Restructuration des Services de Renseignement

Quwwat Al-Amn - قوات الأمن
Venez discuter de la Gendarmerie Nationale, de la DGSN, des Douanes, des GGF et de tous les corps de sécurité
Répondre

AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11712
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Restructuration des Services de Renseignement

Message par AAF 2020 » 01 janvier 2017, 09:23

Les officiers du renseignement reprennent le statut de police judiciaire

Image
Le dernier Conseil des ministres a entériné la décision de la Présidence d’octroyer la qualité d’officiers de police judiciaire militaire aux officiers de la sécurité de l’armée.


Après trois ans de privation des services de renseignement de cet instrument judiciaire nécessaire à leur fonctionnement au nom de la lutte des clans et de la bataille du 4e mandat qui a fini par la dissolution du DRS et le limogeage de son patron, le général de corps d’armée Mohamed Lamine Mediène dit Toufik, en décembre 2015.

Ainsi, la Direction centrale de la sécurité de l’armée (DCSA), sous l’autorité de l’état-major de l’armée et la Direction des services de sécurité (DSS) dépendant de la présidence de la République reprennent leur qualité de police judiciaire. Selon nos informations, la décision a été prise par le président de la République sur conseil de ses plus proches collaborateurs vu les entraves constatées dans l’action des Services sur le terrain.

«Les officiers des services de renseignement se voyaient freinés dans leur action par des procédures bureaucratiques lourdes qui non seulement entravent leurs performances mais aussi les empêche de procéder à l’interpellation de personnes suspectes et considérées comme un potentiel danger pour l’intégrité territoriale, à l’unité nationale et la sûreté de l’Etat et leur traduction devant des instances judiciaires compétentes dans le respect des lois de la République» confie une source de la Présidence.

En d’autres termes, les services de renseignement sont appelés à accroître leurs activités de surveillance électronique pour prémunir les systèmes numériques nationales de cyberattaques, notamment celles venant de l’étranger, d’autant que l’Algérie s’apprête à lancer des services en ligne (transactions bancaires, administration, services), ce qui nécessite donc un savoir-faire et des équipements que seuls les Services possèdent à travers une direction dédiée à cet effet.

Concrètement, il s’agit de la traque et de l’appréhension d’éléments soupçonnés d’activité de cybercriminalité, de terrorisme, d’apologie du crime et de terrorisme, de radicalisation et enfin de troubles à l’ordre public, de diffusion de contenu raciste, d’atteinte à la l’intégrité territoriale à travers des messages et des appels à la scission de l’Etat, explique-t-on. A travers cette décision se cache aussi la volonté de la reprise par les services de renseignement de la lutte contre la corruption et ainsi éviter au pays des scandales financiers, tels ceux de Sonatrach et de l’autoroute Est-Ouest, notamment dans un contexte de crise économique induisant des répercussions sur la paix sociale.
http://www.elwatan.com/actualite/les-of ... 30_109.php

Avatar de l’utilisateur

reaKwon
Djoundi (جندي)
Djoundi (جندي)
Messages : 4
Inscription : 26 décembre 2012, 16:59
Localisation : ALGER

Re: Restructuration des Services de Renseignement

Message par reaKwon » 02 janvier 2017, 00:10

bonne année et bonne nouvelle
--------------------------------------
la discrétion et l'intelligence de l'artifice


numidia
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2599
Inscription : 21 mars 2012, 20:17

Re: Restructuration des Services de Renseignement

Message par numidia » 03 janvier 2017, 18:01

excellente nouvelle en espérant qu'elle sera concrètement soutenue et qu'ils pourront agir efficacement
cette décision prouve bien que leur (nos gouvernants) décision passée était irresponsable et impardonnable car non soumise à des intérêts institutionnels et républicains, mais soumise à des intérêts personnels, comme semble le montrer cet article
Image

Avatar de l’utilisateur

Laigle
Arif Awal (عريف أول)
Arif Awal (عريف أول)
Messages : 351
Inscription : 02 avril 2012, 20:01

Re: Restructuration des Services de Renseignement

Message par Laigle » 03 janvier 2017, 22:19

Le fait que les services de renseignements soient éclatés , qu'ils aient été privés de leur pouvoir d'investigation ( sans pouvoir judiciaire, pas de pouvoir réel car aucune autre entité n'est capable de prendre le relai sur nombre des dossiers traités et dont le spectre est ou plutôt était géant ) et qu'ils soient placés sous l'autorité d'une personne qui a fait dans le "qui tue qui?" , l'apologie de terrorisme ( "si j'avais eu leur âge , j'aurais fait comme eux" , "mes nobles frères combattants" ) et qui est le trojan représentant le camp cosmopolite en Algérie , cela n'est pas un vrai progrès.
Pour moi, c'est enlever 100 et redonner 5 . manque 95 et la monnaie de leur pièce (le squatteur d'El Mouradia et son entourage) .... un jour Inch Allah devant le tribunal militaire de Blida pour Haute Trahison .
Qu'on se rende à San Egidio avec les ennemis de l'Algérie , qu'on cherche à plaire à BHL , qu'on s’accoquine avec la "Piscine" (et ce après avoir été de facto le ministre des AE de Giscard !!! ) c'est qu'on n'a pas sa place pour servir la Nation.
Peu importe la gloire réelle ou supposée à un moment donné . Cela ne relève pas de l'erreur mais de la faute inacceptable et impardonnable .
Et justement, il revient entre autres aux services de renseignement de jouer ce rôle de garde fou lorsque la ligne rouge, celle qui met en jeu l'Indépendance chèrement acquise et chèrement conservée , afin qu'aucun politique, fonctionnaire, commis d'état , personnalité économique ou cercle d'influence ne puisse attenter d'une façon où d'une autre au Pays.
Cette fonction peut et doit être assumée en tout indépendance politique car une trahison , c'est patent. Elle se constate de façon apolitique. Objectivement .

Avatar de l’utilisateur

tayeb
Aqid (عقيد)
Aqid (عقيد)
Algeria
Messages : 9687
Inscription : 17 janvier 2013, 17:26

Re: Restructuration des Services de Renseignement

Message par tayeb » 05 janvier 2017, 20:18

Une nouvelle sans aucun intérêt . A quoi bon jouer quand on connaît déjà le vainqueur .
Algeria's Secret Services never die !
Image


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11712
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Restructuration des Services de Renseignement

Message par AAF 2020 » 07 janvier 2017, 14:11

Restructuration du DRS: Les explications d'Ouyahia

Ahmed Ouyahia, directeur de cabinet à la présidence de la République et chef du parti RND, est revenu sur la restructuration des services de sécurité algériens, effectuée par le président Bouteflika en 2013.

En particulier l'éclatement de la Direction du renseignement et de sécurité (DRS). Dans une déclaration hier vendredi à la chaîne TV Ennahar, il a d'abord dénoncé ‘'les fausses lectures'' sur cette restructuration, ensuite confirmé que les services de sécurité algériens ont été scindés en deux grandes entités, avec le pouvoir de police judiciaire, militaire au sein du ministère de la Défense nationale, et civile pour les activités de lutte antiterroriste et d'espionnage pour ceux rattachés à la présidence de la République. Ahmed Ouyahia a expliqué qu'après la restructuration de 2013, le DRS a été scindé en deux grandes structures, dont l'une ‘'reste rattachée à la présidence de la République''. L'autre ‘'partie'' du DRS ‘'a été affectée au ministère de la Défense, et c'est elle qui a la mission de police judiciaire militaire, elle a le rôle de défense et de protection de l'armée, avec la prérogative de police judiciaire militaire, et n'a pas de prérogative civile'', souligne M. Ouyahia. En clair, les services de sécurité rattachés au ministère de la Défense nationale n'ont plus ‘'la casquette'' de police judiciaire auprès des instances civiles, mais seulement auprès de la justice militaire. Pour autant, la mission principale des services de sécurité algériens, ‘'la lutte contre le terrorisme, l'espionnage et les activités connexes'', reste toujours rattachée à la présidence de la République. Ces services de sécurité ‘'gardent leur rôle de police judiciaire et peuvent, donc, poursuivre des personnes civiles dans le cadre de la lutte antiterroriste ou l'espionnage'', explique M. Ouyahia. Le DRS a été officiellement dissous par un décret présidentiel non publiable, signé par le président Bouteflika le mercredi 20 janvier 2013.

Le général major Bachir Tartag avait pris le relais du général de corps d'armée Mohamed Médiene, admis à la retraite. Selon des sources médiatiques, le Président a créé à la place du DRS, la ‘'Direction des services de sécurité'' (DSS), que chapeaute le général Bachir Tartag. La nouvelle direction comprend trois départements chargés respectivement de la ‘'sécurité intérieure, de la sécurité extérieure et une direction technique''. En outre, Bachir Tartag et la DSS travaillent sous l'autorité directe de la Présidence et non de la défense nationale comme ce fut le cas pour le DRS. Les nouveaux services de sécurité (contre-espionnage, intelligence économique, subversion et antiterrorisme) sont donc organiquement indépendants du ministère de la Défense, qui garde la main sur la sécurité de l'armée avec des directions régionales et locales, confirme donc M. Ahmed Ouyahia.
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5238488


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11712
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Restructuration des Services de Renseignement

Message par AAF 2020 » 09 janvier 2017, 15:13

Services secrets/ Rumeurs insistantes sur un retour aux affaires du général Toufik

Les rumeurs quant à un retour aux affaires de l’ex-patron des services de renseignements, le général Toufik, se font de plus en plus insistantes. Le général à la retraite pourrait, selon la thèse dominante, chapeauter un organisme sécuritaire consultatif censé appuyer le travail des trois nouvelles structures rattachées à la présidence de la République.

L’information a été rapportée par le journal électronique Mondafrique citant des sources proches du pouvoir qui lui auraient affirmé un retour imminent de l’ex-homme fort de l’Algérie. L’article de Mondafrique laisse penser que le général a réussi un véritable coup de force en s’imposant dans la nouvelle architecture des services secrets. Toujours selon Mondafrique, le général Toufik prendrait incessamment les commandes d’un «organisme sécuritaire consultatif censé appuyer le travail des nouvelles directions du DRS».

On a évoqué durant plus d’un an, une sorte de guerre silencieuse entre le puissant “homme de l’ombre” et la présidence de la République. Des têtes sont tombées de part et d’autre dans cette guerre sans nom avant, dont la “liquidation” d’Amar Saâdani a été le point d’orgue au plan médiatique. Toutefois, les dommages ont, apparemment, été plus importants du côté de l’ancien DRS qui a fini par être démantelé et remplacé par de nouvelles structures.

Durant cette période, on a également beaucoup spéculé sur un éventuel retour du général Toufik. Les rapports médiatiques et les rumeurs en tout genre ont contribué à alimenter les fantasmes sur un deal convenu entre les deux parties tout en restant dans une logique de dualité. Et si tout ce qui s’est passé depuis 2013,en effet, n’était qu’un scénario échafaudé à l’avance ?
http://www.algerie-focus.com/2017/01/se ... al-toufik/


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11712
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Restructuration des Services de Renseignement

Message par AAF 2020 » 03 février 2017, 17:54

Les colonels Nadir, Smaïl ou Abdelkhader/ Les nouveaux visages du “nouveau” DRS

Depuis le début de la restructuration profonde du DRS en 2013, de nouveaux leaders ont émergé pour prendre la place de ceux qui ont marqué d’une main de fer les services de renseignement algériens. Aujourd’hui, après le départ du mystérieux et célèbre général Toufik en septembre 2015, les nouveaux leaders ne s’appellent plus Mehenna Djebar, général Hassan ou le général Ahmed Kherfi.

Les nouveaux chefs qui montent au créneau au sein des nouvelles directions de nos services s’appellent le Colonel Nadir, Abdelkhader, Nourredine ou Smaïl. Des jeunes officiers promus récemment à des postes clés et stratégiques au sein des deux branches actuelles qui constituent la Central Intelligence Agency made in Algérie. En effet, le nouveau DRS est constitué aujourd’hui de deux centres : le centre de la sécurité intérieur (CSI) et le centre de la sécurité extérieur (CSE). Les deux directions de renseignements sont dirigées par un coordinateur des Services de renseignement. Il s’agit du général-major Athmane Tartag. Ce dernier est placé directement sous la coupe de la Présidence de la République.

Cet “ancien de la boite” assure la coordination de la nouvelle agence de renseignement, née officiellement en janvier 2016, en compagnie de plusieurs nouveaux officiers quasiment méconnus et réputé pour leur jeune âge. Une nouvelle génération qui prend les commandes pour affronter les défis d’une nouvelle époque très différente de celle des sombres années 90. Le premier visage qui incarne cette nouvelle génération s’appelle le colonel Nadir. Il est, selon nos informations, l’adjoint de Tartag. Son influence est grandissante et Tartag se confie beaucoup à lui avant de prendre la moindre décision. D’autres officiers sont montés en puissance à la suite du départ de plusieurs centaines vieux officiers qui ont roulé leur bosse durant la décennie noire. Parmi ces “jeunes” officiers, nous retrouvons sans conteste le colonel Abdelkhader, promu général récemment selon nos sources, qui dirige la CSI avec son adjoint le colonel Smaïl. Abdelkhader est un ancien du fameux centre d’Antar, le Centre principal des opérations de l’ex DRS à Alger. Connu pour être un dur à cuir, il aurait insufflé un nouveau dynamisme aux agents du CSI qui multiplient avec réussite, notent des observateurs anonymes des affaires sécuritaires, les collectes et les opérations contre les cellules terroristes dormantes en Algérie.

Et si la CSE est toujours dirigé par le général Youssef, l’un des rares officiers qui a survécu à la mise à la retraite décidée par Tartag à l’encontre de nombreux agents du DRS depuis février 2016, nous retrouve encore plusieurs jeunes occupant des postes importants au niveau de plusieurs directions regroupées dans la CSE ou la CSI à l’image du colonel Nourreddine chargé de diriger le fameux Centre principal militaire d’investigations (CPMI), un organe qui joue un rôle majeur dans la lutte anti-terroriste sur le terrain.

Beaucoup de rumeurs ont circulé sur la dissolution du CPMI. Mais, dans la réalité, son fonctionnement a été revu, soulignent nos sources, et sa gestion revient à un jeune colonel, Nourreddine, dont le travail très discret est, semble-t-il, très apprécié par Tartag et la Présidence de la République ou même l’Etat-Major de l’ANP. Les nouveaux officiers apparaissent également dans d’autres services comme celui chargé de la presse. Un certain Colonel Nacer est à la tête de ce service. Des officiers jeunes, méconnus et qui prennent progressivement le pouvoir, le nouveau “DRS” essaie de s’adapter à la modernité et tente de renforcer son efficacité en dépit de sa réputation très sulfureuse héritée des terribles violences des années 90. Le pari sera-t-il réussi ? Seul l’avenir nous le dira…
http://www.algerie-focus.com/2017/02/co ... uveau-drs/


saf
Raqib Awal (رقيب أول)
Raqib Awal (رقيب أول)
Algeria
Messages : 577
Inscription : 02 avril 2012, 13:42

Re: Restructuration des Services de Renseignement

Message par saf » 03 février 2017, 23:06

Le CPMI n'est il pas sous l'autorité de la DCSA?
Quel intérêt de connaître tout l'organigramme des services en multipliant les pseudonymes.
On connaît leur bourde mais jamais leur succès.


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11712
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Restructuration des Services de Renseignement

Message par AAF 2020 » 14 février 2017, 17:17



AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11712
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Restructuration des Services de Renseignement

Message par AAF 2020 » 29 juillet 2017, 18:29

Abdelkader, le nouvel homme fort du nouveau “DRS”

Le général Boura Rezigue, alias Abdelkader, est assez peu connu du grand public en Algérie. Au sein des services algériens ce jeune cinquantenaire qui a fait toute sa carrière au coeur de l’ancien Département du renseignement et de la sécurité (ex- DRS), jouit pourtant d’une belle notoriété et incarne la nouvelle génération des hauts gradés du renseignement algérien.

Abdelkader connaîtra la consécration il y a tout juste deux ans, en août 2015, lorsqu’il est nommé directeur de la Direction de la sécurité intérieure (DSI), en remplacement du général-major Abdelhamid Bendaoud, alias Ali. Il devient ainsi le premier jeune officier supérieur n’appartenant pas à l’entourage du très controversé général Toufik à obtenir un poste aussi stratégique.

Ses qualités morales et sa force de caractère font aujourd’hui d’Abdelkader un officier incontournable dans le monde du renseignement algérien. Son indéniable expérience dans la lutte anti-terroriste également, à la tête de plusieurs missions au sein du DRS, dont la direction du centre territorial de recherche et d’investigation (CTRI) sur l’ensemble du territoire.

C’est au CTRI, coeur de l’anti-terrorisme, que les interrogatoires et les enquêtes les plus secrètes du pays sont menées. Abdellkader a par la suite dirigé d’une main de fer le Centre principal des opérations (CPO), le fameux centre Antar où se déroulent discrètement les entretiens et les enquêtes sur les affaires politiques et de corruption. Un centre à la triste réputation depuis la guerre civile des années 1990, et que le jeune général s’est employé à assainir et à professionnaliser, permettant ainsi de renforcer son efficacité. Ce qui lui a valu le respect et la considération du général-major Bachir Tartag, successeur du général Toufik à la tête du nouveau DRS, qui en fera très vite son véritable bras de droit.

Enfin, à la veille des élections législatives de mai 2017, Abdelkader aura été celui qui a fait éclater le scandale des ventes des candidatures à la députation au sein du FLN, et c’est à la suite des investigations menées par ses services que la députée du FLN, Salima Athmanin, a été interpellée en flagrant délit de corruption.

Abdelkader déplacera encore un peu plus les lignes en faisant placer sous surveillance le fils du patron du FLN, Djamel Oud Abbès, impliqué lui aussi dans des transactions pour le moins douteuses. Un scandale national qui provoquera des sueurs froides à l’ensemble des responsables politiques du pays.
https://algeriepart.com/2017/07/27/abde ... uveau-drs/

Avatar de l’utilisateur

sadral
Aqid (عقيد)
Aqid (عقيد)
Algeria
Messages : 5306
Inscription : 03 avril 2012, 19:55

Re: Restructuration des Services de Renseignement

Message par sadral » 29 juillet 2017, 22:55

AAF 2020 a écrit :
29 juillet 2017, 18:29
Abdelkader, le nouvel homme fort du nouveau “DRS”

Le général Boura Rezigue, alias Abdelkader, est assez peu connu du grand public en Algérie. Au sein des services algériens ce jeune cinquantenaire qui a fait toute sa carrière au coeur de l’ancien Département du renseignement et de la sécurité (ex- DRS), jouit pourtant d’une belle notoriété et incarne la nouvelle génération des hauts gradés du renseignement algérien.

Abdelkader connaîtra la consécration il y a tout juste deux ans, en août 2015, lorsqu’il est nommé directeur de la Direction de la sécurité intérieure (DSI), en remplacement du général-major Abdelhamid Bendaoud, alias Ali. Il devient ainsi le premier jeune officier supérieur n’appartenant pas à l’entourage du très controversé général Toufik à obtenir un poste aussi stratégique.

Ses qualités morales et sa force de caractère font aujourd’hui d’Abdelkader un officier incontournable dans le monde du renseignement algérien. Son indéniable expérience dans la lutte anti-terroriste également, à la tête de plusieurs missions au sein du DRS, dont la direction du centre territorial de recherche et d’investigation (CTRI) sur l’ensemble du territoire.

C’est au CTRI, coeur de l’anti-terrorisme, que les interrogatoires et les enquêtes les plus secrètes du pays sont menées. Abdellkader a par la suite dirigé d’une main de fer le Centre principal des opérations (CPO), le fameux centre Antar où se déroulent discrètement les entretiens et les enquêtes sur les affaires politiques et de corruption. Un centre à la triste réputation depuis la guerre civile des années 1990, et que le jeune général s’est employé à assainir et à professionnaliser, permettant ainsi de renforcer son efficacité. Ce qui lui a valu le respect et la considération du général-major Bachir Tartag, successeur du général Toufik à la tête du nouveau DRS, qui en fera très vite son véritable bras de droit.

Enfin, à la veille des élections législatives de mai 2017, Abdelkader aura été celui qui a fait éclater le scandale des ventes des candidatures à la députation au sein du FLN, et c’est à la suite des investigations menées par ses services que la députée du FLN, Salima Athmanin, a été interpellée en flagrant délit de corruption.

Abdelkader déplacera encore un peu plus les lignes en faisant placer sous surveillance le fils du patron du FLN, Djamel Oud Abbès, impliqué lui aussi dans des transactions pour le moins douteuses. Un scandale national qui provoquera des sueurs froides à l’ensemble des responsables politiques du pays.
https://algeriepart.com/2017/07/27/abde ... uveau-drs/
Bizarre le lien n'est plus actif :scratch: c'est le nouveau blog d'Abdou Semmar (ex AlgerFocus)
Image ImageImage

''C’est en pratiquant les actions justes que nous devenons justes, en pratiquant les actions modérées que nous devenons modérés, et en pratiquant les actions courageuses que nous devenons courageux.'' Aristote


saf
Raqib Awal (رقيب أول)
Raqib Awal (رقيب أول)
Algeria
Messages : 577
Inscription : 02 avril 2012, 13:42

Re: Restructuration des Services de Renseignement

Message par saf » 30 juillet 2017, 12:48

il n'a pas l'air de maitriser son sujet . Un CTRI il y en a 6 pour chaque régions militaires et donc une subdivision régionale de la DCE puis de la DSI. IL y avait un CPMI (centre principal militaire d'investigation ), qu'on nomme centre Antar . De plus cette article est un plagiat d'un article d'Algerie1 publié Par Khidr Ali 04 Aout 2015 . Les commentaires qui n'apportent rien au niveau de l'information tel : n’appartenant pas à l’entourage du très controversé général Toufik, ki thour yi teh , Un centre à la triste réputation blad la rumeur. Des preuves. "assainir et à professionnaliser" comme si avant c’était des amateurs. Quelle mauvaise foi et manque de reconnaissance. Ce genre d'article n'a vraiment pas ça place sur ce forum. Un respect éternelle pour ceux qui ont servi dans le DRS. Tahya ljazaier et ses services
Dernière modification par saf le 19 octobre 2017, 12:03, modifié 1 fois.


saf
Raqib Awal (رقيب أول)
Raqib Awal (رقيب أول)
Algeria
Messages : 577
Inscription : 02 avril 2012, 13:42

Re: Restructuration des Services de Renseignement

Message par saf » 19 octobre 2017, 11:59

que se passe t il actuellement. la conduite subit de multiples fuites. Des documents secrets défenses se retrouvent dans les journaux et YouTube Rabiyastar. Une chose est certaine la fuite ne vient pas de fakhamatouhou pour des raisons physiologiques tout simplement.


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11712
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Restructuration des Services de Renseignement

Message par AAF 2020 » 28 mars 2018, 17:02

Un général de l'ex-DRS, conseiller à la sécurité à la présidence limogé
d-bouteflika-la-succession-lancee-1a108.jpg
Dans une totale opacité, et dans le style qui régie la présidence de la République depuis quelques années, on apprend de sources concordantes que la présidence vient de licencier de son poste de conseiller à la sécurité, le général Djamel-Eddine Bouzghaïa.

En remplacement du Général Nadjib, Djamel-Edine Bouzghaïa, ancien Colonel du DRS, occupait le poste de directeur de recherche au sein de l’Institut supérieur pour les études de sécurité nationale (ISESN), avant d’être nommé en octobre 2010 conseiller à la sécurité au sein de la présidence.

Aucune nom n'a été avancé pour remplacer Djamel-Edine Bouzghaïa
http://www.lematindalgerie.com/un-gener ... nce-limoge
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.

Répondre

Revenir à « Forces de Sécurité Algériennes »