Actualité militaire au Niger

Discussions diverses.
Salons de l’Armement , Shows Aériens, Stratégie de défense .
Répondre

Topic author
malikos
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 892
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Actualité militaire au Niger

Message par malikos » 07 juin 2018, 23:11

Niger Islamic State hostage: 'They want to kill foreign soldiers'
Niger
Guardian investigation sheds light on little known Isis-affiliated group that killed four US soldiers last year

Ruth Maclean
Ruth Maclean in Niamey

Tue 5 Jun 2018 05.00 BST Last modified on Tue 5 Jun 2018 21.37 BST
Shares
473
Abu Walid al-Sahraoui, leader of the Islamic State in the Greater Sahara, and his followers
Abu Walid al-Sahraoui, leader of the Islamic State in the Greater Sahara, and his followers
When a team of American special forces hunting Islamic State fighters in Niger was ambushed and four of its soldiers killed, the attack last October was described as “a total tactical surprise” by the commander of US Africa Command.

Their deaths became a political scandal in Washington – where there was little awareness of US military operations in the region – and became notorious when Donald Trump, in a condolence call, told the widow of one of the dead soldiers that he “knew what he signed up for”.

Myeshia Johnson, widow of one of US soldiers killed, kisses coffin
Facebook Twitter Pinterest
Myeshia Johnson, widow of US army Sgt La David Johnson, who was among the special forces soldiers killed in Niger, kisses his coffin. Photograph: Joe Skipper/Reuters
“They had never seen anything in this magnitude – numbers, mobility and training,” said US Gen Thomas Waldhauser last month, presenting the results of the Pentagon investigation into the attack, which found “individual, organisational and institutional failures” leading up to the ambush.

But the same group that attacked the US-Nigerien team near the village of Tongo Tongo, close to border with Mali, had staged many attacks, including one of similar magnitude on an outpost of Niger’s national guard almost a year earlier.

In that attack, just like in Tongo Tongo, over 100 heavily-armed men suddenly appeared on motorbikes and in vehicles. They killed six Nigerien soldiers, and took two others hostage. Only one lived to tell the tale.

US soldiers crying at tomb
Facebook Twitter Pinterest
Members of the 3rd Special Forces Group, 2nd battalion, cry at the tomb of US army Sgt La David Johnson, one of the soldiers killed in the ambush. Photograph: Gaston de Cardenas/AFP/Getty Images
The Guardian has gained rare insight into the Isis-affiliated group through an interview with that soldier, who spent three months chained up as their hostage.

Abdoul Wahid, 28, talked to many of his kidnappers, who said they had no demands but just wanted to wage jihad, and spoke of wanting to kill foreign soldiers in particular. Wahid also witnessed them recruiting and training an army of children aged around 10.

After breaking the Ramadan fast in Niger’s capital Niamey last week, Wahid, off duty in a crisp short-sleeved shirt, sat in his mother’s room and described the chilly November morning in 2016 when the 17 soldiers at his post were attacked by a group of men. They were led by a skinny man called Aboubacar Chapori, also known as Petit Chapori, a key lieutenant of Abu Walid al-Sahraoui, leader of the Islamic State in the Greater Sahara (ISGS).

Aboubacar Chapori
Facebook Twitter Pinterest
Aboubacar Chapori, also known as Petit Chapori, a key lieutenant of the ISGS
“We shot at them until we had no bullets left,” Wahid said. “By the end, six of our men were dead, including our chief. He was shot in the head in front of all of us, and two of us were taken hostage.”

Wahid was thrown into the back of a pickup, along with his 24-year-old friend Habib Isa, and the jihadist convoy sped off. Wahid and Isa had done their training together. “We were really close,” he said.

They were driven across the dry scrub of western Niger. Wahid knew the region well and recognised where he was being taken. When they reached the Tongo Tongo area, they stopped and pulled Isa down from the pickup.

“They slit my friend’s throat. They said he was a dog,” Wahid said, maintaining his military bearing, but his voice giving way just a little. “Then they tied my hands and feet together and blindfolded me. They said: ‘You see your friend? You’re next.’”

But they kept Wahid alive. Sitting barefoot and crosslegged on his mother’s mat, Wahid demonstrated how they strung him up in the back of the pickup, his back towards the cab, arms over his head. They drove like that for two days, crossing the Malian border to join their brothers. As they sped through hamlets en route, Wahid heard villagers cry “Allahu Akbar” – Allah is great. He was deep in enemy territory, he realised.

It is not known how many members ISGS has; some analysts say less than 100. But Wahid estimated that he saw up to 600 fighters, and said they told him he had only seen half their total number.

Since the Tongo Tongo attack, Niger’s interior minister Mohamed Bazoum said the group had been significantly weakened, with only a few hundred survivors.

But according to Malian and Nigerien security sources who spoke to the Guardian on condition of anonymity, Tongo Tongo brought Sahraoui respect and money from Isis and its other affiliates, such as .


“The Tongo Tongo attack gave Abu Walid a lot of importance and support from his superiors,” one said.

Defence secretary Jim Mattis has ordered a review of US counterterrorism forces in Africa after the ambush, which could result in resources for such missions being halved over the next three years.

Little is known about ISGS. The Guardian pieced together their history by talking to intelligence, military, political and rebel sources across Niger.

Sahraoui, the leader and founder, may be a jihadist pledged to Islamic State, but his camel and motorbike-mounted militants are very different to ISIS fighters in Iraq and Syria.

Sahraoui is thought to be originally from the disputed territory of Western Sahara and spent time in Algeria before coming to Mali. After years at the Movement for Unity and Jihad in West Africa (MUJAO) and the al-Qaida-linked group al-Murabitoun, he split off to found ISGS, piggybacking on a conflict on the Niger-Mali border that had been rumbling on for decades and was ripe for exploitation.

The people he chose – nomadic Fulani herders in the regions of Tillabéri and Tahoua – had been feuding with the Daoussahak Tuareg of the Ménaka region in Mali for decades.

“The Tillabéri problem is an ethnic problem,” said a Nigerien intelligence officer who had worked on the region for decades. “The Fulani have a problem with the Tuareg, and jihadists profited from the situation.”

Records show that there has been fighting over access to water and pasture land since at least the 1950s, but according to several sources who witnessed the conflict evolve, it intensified in the 1990s.

Menaka, Mali: heavy machine guns recovered during an operation conducted by militants of the Azawad Salvation Movement and said to have belonged to four American soldiers killed during an ambush in the Tongo Tongo area in west Niger.
Facebook Twitter Pinterest
Menaka, Mali: heavy machine guns recovered during an operation conducted by militants of the Azawad Salvation Movement and said to have belonged to four American soldiers killed during an ambush in the Tongo Tongo area in west Niger. Photograph: AFP/Getty Images
An accord signed between the governments of Niger and Mali in the 90s allowed pastoralists in search of water for their animals to cross from dry Niger into Mali’s less dry Ménaka region. However, this agreement was not explained properly to people on the ground, so when Nigerien Fulani arrived with hundreds of cows in Mali, the well-armed Daoussahak Tuareg population reacted by raiding their cattle.

Because they were Nigerien, the Fulani herders had no representation in Mali, and no friends in high places to support them. They started trading cows for Kalashnikovs to protect themselves and by 2010, Daoussahak and Fulani were regularly launching bloody attacks on each others’ camps.

Then came the fall of Muammar Gaddafi in neighbouring Libya, which saw Malian Tuareg fighters from his armies return home. They brought with them arms and money, and the explosion of northern Mali as they joined forces with other rebels to create a separatist movement, the MNLA. Many Daoussahak joined them, and according to Niger’s interior minister Mohammed Bazoum, this drove young Fulani to join MUJAO – not out of a desire to wage jihad, but to protect themselves against their old enemy.

Sahraoui took some of the Fulani from MUJAO and al-Mourabitoun, but also recruited Tuareg and Arab fighters into ISGS’s ranks. To start with, they were a small group.

“Abu Walid didn’t have many men. I knew him in early 2016, and he only had four pickups then,” said the intelligence officer. In Niger’s rural regions, power is often counted in numbers of Toyota Hiluxes.

But they steadily increased their firepower, mainly through attacks on Nigerien military.

When Bazoum took the interior minister job, he sent emissaries to ask what they wanted.

“I said ‘listen, if you have political claims, or problems with the justice, the administration, the state, then tell me’,” said the imposing Bazoum, sitting on the sofa in his Niamey office. “We are ready to discuss your problem with you and resolve it. Declare that you’re a rebel front with specific claims on the Nigerien state.”

He said he received a handwritten letter from Sahraoui himself, which said: “No, we have no problem with you; we are waging jihad against Mali.”

According to Bazoum, the letter contained a list of Sahraoui’s comrades in Nigerien jails, whom he wanted released. If they were freed, ISGS promised to shield Niger from attack.


Suspected jihadists in Mali kill more than 40 in two days of violence
Read more
“I freed some of them to show my good will, but I couldn’t free all of them because some were on trial,” Bazoum said.

After that, the communication channel broke down and attacks escalated. Some believe the group’s militants could still be offered an olive branch to demobilise and be reintegrated into Nigerien society. But Bazoum is not among them.

“The young people working with Abu Walid al-Sahraoui aren’t just there to oppose the Daoussahak, they’re also there to wage jihad against our country, and they attack us,” Bazoum said. “We have no solution to propose to them, all we have is war to weaken them.”

Wahid was chained up, freed only occasionally to relieve himself, fed on nothing but flatbread and pond water, and ferried around with the militants, who he said were constantly on the move.

They would tell me about army positions they wanted to attack
Former hostage of ISGS
They were training an army of children, he said. Three to five new boys, aged around 10, would arrive every day – usually group members’ brothers who had been sent for.

He said that foreign soldiers were a major ISGS target.

“I don’t know whether they were American or French, but in Mali there were lots of white soldiers, and they [ISGS] particularly wanted to kill them. They knew the whites were after them,” he said.

For one of his three months as a captive, Wahid was held by the group’s head of recruitment, Petit Chapori, who would occasionally come and chat to his prisoner. Since the deaths of the American special forces soldiers, much attention has been focused on Doundou Cheffou, an ISGS member who had been a target of the joint US-Nigerien raid just before the Tongo Tongo attack. According to several sources with knowledge of the group, however, Cheffou is merely a “chef de poste”, below Petit Chapori in the hierarchy.

“He asked me if, when I was a soldier, I drank alcohol. I said no. He asked if I smoked, and I said yes. Did I fuck women? I said yes. How many foam mattresses did I sleep on? I said two or three. He laughed and said: ‘Look what life has done to you. Now you sleep on the ground, with no mattress at all.’”

He added: “Petit Chapori speaks of Islam, but he’s not really a believer. He’s just a thug.”

None of the group practised Islam as Wahid knew it. He never saw anyone do the required ablutions before praying – and he was never allowed to wash himself. They said half the usual number of prayers, and when he asked them why, they said it was because they were travellers.

He asked them why they were fighting. “They always said: ‘We want nothing. Our mission is to wage jihad.’ Then they would tell me about army positions they wanted to attack.”

Every day of his ordeal, Wahid thought the militants were going to slit his throat, as they had Isa’s. But one day, his captors unlocked his chains. After negotiations with the government, they had agreed to free him. He was driven back the way he had come, three months earlier.

When he got back to his mother’s house in Niamey, the pain in his shoulders from being chained up for three months stopped him sleeping. But he has recovered, and is about to get married.

Wahid was lucky to escape with his life. That is something his former captors cannot do, he said.

“Some want to leave, and stop fighting, but they can’t. If you abandon the group, they’ll kill you.”https://www.theguardian.com/world/2018/ ... n-soldiers


Topic author
malikos
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 892
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Actualité militaire au Niger

Message par malikos » 01 juillet 2018, 19:05

sans commentaire par respect


Topic author
malikos
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 892
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Actualité militaire au Niger

Message par malikos » 01 juillet 2018, 19:19

APS as publier les point de vues/accusations d un prof Italien:
Les affaires italiennes et françaises sont derrière la guerre aux migrants
Publié Le : Jeudi, 28 Juin 2018 14:19 Lu : 65 fois Imprimer Evoyer Partagez
PARIS - Les affaires italiennes et françaises sont derrière la guerre aux migrants, a estimé le professeur de sociologie à l'université de Gênes (Italie), Salvatore Palidda, soulignant que les véritables enjeux sont entre autres le pétrole en Libye et au Niger, l’uranium au Niger et le gaz de Fezzan.

"( ) les vrais enjeux derrière la guerre aux migrants sont le pétrole en Libye et au Niger, les chantiers de Saint-Nazaire et encore plus importants l’uranium au Niger, le gaz de Fezzan, le cobalt, le manganèse, le lithium et les terres rares précieuses dans le Sahel", a expliqué cet universitaire spécialistes des questions migratoires dans son blog, soulignant que depuis la guerre contre l'ancien dirigeant libyen Khadafi, l’Italie accuse la France de vouloir dominer la Libye.

Il a indiqué qu’en Libye, la compétition entre Total et l’Eni "dure depuis longtemps", précisant que quand l’homme politique italien Carlo Minniti, celui qui était au poste de Matteo Salvini, "avait donné 10 millions de dollars à la bande libyenne en échange de ses prestations de gendarme criminel contre les migrants".

Il soutient que c’était le prix à payer pour "éviter les attaques de cette bande et d’autres contre les installations de l’Eni et le vol de pétrole".

Selon le quotidien il Messaggero, l’Eni estime réaliser une production journalière d'environ 320 mille barils de pétrole en 2018, alors qu’en 2017, la production du French Total était de 31 500 barils par jour, "bien qu'en mars, Total a acheté Marathon Oil Libye, qui détient à son tour 16,33% des concessions de Waha soit 450 millions de dollars, la production des Français ne dépassera pas 100.000 barils", a expliqué le professeur d’université dans sa tribune publiée par Médiapart.

Pour lui, le président Emmanuel Macron "apparait en retard par rapport aux intentions de l'Eni", citant d’autres projets italiens en Libye comme celui de l’autoroute que Berlusconi avait promis à Khadafi comme payement de la dette du colonialisme, un milliard d’euros pour les chantiers des italiennes Salini et Impregilo (financement récemment confirmé) et aussi l’affaire du gazoduc Green Stream.

Il indique que tous s ces projets sont des "terrains de dispute" italo-français, évoquant dans son analyse même au Sahel, où la France est présente militairement depuis 2013 (en Mali, Mauritanie, Niger, Burkina Faso et Tchad).

Il rappelle que le gouvernement italien avait parlé d’"énormes" possibilités pour son économie, mais la France vise en particulier, selon lui, les gisements d'uranium au Niger (en particulier la mine d'Arlit) d’où Areva semble puiser 30 % de l'uranium utilisé dans les centrales nucléaires français.

Il estime que ces affaires sont "doublées d'un crime contre l'humanité" car, explique-t-il, "elles ne font qu'alimenter les activités extractives de minéraux toxiques qui sont la cause de la plupart des désastres sanitaires et environnementaux". http://www.aps.dz/monde/75687-les-affai ... x-migrants


Topic author
malikos
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 892
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Actualité militaire au Niger

Message par malikos » 01 juillet 2018, 19:29

What is your interest there? Keeping this dictator in power...for ever... to run your drone base smoothly. I though the folks of the flat earth society are extinguished since a long time...
Sécurité et de développement au centre d’un entretien entre le Président Issoufou et l’ambassadeur américain
-AA+A
Soumis par lawan le jeu, 28/06/2018 - 15:37
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF
Par Agence Nigérienne de Presse
juin 28, 2018
Niamey, 28 Juin (ANP) - Le Président nigérien Issoufou Mahamadou a reçu ce jeudi 28 juin l’Ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique au Niger, M. Eric P. Withaker pour un entretien centré sur les questions de sécurité et de développement, a annoncé le diplomate américain.
M. Withaker a d’abord fait observer que les liens de coopération entre les deux pays sont "très forts". « Nous avons beaucoup d’intérêts en commun et d’objectifs mutuels », face à la situation sécuritaire inquiétante au niveau des frontières nigériennes, les Etats-Unis promettent de renforcer les capacités militaires et sécuritaires du Niger », a-t-il ajouté. Il a été aussi question de lutte coordonnée contre les réseaux de trafics de drogues et autres substances illicites.
Concernant la coopération au développement, les Etats Unis vont mettre l’accent sur la production agricole à travers la maitrise de l’eau dans le cadre du Programme Compact du Millenium Challenge Corporation.

KPM/CA/ANP/Juin 2018


Topic author
malikos
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 892
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Actualité militaire au Niger

Message par malikos » 01 juillet 2018, 19:54

Drog lords, like in afghanistan...with their private armee.
Agadez : Les non-dits sur la découverte de la cache d’armes
21 juin 2018 DIM Actualités 0


Dans la nuit du 14 au 15 mai 2018, une spectaculaire saisie d’armes a eu lieu dans un petit hameau situé à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de la ville d’Agadez sur la voie menant à Tahoua. Une cache d’armes dévoile tout un arsenal de guerre. Aïr Iinfo vous dévoile les non-dits de cette scabreuse affaire.

Dans le cadre de l’enquête diligentée d’abord par les hommes du commissaire Issoufou Ali, directeur régional de la police d’Agadez, et ensuite confiée à l’un des meilleurs limiers que compte la police nigérienne, en l’occurrence le commissaire Daddy Gaoh, plus connu sous le sobriquet de « Jet Lee », plusieurs personnes ont alors été interpellées et placées en garde à vue.
Le 25 mai dernier, après une semaine d’investigations menées à Agadez, le commissaire Daddy Gaoh, directeur général de la police judiciaire (PJ) va alors quitter la cité de l’Aïr, avec un détour par Zinder pour Niamey. Pourquoi un tel exercice alors que son convoi pouvait emprunter l’axe Agadez-Tahoua? La raison est toute simple.
Le commissaire Daddy Gaoh et ses hommes avaient dans leurs valises toutes les armes et munitions saisies et douze personnes, présumées en lien avec l’arsenal découvert. Idem aussi pour la somme de 44 millions huit cent mille francs CFA retrouvés chez la femme d’un des prévenus. Les gens interpellés sont : Aghali Eguimi, le présumé chef de la bande, de Douma Algatroni, de Ghoumour Ibrahim Boula – de sa femme née Fatimata Mohamedine (relâchée après investigation), de Moussa Ibrahim Boula, de Ibrah Issifa, de Hassan Mohamed…etc. D’autres suspects comme Mitirane Issouf et Idriss Korey seraient aussi du lot des recherchés.

D’après nos investigations, c’est un proche de la famille des membres du groupe, plus précisément Souleymane Abdourahamane dit Akiki qui a informé la police de l’emplacement précis de la cache. Dans un audio qui lui ai attribué et dont Aïr Info s’est procuré copie, l’intéressé reconnait lui-même les faits en ces termes : « Oui, je l’ai fait ! Je les ai dénoncés parce que c’est ma mission de le faire. Celle de dénoncer tout celui qui veut porter préjudice à la paix dans ce pays. J’ai signé le cessez-le-feu après les accords de paix et ai décidé d’œuvrer pour la consolidation de cette paix. Rappelez-vous bien que Rhissa Ag Boula nous a intimé l’ordre après ces accords de ne jamais dépasser cette ligne de la paix et que tout celui qui n’obéit pas et se permet d’être en marge de ce processus de paix, eh bien, il nous appartient de le dénoncer aux autorités compétentes. Et cette « amana », je l’ai accomplie en toute âme et conscience. Je ne suis pas le seul dans ce cadre de dénonciation. Rappelez-vous de l’arrestation de la bande de Akli ; Adandjé …etc. Qui les a fait arrêter ? Qui les a dénoncés ? Sachez-le ! C’est bien Ghoumour qui a donné leurs coordonnées aux forces de sécurité. Ghoumour est un agent de renseignement comme moi. Il possède même un passeport diplomatique. Allez y vérifier ! Je suis avec vous mais vous me prenez pour un fou… ». Aux dernières nouvelles, après l’aveu de Akiki qui circule sur les réseaux sociaux, une femme, proche d’une des personnes interpellées l’a attaqué jusqu’à le blesser à la tête.
Au-delà de toutes ces supputations, plusieurs questions taraudent l’esprit de nombreux compatriotes à Agadez. Celles de savoir : « Quelles garanties a-t-on que ces armes appartiennent réellement à ce groupe ? La seule dénonciation de l’agent Akiki vaut-elle son pesant d’or ? A quoi peuvent servir ces armes découvertes ?». Selon notre analyse, elles pourraient bien servir au convoyage ou interception des marchandises prohibées.

Le convoyage et interception de la drogue : une activité lucrative dans le désert

En effet, ces armes découvertes ne sont pas destinées au petit banditisme local. Non ! Elles constitueraient un arsenal d’autodéfense quand le groupe convoie un chargement de drogue mais aussi de détournement quand un clan rival passe avec une « marchandise » convoitée.
La puissance de feu des intercepteurs fait que la « marchandise » est alors détournée pour être destinée à un autre client autre que celui à qui elle était destinée. D’après des recoupements d’informations opérés par Aïr Info tant à Agadez ville que dans certains campements situés à la lisière du désert, plus précisément, tout le long de la falaise de Tiguidit, des groupes de trafiquants se partagent maintenant cet espace. Bénéficiant des complicités tapies à Agadez et surtout à Niamey, des convois slaloment tranquillement au sud d’Agadez se moquant éperdument des patrouilles de forces de sécurité. « Écoutez, ces véhicules (Ndlr : des trafiquants de drogue) passent devant nos yeux le plus normalement du monde. Ils ont de l’assurance comme s’ils font un transport légal. Quand vous entendez des coups de feu, soyez sûrs que c’est un règlement de comptes entre eux », a confié à Aïr Info, un habitant de la zone.
En effet, il arrive qu’un convoi de drogue soit intercepté par un autre groupe rival sur sa route. S’ensuit généralement une course-poursuite pendant laquelle tonnent des armes lourdes. Il nous souviendra qu’un accrochage qui a opposé des « intercepteurs » à des trafiquants de drogue a eu lieu en avril 2017 à une quarantaine de kilomètres à l’est d’Agadez. C’était un convoi de onze véhicules 4×4 bourrés de drogue venant probablement du nord Mali et qui se dirigerait vers le Tchad ou la Libye. Mais la puissance de feu des trafiquants leur avait permis d’échapper à la souricière tendue par le clan de Amoumane et de ses hommes. On avait dénombré à l’époque, rappelez-vous, un mort et un véhicule cramé.

Des nouvelles routes vers des nouveaux horizons

Avec l’installation des forces de sécurité étrangères dans le nord du Niger, le circuit habituel des trafiquants a été dérangé. Il n’est plus aisé de le faire comme dans les temps. Les militaires français et américains y veillent. Les manœuvres des trafiquants se font désormais beaucoup plus bas. Pratiquement au nord-Est de la commune d’Aderbissinat. Ce département, large de 25.000 Km2, voisin à celui d’Ingall à l’Ouest, et d’Abalak (Tahoua) d’où lui vient le trafic de drogue issu du Nord Mali voit aussi son septentrion servir de zone de transit à de la drogue. Oui à Aderbissinat, un autre circuit prend forme. Il vient du sud c’est-à-dire de Zaria (Nigéria), en passant par Gandou après avoir traversé le département de Gouré, de Kellé, de Tesker, l’Est de Tanout, l’Est d’Aderbissinat, puis destiné à la Lybie.
En rappel, en juin 2017, après 270 kilomètres de course poursuite entre des trafiquants de drogue et des éléments de la Garde nationale en poste à Gouré 17 colis de chanvre indien, d’une valeur de 70 millions de F CFA et 3 millions CFA de billets de banque tout neufs ont été saisis.D’autres saisies non moins importantes ont été opérées courant de l’année par les forces de sécurité de la région d’Agadez précisément au poste de contrôle de la police d’Aderbissinat.

Des fonctionnaires de l’Etat indexés dans la persistance des trafics en tous genres

Nous ne cesserions jamais de le dire. Le trafic de drogue au nord du Niger et autres crimes organisés jouissent des complicités avérées au niveau de l’appareil de l’Etat lui-même. A commencer par le cercle de ceux qui sont appelés à réprimer tous ces trafics en tous genres : les forces de sécurité et les services de renseignement. Bien qu’il existe des loyaux et farouches répresseurs de ces combines dégueulasses, ceux qui vivent de ce business sont légion. Il n’est un secret pour personne que ces derniers, surtout ceux tapis dans les rouages de l’administration sécuritaire sont devenus riches comme Crésus. Ils se distinguent par leur boulimie incroyable du béton, alignant immeubles après immeubles dans des quartiers onéreux de la capitale Niamey. Le secret de ces gens est tout simple : ils monnaient aux « Caïds » du trafic de la drogue ou à leurs affidés des informations stratégiques obtenues du fait de leur position au sein de l’appareil de répression et ou de renseignement de l’Etat.
D’après certaines informations en notre possession, des agents de l’État et non des moindres seraient dans cette position. Ils aident de la plus vile et lâche manière ces trafiquants au détriment de la RÉPUBLIQUE et surtout de la CONFIANCE placée en eux par Elhadji Issoufou Mahamadou, président du Niger qui n’a jamais fait mystère de son implacable désir de combattre ce fléau qui fait le lit à l’insécurité, à la corruption …etc.
Jusqu’à quand cela va t-il durer ? Et comment faire pour émasculer le fût de tous les mensonges, de tous les faux-complots qui sont quotidiennement servis à l’exécutif dans le cadre de la lutte contre les crimes organisés au nord du Niger ?

Réalisée par Ibrahim Manzo DIALLO

https://airinfoagadez.com/2018/06/21/ag ... he-darmes/
Niamey/ drogue : des images des présumés trafiquants diffusées par la police
22 juin 2018 DIM Actualités 0

Les autorités du Niger ont procédé aujourd’hui 22 juin à l’incinération de deux tonnes et demi de résine de cannabis. Et c’est ce jour qu’a choisi la police pour dévoiler les photos des présumés auteurs.

D’aucuns se demandaient qui sont les auteurs de ce trafic international de drogue d’une valeur de plus de 3 milliards ! La police du Niger vient de dévoiler leurs photos. Ils sont marocains, mauritaniens, nigériens…etc et étaient impliqués dans le trafic de deux tonnes et demi (2,5) de drogue. La saisie de ce gros tonnage, rappelons le, a été officialisée le 15 juin 2018 à Niamey au quartier dit Niamey 2000. Après la publication de leurs photos par la police nationale, d’aucuns pensent que leur droit à la présomption d’innocence n’a pas été respecté. « La police nationale aurait du attendre la fin du procès avant de publier leurs photos », pense un homme de droit, basé à Agadez.

La Rédaction

Source photos : site Police nationale

——————————————————

Lire notre article sur la saisie :

Niamey : une saisie record de drogue

Ce jour 15 juin 2018 s’est tenue, dans le quartier Niamey 2000 dans une habitation bien clôturée présumée comme garage, la présentation d’une importante saisie de drogue en présence de Mohamed BAZOUM, ministre d’État, ministre de l’Intérieur, de la sécurité publique, de la décentralisation et des affaires coutumières et religieuses. Ce dernier, a dans un premier temps, tenu à rappeler les mauvaises conséquences du trafic international de drogue au Sahel avant de féliciter vivement la Police Nationale et de rendre un grand hommage à l’endroit de l’Office Central de Répression du Trafic Illicite des stupéfiants ( OCRTIS ).
Et pour cause ? Le 13 Avril 2018, l’Office Central de Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants (OCRTIS) recevait d’une source digne de foi des informations faisant état de la présence à Niamey d’un vaste réseau de trafic international de drogue à haut risque ( Résine de Cannabis). Ce réseau opère dans plusieurs pays de la sous-région avec comme pays de transit le Niger en direction du Maghreb et de l’Europe.
De ces informations, plusieurs sites à Niamey ont été identifiés et mis sous surveillance par l’OCRTIS.
Le 16 Avril 2018, quatre (4 ) personnes en provenance d’un pays étranger ont été interpellées par la Cellule Aéroportuaire anti trafics ( CAAT ) à l’Aéroport International Diori Hamani de Niamey.
Plusieurs autres interpellations dans la ville de Niamey ont été opérées, portant à 12 le nombre total de personnes interpellées. Certaines sont de nationalité nigérienne et d’autres de nationalité étrangère. Plusieurs autres complices à l’interne et à l’extérieur sont en train d’être dénichés.
Quant aux sites mis sous surveillance, un site de plus de 3000 m2, situé dans un quartier périphérique de Niamey servant de garage, a particulièrement attiré l’attention de l’OCRTIS compte tenu de certaines activités suspectes constatées.
Après plus de huit (8) semaines de surveillance, dans la nuit du mardi 13 au mercredi 14 juin 2018, des narcotrafiquants ont attaqué les agents de l’ORCTIS sur le site surveillé. Il s’en est suivie une réplique des agents de l’OCRTIS appuyés par les éléments du Groupe d’Intervention de la Police Nationale. Certains des assaillants ont pris la fuite et deux ( 2 ) mis aux arrêts.
La perquisition du prétendu garage fait révéler la présence de milliers de casiers des fruits importés de l’extérieur, plusieurs fosses servant d’entrepôt, du matériel de reconditionnement et des camions pour le transport de la résine de cannabis. Une palette d’un casier cassée a révélé la présence de trois ( 3 ) plaquettes de résine de cannabis. Une opération d’envergure de trois ( 3 ) jours a permis aux agents de l’OCRTIS de casser 1355 casiers dans lesquels 12.180 plaquettes de résine , soit deux ( 2 ) tonnes et demi saisies de résine de cannabis.
La valeur marchande de la drogue saisie est estimée à plus de 3 milliards de francs CFA, soit un peu plus de 4.750.000 Euros.https://airinfoagadez.com/2018/06/22/ni ... la-police/


Topic author
malikos
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 892
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Actualité militaire au Niger

Message par malikos » 02 juillet 2018, 22:31

US presence useless, nigerien armee useless...always the same spots and same issue...
Situation is getting worse by the day...with Mali exploding as well...change of strategy is needed.
Starting with true and lasting political concessions...and hundrets of million dollar for the poorest regions distributed by NGOs.

Dix soldats tués et quatre disparus dans une attaque de Boko Haram au Niger
La dernière attaque, début juin, attribué au groupe djihadiste nigérian, avait tué au moins dix personnes dans la ville de Diffa
.

Le Monde.fr avec AFP Le 02.07.2018 à 09h05 • Mis à jour le 02.07.2018 à 10h31

S'abonner dès 1 € Réagir AjouterPartager Tweeter
L’attaque attribuée au groupe djihadiste nigérian Boko Haram qui a fait 10 morts et 4 disparus, samedi 30 juin 2018, a eu lieu en bordure du lac Tchad, près de la frontière du Nigeria.
Dix soldats nigériens ont été tués et quatre portés disparus dans une attaque attribuée au groupe djihadiste nigérian Boko Haram contre une position militaire dans le sud-est du Niger, proche du Nigeria, a indiqué, dimanche soir 1er juillet, le ministère de la défense. « Nous avons un bilan provisoire de dix morts, quatre disparus et trois blessés », a déclaré à l’AFP son porte-parole le colonel Abdoul-Aziz Touré.
L’attaque menée par « Boko Haram » a visé « des positions de l’armée » nigérienne à Bla Brin, un village situé non loin du bassin du lac Tchad, à 40 km de la ville de N’Guigmi, a-t-il précisé.

L’attaque avait été rapportée dans un premier temps par un responsable de l’ONG Alternative espace citoyen, Kaka Touda Goni, sur sa page Facebook, où il parlait de deux soldats tués dans la nuit de samedi à dimanche, ainsi que par une source sécuritaire.

Zone de « résidus »
La dernière attaque attribuée au groupe nigérian Boko Haram remontait à début juin. Trois kamikazes avaient fait exploser leur ceinture d’explosifs en différents endroits de la ville de Diffa, la capitale régionale, tuant personnes au moins dix personnes.

La région de Diffa est le théâtre depuis février 2015 de nombreuses attaques de Boko Haram, groupe basé dans le nord-est du Nigeria voisin.

Lire aussi : Dix personnes tuées au Niger dans des attentats-suicides

Fin avril, Niamey avait annoncé une opération militaire régionale d’envergure dans le bassin du lac Tchad – commun au Niger, au Tchad, au Nigeria et au Cameroun – pour débarrasser la zone des « résidus » de Boko Haram. Cette opération devait permettre « d’installer nos systèmes de sécurité » et de favoriser le retour de milliers de personnes ayant fui depuis 2015 les îles du lac Tchad, avait déclaré le ministre nigérien de la défense, Kalla Moutari, en jugeant que, même « totalement affaibli », Boko Haram continuait de représenter « une menace réelle ».

En plus des attaques de Boko Haram dans le sud-est, le Niger doit faire face aux attaques récurrentes des islamistes de groupes sahéliens dans le nord et dans l’ouest.https://www.lemonde.fr/afrique/article/ ... _3212.html


Topic author
malikos
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 892
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Actualité militaire au Niger

Message par malikos » 03 juillet 2018, 20:46

I enjoy reading his articles...keep doing your good work Nick!
In other word the locals disapproved, but AFRICOM does not care about locals...(as usual US policies)

Photo: Carley Petesch/AP
U.S. MILITARY SURVEYS FOUND LOCAL DISTRUST IN NIGER. THEN THE AIR FORCE BUILT A $100 MILLION DRONE BASE.
Nick Turse
July 3 2018, 2:00 p.m.
BEFORE THE U.S. military began building its $100 million drone base in Agadez, Niger, U.S. Africa Command and the State Department took the temperature of locals through public-opinion surveys. The results indicated mixed feelings about the United States and its motives in the region — and take on added resonance in the wake of an ambush last October in Niger that killed four American soldiers.

“The devout of Agadez are divided on variables associated with violent religious extremism,” reads a military report that contains data from surveys conducted in 2012 by the polling firm ORB International. The 2013 report by U.S. Army Africa, which is the Army component of AFRICOM, is titled “Special Assessment: Agadez, Niger – Strategic Crossroads in the Sahara,” and was obtained by The Intercept via the Freedom of Information Act.

A July 2012 survey found that 83 percent of Agadez respondents believed that American and European cultures pose a threat to traditional Muslim values. Nearly 50 percent were convinced that the United States is fighting Islam, rather than terrorism, across the Muslim world. And 40 percent believed that using violence in the name of their religion was always or sometimes justified.

The surveys were carried out just before Niger signed a status of forces agreement with the U.S. in 2013 that provided legal protection for American personnel, setting the stage for expansion of U.S. military activity there. Since then, the 100 troops sent to carry out drone reconnaissance missions have multiplied eightfold and one drone base in the capital, Niamey, will soon be joined by an outpost deemed the “top MILCON [military construction] project for USAFRICOM,” according to formerly secret AFRICOM documents published by The Intercept in 2016.

While residents of Agadez expressed strong support for cooperating with the U.S. and Europe to “combat terrorism” and positive overall opinions of the United States before the escalation in U.S. military activity in their country, the report nonetheless noted, “Skepticism is high regarding U.S. intentions in the region.”

That skepticism has since given way to something far more malign. The country is now a hotbed of extremist groups — including Al Qaeda in the Islamic Maghreb, the Islamic State of Iraq and ash-Sham-Islamic State West Africa, ISIS-Greater Sahara, ISIS-Libya, and Boko Haram — according to the U.S. State Department. Most of the organizations weren’t operating in Niger or didn’t even exist when ORB conducted its polling.

Join Our Newsletter
Original reporting. Fearless journalism. Delivered to you.
I’m in
In April 2016, U.S. Air Force personnel may have foiled a potential attack on the Agadez base by aiming their rifle-mounted lasers at people in trucks speeding toward the perimeter fence, according to a posting on the official Air Force Facebook page. In fact, Agadez, and every other location in Niger outside of Niamey, is now deemed so dangerous by the U.S. government that embassy personnel are “required to travel only during daylight hours in a minimum two-vehicle convoy accompanied by armed Nigerien government security escorts,” according to the State Department.

One of the new terror groups in Niger, ISIS-Greater Sahara, claimed responsibility for the October 4, 2017, attack near the Mali border, about 600 miles from Agadez, that killed the four U.S. soldiers and wounded two others. Some reports suggest that villagers with whom U.S. personnel were attempting to make inroads instead tipped off the Islamic State affiliate. In the wake of that debacle, the general in charge of United States Special Operations forces in Africa reportedly ordered U.S. troops on the continent to “plan missions to stay out of direct combat or do not go.” Doundoun Cheffou, the militant leader that U.S. troops were pursuing when they fell victim to the October ambush, is suspected of involvement in the 2016 abduction of American aid worker Jeffery Woodke from a region neighboring Agadez.

Kidnapping is endemic to the area. While African migrants are most often targeted, Westerners (like the German humanitarian worker kidnapped in April) have also been victims. In 2010, members of AQIM abducted seven foreigners, including five French nationals, working at the French Areva uranium mine in Arlit, north of Agadez. Three years later, Islamist militants carried out coordinated attacks on a Nigerien military base in Agadez, killing 23 soldiers and one civilian, and at the Areva mine, killing one worker. ORB polling for AFRICOM in July 2012 found that a significant minority of respondents in Agadez believed that foreign corporations were legitimate targets for attack. Some 44 percent said they believed that using violence against large corporations was justified.

“The Agadez region is one of the most strategically important locations in northwest Africa,” reads the military assessment that includes the polling data. The report, which references agreements concerning “drone basing operations” and efforts to increase cooperation between the U.S. and Niger, cryptically notes that one of its objectives was to “develop early warning indicators.”

Top photo: Flags of the United States and Niger fly side by side at the base camp for Air Force and other personnel supporting the construction of Niger Air Base 201 in Agadez, Niger on April 16, 2018.

We depend on the support of readers like you to help keep our nonprofit newsroom strong and independent. Join Us
RELATED
The American military base is seen in the distance in Agadez, Niger, January 15, 2018.
A Massive U.S. Drone Base Could Destabilize Niger — and May Even Be Illegal Under Its Constitution

U.S. Military Is Building a $100 Million Drone Base in Africa
CONTACT THE AUTHOR:
Nick Turse
@nickturse https://theintercept.com/2018/07/03/us- ... rone-base/


Topic author
malikos
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 892
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Actualité militaire au Niger

Message par malikos » 03 juillet 2018, 20:50



Topic author
malikos
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 892
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Actualité militaire au Niger

Message par malikos » 18 juillet 2018, 20:29

that is good.

A decision not to take one, but to buy time. I guess you feel worried sending out troops on the road now.
in that context I see that contract, but not as a frim decision to stay or to escalate (which goes hand in hand with staying)

By the way private services, given the high to very high risks, will cost you a fortune.

C'est un marché d'une année certes mais il témoigne du non-désengagement US du Mali.

Confronté à une pénurie d'hélicoptères, SOCAfrica (le commandement des forces spéciales en Afrique) a retenu Erickson Helicopters pour fournir deux machines qui seront déployées au Niger, près de la ville minière d'Arlit située au nord d'Agadez. SOCAfrica y dispose d'une base depuis 2015 (le camp d'Aguelal).

A noter qu'en mars 2017, le marché "Trans-Africa Airlift Support Contract" (TASC) avait été attribué conjointement à cette société qui dispose de Bell et de Puma, et à Airlift Group et Berry Aviation qui se sont partagé un joli gâteau d'une valeur totale de 518 millions de dollars pour fournir des prestations de transport aérien (EVASAN, transport de fret et de personnels etc).

L'avis:
Erickson Helicopters Inc., Portland, Oregon, has been awarded task order HTC711-18-F-R045, under their firm-fixed price, indefinite-delivery/indefinite-quantity contract HTC711-17-D-R009. The task order is valued at $20,432,020. The task order provides rotary wing services for Special Operations Command Africa from Arlit, Niger, to various points throughout Africa. Performance is from August 2018 through June 15, 2019. This task order is funded by Army Africa fiscal 2018 overseas contingency operations funds. The U. S. Transportation Command, Directorate of Acquisition, Scott Air Force Base, Illinois, is the contracting activity.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-fran ... 19546.html


Topic author
malikos
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 892
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Actualité militaire au Niger

Message par malikos » 18 juillet 2018, 20:39

Comme si chez eux c’est super sécure.
Mais je pense s’ils resteront près de la frontière ça fait du bon sens. :avo:

Plus de 800 soldats nigériens bientôt déployés dans le nord du Mali
il y a 2 jours 0
16 PARTAGES
Partagez
Tweetez
+1
Plus de 800 soldats nigériens faisant partie du 6ème bataillon du Niger pour la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) quitteront le pays dans les prochains jours pour être déployés dans le nord du Mali, a-t-on appris lundi à Niamey de source officielle.

Les soldats, composés de gendarmes, gardes nationaux et policiers, viennent de terminer un entraînement intense de dix semaines, à Ouaallam, au nord de Niamey, pour les opérations de maintien de la paix conformément aux dispositions de l’ONU.

Un premier convoi composé essentiellement de matériels logistiques devrait quitter incessamment Niamey, et le reste de la troupe le suivra très prochainement, a fait savoir une source sécuritaire.

Au terme, ils seront au total 842 personnes, hommes et femmes confondus, à prendre le relai de leurs collègues du bataillon nigérien actuellement en place, en qualité de Casques bleus au sein de la MINUSMA.

Pour le chef d’Etat-major des Armées du Niger, le contingent a reçu la formation nécessaire et du matériel de travail et “est désormais apte à servir dans un environnement international et multidisciplinaire”.

C’est pour la sixième fois consécutive que le Niger participe à cette opération de maintien de paix dans ce pays voisin, sous la bannière de l’ONU.

En janvier 2013, le premier contingent nigérien de plus de 680 militaires a été déployé au titre de la Mission internationale de Soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA), en vue de combattre les groupes terroristes dans le pays voisin. Depuis, environ 5.000 soldats nigériens ont été engagés au Mali dans le cadre de cette mission.

Le Niger et le Mali partagent une frontière commune de plus de 800 kilomètres, avec, de part et d’autre, des populations parlant les mêmes langues, comme le tamajek, le songhoi et le fulfuldé



Pour lire plus https://intellivoire.net/plus-de-800-so ... d-du-mali/


Topic author
malikos
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 892
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Actualité militaire au Niger

Message par malikos » 22 juillet 2018, 22:12

guess they mean agadez...timing would fit.

Armed US drones up and running in Niger

An MQ-9 Reaper, armed with GBU-12 Paveway II laser-guided munitions and AGM-114 Hellfire missiles, flies a combat mission over southern Afghanistan. The U.S. military is now conducting armed drone flights over Niger, which the country's top defense official says is intimidating local extremists.

LESLIE PRATT/U.S. AIR FORCE

Email Print Reddit Tweet Share Pinterest More
By JOHN VANDIVER | STARS AND STRIPES
Published: July 20, 2018

STUTTGART, Germany — Armed U.S. drone flights over Niger — which started after four U.S. soldiers were killed in an ambush in October — have put a scare into local militants, the country’s top defense official said.

Earlier this year, U.S. Africa Command quietly began armed unmanned surveillance flights in Niger, adding more firepower in the country where the Oct. 4 attack on a team of Green Berets raised questions about whether troops were carrying out dangerous missions without sufficient backup.

While drones now fly armed out of a base in Niger’s capital of Niamey, no strikes have yet been launched on targets inside the country, AFRICOM said Friday.

Still, the presence of armed MQ-9 Reapers has the attention of extremists, according to Niger Defense Minister Kalla Mountari.

“They (the U.S.) have answered our calls. This is huge because it will serve as a deterrent to those terrorists who wish to attack us,” Mountari told Voice of America in an interview Friday.


Airmen work in the unmanned aerial device apron in Agadez, Niger, in April, where drones will be parked when they are not in operation.The U.S. military is now conducting armed drone flights over the African country.
JOHN VANDIVER/STARS AND STRIPES
“Unlike before when they (extremists) attack and disappear, knowing we don’t have the means of pursuing them, now they would be hunted and taken out from above,” Mountari said.

The U.S. had operated unarmed drones out of Niger for several years, but after the ambush on U.S. soldiers there was a diplomatic push to add more attack capability.

Since the ambush, AFRICOM chief Gen. Thomas Waldhauser said he has made adjustments to how special operators work on the continent, including adding armored vehicles to some units, increasing the amount of firepower forces carry with them and using drones more to conduct surveillance.

“We have beefed up a lot posture-wise,” Waldhauser told reporters in May.

For now, AFRICOM’s armed surveillance mission is being run out of a base in Niamey, but the effort will switch to a base in central Niger under construction.

Work on the site, known as Air Base 201 in the city of Agadez, is expected to be finished by the end of the year.

There are about 800 U.S. military personnel in Niger, which has the second largest number of U.S. troops in Africa after the military’s hub in Djibouti.

The U.S. military mission in the country has steadily grown in Niger in connection with concerns about a mix of extremist groups in the region. Military officials have acknowledged that none of the groups pose a direct threat to the U.S. today, but there are concerns they could become one if left unchecked.

“Niger is in a strategic location surrounded on three fronts by terrorist organizations based in Libya, Mali, and Nigeria,” said Maj. Karl Wiest, an AFRICOM spokesman in a statement. “We secure national strategic interests in Niger by working by, with, and through allies and partners to deny safe havens to terrorists with global reach.”

vandiver.john@stripes.com
Twitter: @john_vandiver


Topic author
malikos
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 892
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Actualité militaire au Niger

Message par malikos » 22 juillet 2018, 22:21

Des drones américains armés “MQ-9 Reaper” dans le ciel au Niger
Intellivoire.net/20-07-2018

Des vols de drones américains armés au-dessus du Niger – qui ont commencé après que quatre soldats américains ont été tués dans une embuscade en octobre – font peur aux djihadistes au Niger , a déclaré le haut responsable de la défense du Niger.

Plus tôt cette année, le Commandement des États-Unis ont tranquillement commencé à effectuer des vols de surveillance au Niger, ajoutant plus de puissance de feu dans le pays où l’attaque du 4 octobre contre les Bérets verts posait des questions.

drones américains armés au-dessus du NigerLe drone de l’armée de l’air américaine le plus craint : MQ-9 Reaper

Alors que les drones volent maintenant armés à partir d’une base à Niamey, la capitale nigérienne, aucune frappe n’a encore été lancée sur des cibles à l’intérieur du pays, a annoncé vendredi l’AFRICOM.

Pourtant, la présence de drones MQ-9 Reaper armés a attiré l’attention des extrémistes, selon le ministre de la Défense du Niger, Kalla Mountari

“Ils (les États-Unis) ont répondu à nos appels. C’est énorme parce que cela servira de moyen de dissuasion pour les terroristes qui souhaitent nous attaquer “, a déclaré Mountari à Voice of America (VOA) dans une interview vendredi.

“Contrairement à avant, quand ils (les extrémistes) attaquent et disparaissent, sachant que nous n’avons pas les moyens de les poursuivre, maintenant ils seraient chassés et attaqués d’en haut”, a déclaré Mountari.

Les États – Unis avaient utilisé des drones non armés depuis plusieurs années au Niger, mais après l ’embuscade tendue aux soldats américains, il y avait eu une poussée diplomatique pour augmenter la capacité d’ attaque des djihadistes

Depuis l’embuscade, le chef d’AFRICOM, le général Thomas Waldhauser, a expliqué qu’il avait modifié le fonctionnement des opérations spéciales sur le continent, notamment en ajoutant des véhicules blindés à certaines unités, en augmentant la puissance de feu et en utilisant davantage de drones.

“Nous avons beaucoup renforcé notre position”, a déclaré Waldhauser aux journalistes en mai.

Pour l’instant, la mission de surveillance armée de l’AFRICOM est en cours depuis une base à Niamey, mais l’effort se portera sur une base en construction dans le centre du Niger

Les travaux sur le site, connu sous le nom de Base aérienne 201 dans la ville d’Agadez, devraient être terminés d’ici la fin de l’année.

Il y a environ 800 militaires américains au Niger, qui a le deuxième plus grand nombre de soldats américains en Afrique après la base militaire de Djibouti.

La mission militaire américaine dans le pays n’a cessé de croître au Niger en raison des préoccupations suscitées par un mélange de groupes extrémistes dans la région. Les responsables militaires ont reconnu qu’aucun de ces groupes ne constitue une menace directe pour les États-Unis aujourd’hui, mais ils craignent qu’ils ne le deviennent s’ils ne sont pas contrôlés.

“Le Niger est dans un endroit stratégique entouré sur trois fronts par des organisations terroristes basées en Libye, au Mali et au Nigeria”, a déclaré le major Karl Wiest, porte-parole d’AFRICOM dans un communiqué. «Nous sécurisons les intérêts stratégiques nationaux au Niger en travaillant par, avec et par le biais d’alliés et de partenaires pour refuser des refuges sûrs à des terroristes d’envergure mondiale.

Le ministre nigérien de la Défense Kalla Mountari a déclaré à VOA que les groupes djihadistes associés à l’Etat islamique et à al-Qaïda constituent une menace sérieuse pour le Niger et pourraient s’infiltrer dans le pays si des mesures préventives ne sont pas prises contre eux par les puissances régionales.

“Certainement, c’est une menace existentielle pour nous. Même s’ils peuvent sembler faibles maintenant, les groupes terroristes sont encore forts dans certaines régions [autour de nous] et leur intention déclarée est d’établir un califat et de mettre nos pays à genoux “, a déclaré Mountari.

Pour lire plus https://intellivoire.net/des-drones-ame ... -au-niger/


Topic author
malikos
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 892
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Actualité militaire au Niger

Message par malikos » 26 juillet 2018, 20:24

....where is the peace...war on "terror" without ending.
Niger : dix terroristes de Boko Haram tués par l'armée nigérienne dans la région de Diffa (gouvernement)
French.xinhuanet.com|Publié le 2018-07-22 à 06:29
NIAMEY, 21 juillet (Xinhua) -- Le gouvernement nigérien a annoncé samedi que dix membres du groupe terroriste Boko Haram ont été tués par l'armée nigérienne dont des positions dans la région de Diffa, dans le sud-est du Niger, ont été visée par plusieurs attaques perpétrées dans la nuit de jeudi à vendredi par la secte djihadiste.

De même, un militaire a perdu la vie et deux autres ont été blessés au cours des combats à Baroua, proche de la frontière entre le Niger et le Nigeria, précise un communiqué du ministère de la Défense, ajoutant que les opérations de ratissage engagées par les militaires se poursuivent dans la zone.

Les attaques qui se sont produites entre jeudi 23h00 heure locale et vendredi 05h30 heure locale, ont visé de manière simultanée trois positions des Forces de défense et de sécurité (FDS) nigériennes,
précise la même source.

Depuis plus de trois ans, plusieurs localités de la région de Diffa, notamment celles proches de la frontière avec le Nigeria, subissent des attaques à répétition de Boko Haram, à partir de ses positions nigérianes. Ces attaques ont fait des centaines de victimes civiles et militaires nigériens et des milliers de déplacés du Niger et du Nigeria.

Après une relative accalmie retrouvée grâce aux opérations de grande envergure menées depuis plus d'un an par une force multinationale mixte, une recrudescence des attaques sous diverses formes de la secte terroriste dans la zone a été observée ces derniers temps.

La dernière attaque des terroristes a eu lieu le 1er juillet dernier, au cours de laquelle dix soldats nigériens ont été tués et quatre autres portés disparus à Bilabrim dans le département de N'guigmi, aussi dans la région de Diffa. http://french.xinhuanet.com/afrique/201 ... 340149.htm


Topic author
malikos
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 892
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Actualité militaire au Niger

Message par malikos » 28 août 2018, 21:35

Le Niger renforce la surveillance à la frontière après l’afflux de réfugiés du Nigeria
il y a 5 jours 0
80 PARTAGES
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
+1
Le Niger a déclaré jeudi qu’il avait envoyé des renforts de sécurité sur une partie de sa frontière aux prises avec un afflux de personnes déplacées et de criminels du Nigéria .

Les mesures ont été prises dans la région de Maradi, dans la partie centre-sud de la frontière, qui jouxte l’État nigérian du nord-ouest de Zamfara.

“Nous enregistrons actuellement de nombreux réfugiés, des familles entières qui arrivent”, a déclaré le gouverneur de Maradi Zakari Oumarou à la télévision d’Etat.

“Nous sommes (aussi) confrontés à une nouvelle situation, d’enlèvements pour obtenir une rançon.

” Les “réfugiés” venaient principalement de Zamfara, at-il dit, mais n’ont pas donné de chiffres ni dit pourquoi ils fuyaient au Niger. “Nous sommes en train de nous concentrer sur la sécurité à notre frontière.

Nous avons déployé beaucoup d’unités à la frontière et nous continuerons à le faire. »M. Oumara a ajouté:« Nous allons continuer à recevoir des réfugiés, mais il y a des gens dangereuz parmi eux. Nous devrons donc les filtrer et nous le faisons.

“Les communautés locales doivent” prendre des précautions extrêmes … et être vigilantes “, a-t-il déclaré. Le nord-est du Nigeria est en proie à une insurrection djihadiste qui s’est également propagée au Niger, mais les problèmes transfrontaliers de Zamfara, dans le nord-ouest, ont généralement été rares.

Un habitant de Maradi a déclaré à l’AFP que les régions situées le long de la frontière avec le Nigeria étaient désormais sujettes à la criminalité transfrontalière, en particulier le vol de bétail par des “bandes nigérianes armées”.



Pour lire plus https://intellivoire.net/le-niger-renfo ... u-nigeria/


Topic author
malikos
Musaïd Awal (مساعد أول)
Musaïd Awal (مساعد أول)
Algeria
Messages : 892
Inscription : 01 avril 2012, 13:54

Re: Actualité militaire au Niger

Message par malikos » 28 août 2018, 21:39

U.S. Military in Africa Says Changes Have Been Made to Protect Troops
THE ASSOCIATED PRESS (CARLEY PETESCH)

30. Juli 2018, 22:34 MESZ Updated on 31. Juli 2018, 00:27 MESZ

A U.S. army instructor works with Malian soldiers during an anti-terrorism exercise on April 12, 2018. Photographer: Issouf Sanogo/AFP/Getty Images
LISTEN TO ARTICLE
3:41
SHARE THIS ARTICLE
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
Dakar, Senegal (AP) -- The U.S. military in Africa has taken steps to increase the security of troops on the ground, adding armed drones and armored vehicles and taking a harder look at when American forces go out with local troops, the head of the U.S. Africa Command said Monday.

Gen. Thomas D. Waldhauser told reporters the U.S. also has cut the response time needed for medical evacuations — the result of a broad review in the wake of last year's ambush in Niger that killed four U.S. soldiers and four of their Niger counterparts.

"Since that happened, there were significant things to change and learn," Waldhauser said. "We've done a thorough scrub really on every level, whether it's at a tactical level ... or how we conduct business at AFRICOM."

A report is due in mid-August on actions taken in response to the findings, Waldhauser said. He released a report in May on the ambush, which has been blamed on extremists linked to the Islamic State organization.

He said Africa's challenges remain vast, from Islamic State and al-Qaida-linked groups in the west to al-Shabab in the east.

The U.S. takes a hard look at what is necessary when accompanying local forces on operations, "in terms of when it's necessary; is the threat there going against something that's significant to the U.S. homeland and our national interests," he said.

Drones are part of the strategy to provide intelligence-gathering for partner nations so they can "consider various operations and take on these threats," Waldhauser said.

The U.S. has authority to carry out drone strikes in Libya and Somalia, according to AFRICOM, but Waldhauser confirmed that "we have been arming out of Niger, and we'll use that as appropriate." The U.S. says it started arming drones in Niger earlier this year; they are currently deployed to an air base in the capital, Niamey.

He stopped in Senegal while in the region for an annual senior leader and communications symposium in Cape Verde, according to the U.S. Africa Command.

The U.S. maintains a small site at Camp Cisse in Dakar's old airport that allows for U.S. military aircraft to land and refuel. It also allows for storage and use during crisis situations in West Africa such as the response to the deadly Ebola outbreak a few years ago or to any threats against embassies.

America's role on the continent is to build the capacity of local partner forces, Waldhauser said.

"The majority, if not all of the combat operations, will be conducted by the partner force, not by the United States. So our whole goal is to get them up to a level that they can deal with the challenges that they face," he said.

"In no case are we trying to take the lead. In no case do we want to own the problem, really in all cases and various methods, whether it be kinetic strikes in places like Somalia or working bilaterally with G5 countries in the west," he said, referring to the new five-nation G5 Sahel counterterror force in West Africa.

When the U.S. does step in with strikes, "we go out of our way to reach levels of certainty with whom we know we are up against," he said. Officials and residents in Somalia, however, more than once in recent months have accused the U.S. of killing civilians in drone strikes.


Waldhauser also warned that partnership with the U.S. comes with responsibility and mentioned as an example recent reports of extrajudicial killings in Cameroon. The United Nations human rights chief last week said he was "utterly appalled" at a recent video appearing to show Cameroonian soldiers shooting to death women with small children strapped to their backs as suspected Boko Haram extremists.

"We want to have a strong military relationship with Cameroon. But their actions will go a long way toward how that will play out in the future with regards to the transparency on some of these latest allegations." Waldhauser said.

___

Follow Carley Petesch on Twitter at https://twitter.com/carleypeteschhttps://

www.bloomberg.com/news/articles/2018-07 ... ect-troops

Répondre

Revenir à « Actualité militaire »