghazi et de Derna, créés séparément après la chute du gouvernement de Maammar El Gueddafi, ont été impliqués dans des attaques terroristes contre des cibles civiles et dans plusieurs assassinats et de tentatives d’assassinats de responsables de la sécurité et des acteurs politiques dans l’est de la Libye, ainsi que dans l’attaque menée le 11 septembre 2012 contre le consulat américain à Benghazi dans laquelle l’ambassadeur américain, Chris Stevenson, et trois autres trois fonctionnaires américains avaient péri.
Pour le département d’Etat, les membres de ces deux groupes terroristes libyens ’’continuent de poser une menace pour les intérêts américains’’, en précisant qu’Ahmed Abou Khattalah et Soufiane ben Qumu sont les dirigeants respectivement d’Ansar al-Charia de Benghazi et de Derna.
Par ailleurs, il affirme que le groupe Ansar al-Charia de Tunisie, fondé par Seifallah Ben Hassine au début de 2011, a été impliqué dans l’attaque menée le 14 septembre 2012 contre l’ambassade américaine et l’école américaine à Tunis, ’’qui a mis en danger la vie de plus d’une centaine de salariés de l’ambassade américaine’’.
A ce propos, il rappelle que le gouvernement tunisien avait déclaré ce groupe comme une organisation terroriste qui a été impliquée dans des attaques contre les forces de sécurité tunisiennes, dans les assassinats de personnalités politiques tunisiennes et dans des tentatives d’attentats suicides dans des lieux fréquentés par les touristes.
Pour le département d’Etat, ’’Ansar al-Charia de Tunisie, qui est idéologiquement aligné avec al-Qaïda et lié à ses affiliées, dont AQMI, représente la plus grande menace pour les intérêts américains en Tunisie’’.
Le gouvernement américain, a-t-il ajouté, s’est engagé à prendre toutes les mesures appropriées contre les organisations et les individus responsables des attaques contre les installations diplomatiques américaines en Libye et en Tunisie.
’’Nous restons déterminés à travailler avec le gouvernement libyen pour traduire en justice les auteurs des attaques du 11 septembre 2012 de Benghazi et pour assurer la sécurité de notre personnel servant à l’étranger. De même, nous continuons d’exhorter le gouvernement tunisien à traduire en justice les responsables de l’attaque du 14 septembre 2012 menée contre l’ambassade américaine à Tunis’’, a-t-il poursuivi.
Dans ce sillage, le département d’Etat a inclus vendredi une récompense allant jusqu’à 10 millions de dollars pour toute information menant à l’arrestation ou à la condamnation de tout individu responsable de l’attaque de Benghazi de septembre 2012.
http://www.letempsdz.com//content/view/112476/1/


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11852
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Guerre contre le Terrorisme dans le Monde

Message par AAF 2020 » 20 janvier 2014, 19:32

Terrorisme: des policiers russes suivront un stage en Israël
Image
Image
Des policiers russes se rendront en Israël pour suivre une formation en matière de sécurité dans les transports, a annoncé lundi aux journalistes le ministre russe de l'Intérieur Vladimir Kolokoltsev en visite à Jérusalem.
Un groupe d'officiers russes chargés d'assurer la sécurité dans les transports se rendra prochainement en Israël pour suivre un stage en matière de sécurité dans les aéroports. Leurs collègues israéliens leur apprendront notamment les méthodes de "profiling" qui permettent de repérer dans une foule de passagers des personnes suspectes d'après leur comportement.
Le ministre russe de l'Intérieur est arrivé lundi à Jérusalem pour s'entretenir avec les responsables de l'Etat hébreu et se familiariser avec le travail des policiers israéliens.
http://fr.ria.ru/world/20140120/200265717.html


Rebell
Banni Définitivement
Banni Définitivement
Messages : 1540
Inscription : 31 août 2012, 16:29
Localisation : IRAN-Mashhad

Re: Guerre contre le Terrorisme dans le Monde

Message par Rebell » 21 janvier 2014, 03:14

un convoie carrément??? :shock: il doivent avoir une ligne de ravitaillement solide...c'est sa que nos service secret doivent trouver et démonté ce réseau au plus vite.
Frontière Mali-Algérie : Un convoi de véhicules transportant des armes intercepté

Le ministère de la Défense algérien a annoncé que l’armée algérienne a arrêté 17 personnes la semaine dernière et intercepté un convoi de véhicules transportant des armes, des munitions et des produits alimentaires à Illizi, en route vers le Mali.
http://maliactu.net/frontiere-mali-alge ... ntercepte/


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11852
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Guerre contre le Terrorisme dans le Monde

Message par AAF 2020 » 31 janvier 2014, 12:51

L’ONU condamne le versement de rançon en cas d’enlèvement terroriste
Image
C’est une décision pouvant constituer un casse-tête pour les négociateurs chargés de libérer des otages à travers le monde, même si elle se justifie pour tenter d’endiguer le versement d’argent aux kidnappeurs islamistes. L’ONU a voté aujourd’hui la résolution n°2133 demandant aux États de ne pas verser de rançon à des groupes terroristes pour libérer des otages.
Cette décision du Conseil de Sécurité fait suite à des engagements pris en matière antiterroriste par les pays membres du G8, en juin 2013, en Irlande du Nord. La résolution « demande à tous les Etats membres d’empêcher les terroristes de profiter directement ou indirectement de rançons ou de concessions politiques et de faire en sorte que les otages soient libérés sains et saufs ».
La décision a de quoi surprendre avec une telle formulation. Même si la France refuse toujours de reconnaître officiellement le versement de rançon, elle a déjà libéré ses otages en Afghanistan ou au Sahel en versant d’importantes contreparties financières, s’élevant parfois à plusieurs dizaines de millions de dollars. Ces libérations peuvent dans certains cas s’accompagner d’échanges de prisonniers. Comment envisager de négocier avec des groupes islamistes au Mali, au Cameroun ou encore en Syrie sans proposer une rançon, alors que ces enlèvements sont souvent uniquement crapuleux ? Comment ne pas mettre en danger la vie des otages dans ce cas ?
Le texte onusien demande aussi « à tous les Etats membres d’encourager les partenaires du secteur privé à adopter les bonnes pratiques qui s’imposent pour prévenir les enlèvements terroristes ou y faire face sans verser de rançon ». Autrement dit, les sociétés de sécurité privée sont appelées à agir davantage dans la protection des personnes et des sites des grands groupes industriels implantés dans les zones à risque. D’après certaines estimations officielles, ce business lucratif des kidnappings aurait rapporté au moins 105 millions à Al Qaïda depuis trois ans et demi.
Dans l’immédiat, cette résolution ne prévoit pas de sanction pour les pays qui ne l’applique pas. Son application est laissé à l’appréciation des pays souhaitant l’adopter dans leur législation nationale. « Cela fait partie d’un combat plus large, c’est une première étape d’un processus », selon l’ambassadeur britannique à l’ONU, Mark Lyall Grant, qui a rappelé que le versement de rançon à des groupes terroristes était illégal dans la législation britannique. À Paris, le silence radio risque de prédominer, comme à chaque fois pour ce type d’affaire. Puisque la France déclare ne jamais payer de rançon, elle peut donc montrer l’exemple et voter la résolution de l’ONU ?
http://www.infosdefense.com/lonu-condam ... ste-11332/

Répondre

Revenir à « Conflits internationaux »