Déminage du Territoire

Parlez ici,des engagements récents de l'ANP (terrorisme, tensions territoriales, engagements extérieurs...)
Répondre

guidher
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2632
Inscription : 03 avril 2012, 18:27

Re: Déminage du Territoire

Message par guidher » 27 janvier 2017, 23:59

Actualités : APRÈS 55 ANS D’EFFORTS
Les lignes Challe et Morice entièrement déminées

L’opération de déminage des lignes Challe et Morice a officiellement pris fin. Le ministère de la Défense a tenu à annoncer la nouvelle en grande pompe en organisant, hier, une conférence durant laquelle tous les détails du processus ont été livrés aux médias.
Le général Madhi, chargé de la communication au sein du MDN, et l’équipe qui est intervenue à cette occasion ont d’ailleurs tenu à donner un caractère exceptionnel à cet évènement en insistant sur le fait que la décision de porter toutes les informations nécessaires au public émane directement du vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’ANP.
L’évènement n’est certainement pas des moindres, et les chiffres dévoilés durant cette conférence le confirment, si besoin est. Près de neuf millions de mines placées par l’ancien colonisateur récupérées et détruites, et plus de 62 000 hectares «récupérés et restitués aux citoyens» qui n’ont désormais plus à craindre de tomber sur les engins meurtriers.
La clôture de l’opération de déminage s’est déroulée naturellement en présence d’observateurs et experts internationaux conformément au procédé international qui implique la nécessité de procéder à une dernière vérification par des spécialistes en la matière. L’Algérie elle-même, apprend-on durant cette conférence, a eu recours à une aide extérieure en matière de formation de démineurs et de «formateurs». Plusieurs personnes ont été ainsi envoyées en stage à Genève mais aussi en Ukraine permettant, de cette manière, la mise en application d’une opération de déminage professionnelle et préparée à la nature du terrain.
Il faut retenir que le processus de déminage des lignes Challe et Morice a connu deux étapes différentes. Celle en premier lieu, qui a prévalu depuis 1963 à 1988. A cette époque, l’Algérie, inexpérimentée en la matière, s’échine à déminer les zones infestées en l’absence de «documents et plans de pose» mais parvient tout de même à «dépolluer», selon l’expression utilisée par les conférenciers, plus de 50 000 hectares de terres.
La seconde étape à partir des années 2000, suite à la signature par l’Algérie de la Convention d’Ottawa. Dans les faits, l’Algérie a ratifié cette convention en décembre 2001 mais il faut un certain temps (destiné aux préparatifs) avant son entrée en vigueur en 2004. En signant cette convention, les autorités algériennes venaient de s’engager «à la destruction de toutes les mines anti-personnel en sa dotation» et à la «dépollution totale du territoire national de tout engin explosif pouvant mettre la population en danger».
A l’ouverture de la conférence, le général Madhi a d’ailleurs fait savoir que le processus de déminage en question avait porté également sur la destruction des engins placés par les terroristes durant les années terribles traversées par l’Algérie. Le coup d’envoi des opérations de destruction des mines récupérées dans le cadre global a d’ailleurs été donné en 2004 par le Président Bouteflika pour officialiser l’application de l’article 4 de la Convention d’Ottawa portant sur la nécessité de détruire les mines récupérées. «Le polygone central de l’aire de Hassi Bahbah a été spécialement aménagé et retenu comme lieu de destruction des mines anti-personnel», apprend-on d’autre part.
A savoir aussi qu’après la ratification de la Convention d’Ottawa, les opérations de déminage des bandes frontalières à l’est, l’ouest et le sud du pays ont été confiées à un organisme (armée du génie de combat) du commandement des forces terrestres en raison, dit-on, de l’expérience acquise durant la première phase du processus.
Les spécialistes qui sont intervenus durant cette conférence ont, par ailleurs, tenu à préciser que la dernière opération de déminage a eu lieu le 1er décembre 2016 au niveau de la 5e Région militaire, soit cinq mois avant l’expiration du délai fixé par la Convention d’Ottawa, à savoir avril 2017. L’annonce officielle a été faite fièrement par les représentants du MDN : «L’Algérie est débarrassée des mines anti-personnel».
Rappelons, enfin, que les lignes Challe et Morice, du nom des deux généraux français (Maurice Challe et André Morice) qui avaient conduit les travaux de pose de deux lignes minées et électrifiées, concernent les frontières est, ouest et sud-ouest du pays.
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/ ... 8343&cid=2


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Déminage du Territoire

Message par AAF 2020 » 04 avril 2017, 12:02

Eradication des mines antipersonnel de l’époque coloniale : vibrant hommage à l’ANP

Dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale de la sensibilisation au problème des mines et de l’assistance à la lutte anti-mines, le 4 avril de chaque année, l’association Machaâl Echahid et l’Association nationale des victimes des mines antipersonnel ont organisé, hier au palais de la Culture Moufdi-Zakaria, un hommage appuyé à l’Armée nationale populaire, digne héritière de l’ALN, pour le travail remarquable accompli dans le cadre de l’éradication des mines antipersonnel qui s’est soldée par la destruction de près de 9 millions de ces engins de mort.

Lors de cette rencontre, la médaille du Mérite national a été décernée au Président de la République, ministre de la Défense nationale et Chef suprême des forces armées, M. Abdelaziz Bouteflika. Une distinction du même ordre a également été attribuée au vice-ministre de la Défense nationale, le général major du corps d’armée et chef d’état-major de l’ANP, M. Ahmed Gaïd Salah. Les deux médailles ont été remises aux mains du général Mouali Slimane.
Outre les représentants des institutions nationales, la rencontre a regroupé plusieurs juristes mais également nombre de victimes des mines antipersonnel, lesquelles ont présenté des témoignages émouvants sur le sujet. Convié à s’exprimer en cette occasion, l’universitaire Mohamed Lahcène Zeghidi a présenté une intéressante conférence sur ce thème en saluant les efforts considérables déployés par l’Armée nationale populaire dans le cadre des opérations de déminage. Aussi et après avoir détaillé les différentes étapes ayant conduit à l’éradication totale des mines antipersonnel héritées de l’ère coloniale, l’historien a insisté sur la nécessité « de reconnaître ces crimes de guerre » et soutient que « la France doit assumer sa responsabilité historique et juridique, dans ce cadre ».
Pour sa part, l’avocate Fatima Zahra Benbraham fera remarquer qu’il est temps que les juristes coordonnent leurs efforts aux fins de revendiquer, ensemble, les droits des victimes de ce « crime continu ». Me Benbraham tout en affirmant sans ambages, que c’était « un génocide contre le peuple », révèle, d’autre part, qu’elle compte s’appuyer sur le traité de Rome du 17 juillet 1998 pour défendre les victimes de ce « crime contre l’humanité ».
De son côté, le secrétaire général de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), M. Mohamed Alioui, a également rendu un hommage des plus vibrants à l’ANP qui a été chargée, par les dispositions de l’article 10 de la Constitution de 1963, de mener les opérations de déminage. Une noble mission humanitaire ayant permis la livraison aux autorités locales de 62.421,194 ha de terres assainies afin de les exploiter dans le cadre de la relance du développement local dans les zones frontalières.

« Des armes sans soldats »

Lors des témoignages, M. Djouadi, président de l’Association nationale des victimes des mines antipersonnel, s’est remémoré, devant une assistance venue nombreuse, des moments douloureux, des moments, malheureusement, gravés à jamais dans la douleur. Et pour cause, il n’avait pas dépassé les 15 printemps, qu’il a été victime de l’explosion d’une mine. Un engin qui fauchera la vie de son ami intime et qui blessera grièvement deux autres amis. Les mines, que M. Djouadi qualifie d’armes sans soldats, ravagent toute vie : êtres humains (femmes et hommes jeunes ou vieux), mais également arbres fruitiers ou non, eaux souterraines, etc. Il faut rappeler que c’est dans les années 1957 à 1959 que les lignes Challe et Morice ont été érigées. Et c’est en 1957 que l’armée coloniale française a entamé la pose de lignes électrifiées le long des frontières algériennes est et ouest.
Au recouvrement de l’indépendance, les mines enfouies sous terre, le long de nos frontières, ont continué à semer la mort et à endeuiller des familles algériennes… L’ANP a été chargée de la destruction de ces mines ; une tâche qui s’est effectuée en deux étapes. Lors de la première étape qui s’étale de 1963 à 1988, 50.000 ha de terres ont été dépollués.
La 2e étape a débuté en 2004 et a été couronnée de succès dans sa totalité le 30 décembre 2016. En effet, l’opération de déminage et de destruction des mines antipersonnel héritées de l’ère coloniale a été officiellement clôturée au niveau de trois Régions militaires (2e, 3e et 5e).
Celle de la 5e Région militaire, qui a pris fin le 30 décembre 2016, a permis de remettre 3.440 hectares, aux autorités civiles locales de 47 communes. Au niveau de la 2e Région militaire, dont l’opération a été achevée le 3 juillet 2016, elle s’est soldée par la remise de 5.066 hectares remis aux autorités civiles locales de 20 communes. Dans la 3e Région militaire, où l’opération a pris fin le 16 février 2001, ce sont 3.911 hectares qui ont été remis aux autorités civiles locales de 5 communes.
Le nombre de mines extraites et détruites depuis 1963 s’élève à près de neuf millions.
Ainsi le nombre de mines extraites et détruites depuis 1963 s’élève à près de neuf millions mines. Les efforts consentis par l’ANP sur ce terrain s’inscrivent dans le cadre du suivi des opérations de déminage des lignes minées « Challe » et « Morice », entamées depuis novembre 2004.
Et justement, un documentaire sur les opérations de déminage effectuées par les éléments de l’ANP, et les principales difficultés rencontrées par les détachements spécialisés du Génie de combat relevant du Commandement des Forces terrestres qui s’acquitte de la mission de déminage a été projeté lors de cette rencontre ce qui a fait dire au général Moali, que le souci du Commandement de l’ANP est d’être au service du citoyen à travers notamment, l’éradication des séquelles du colonialisme français, appelant par là, à « la consolidation de l’unité nationale ».
Il convient de souligner à ce propos que l’Algérie s’est engagée dans le processus d’Ottawa relatif à l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transport des mines antipersonnel depuis 1997.
En date du 08 mai 2003, le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a créé un point focal dénommé « le comité interministériel de suivi de la mise en œuvre de la convention sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction ».
Le 7 juillet de la même année, le ministre de la Défense nationale donne une instruction relative à la conservation et à la destruction des mines antipersonnel et c’est le 24 novembre 2004 que le coup d’envoi des opérations de destruction a été donné par le Président de la République.
La mission assignée à l’ANP a été accomplie avec brio puisque l’on peut dire aujourd’hui que le nombre des mines antipersonnel héritées de la période anticoloniale et détruites se chiffrent à près de neuf millions.
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/107342


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Déminage du Territoire

Message par AAF 2020 » 17 septembre 2017, 17:55

Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah,supervise le déroulement de l’opération de la destruction du stock restant des mines antipersonnel

Le Général de Corps d'Armée Ahmed Gaïd Salah, Vice-Ministre de la Défense Nationale, Chef d'Etat-Major de l'Armée Nationale Populaire, supervisera, demain lundi 18 septembre 2017 au nom de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef Suprême des Forces Armées, Ministre de la Défense Nationale au niveau du Polygone Central de l'Air/Hassi Bahbah/1ère RM, le déroulement de l'opération de destruction du stock restant des mines antipersonnel détenu par l'Armée Nationale Populaire, et ce, en conformité avec les obligations internationales de l'Algérie, découlant de la mise en œuvre de la Convention d'Ottawa sur l'interdiction de l'emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction.
http://www.mdn.dz/site_principal/index.php?L=fr#


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Déminage du Territoire

Message par AAF 2020 » 20 septembre 2017, 17:33

Les opérations de déminage ont commencé à l’orée de l’Indépendance : Des «harrakine» aux éléments du génie de combat

Image
«Le repérage a été effectué sur 25 km. La zone a été assainie», signale Abdelouahab Benothmane, officier du génie militaire, en marge de la cérémonie de destruction du dernier stock de mines antipersonnel au polygone central de l’Air de la 1re RM à Hassi Bahbah (Djelfa).


Des mines antipersonnel continuent à être découvertes dans plusieurs endroits du territoire algérien. Des éléments du génie de combat de l’armée en désamorcent régulièrement. Il y a trois mois, une mine a été découverte lors de travaux menés par l’entreprise Kahrakif, filiale du groupe Sonelgaz, dans la wilaya de Naâma.

«Le repérage a été effectué sur 25 km. La zone a été assainie», signale Abdelouahab Benothmane, officier du génie militaire, en marge de la cérémonie de destruction du dernier stock de mines antipersonnel au polygone central de l’Air de la 1re RM à Hassi Bahbah (Djelfa).

Selon l’officier, si tout le long des lignes Challe et Morice, aux frontières est et ouest du pays, les opérations ont été menées à leur terme, le génie de l’ANP continue de découvrir et de détruire périodiquement ces engins de la mort, puisque l’armée française qui a installé quelque 11 millions de mines pour empêcher les combattants de l’ALN d’approvisionner en armes les maquis de l’intérieur, a miné également d’autres parties du territoire national, comme les abords des casernes. L’officier considère que les plans remis par la France le 20 octobre 2007, soit 45 années après la fin de la guerre, n’ont pas été d’un grand apport, puisque les éléments de l’ANP ont lancé dès l’indépendance des opérations.

Menées au début par des anciens moudjahidine, appelés «harrakine», les opérations de déminage, explique A. Benothmane, n’ont pas attendu ces plans pour être menées à leur terme, évitant ainsi aux populations bien des drames. L’APN s’est dotée des moyens et des effectifs nécessaires pour déminer les régions frontalières. Une école du génie, installée à Béjaïa, a hérité des missions des premiers «harrakine», qui eux-mêmes essayaient de franchir les lignes installées sur les frontières est et ouest.

Tâche ardue mais pas impossible

«En dépit de la nature complexe du relief de certaines régions et nonobstant le déplacement des mines, dû aux facteurs climatiques, notamment l’érosion des terres, la mission de lutte contre ce fléau, confiée aux unités du génie de combat de l’Armée nationale populaire, digne héritière de l’Armée de Libération Nationale, a été achevée le 1er décembre 2016 avec professionnalisme et sans aucun incident, conformément aux standards internationaux de déminage, soit quatre mois avant l’échéance fixée à mon pays, dans le cadre de la Convention d’Ottawa», s’est réjoui Gaïd Salah qui a présidé la cérémonie de destruction des mines détenues par l’APN, rendant à l’occasion un hommage appuyé aux éléments de l’ANP.

Le travail mené essentiellement jusqu’à l’année 1988 devait être repris de plus belle par les éléments du génie militaire quelques années après, les groupes terroristes ayant placé des mines pour empêcher les déplacements des éléments de l’armée, durant la décennie 1990.

L’officier du génie, A. Benothmane, ne s’étendant pas sur cette période (nombre des mines et de victimes), signale que ses collègues démineurs, toujours aux premières lignes du combat, avaient une mission : la destruction des mines placées par les terroristes et la protection des populations. Le dernier stock réservé à des fins d’instruction a été détruit, lundi, lors d’une cérémonie organisée au polygone central de l’Air de Hassi Bahbah : mise à feu de 18 fours contenant des mines (5970) de diverses formes.

L’officier, qui signale le bon classement de l’Algérie dans les opérations de déminage, comme le recommande la Convention d’Ottawa, ratifiée en 2000, précise que l’armée algérienne peut faire bénéficier de son expérience les pays amis de l’Algérie. Présent à la cérémonie de Hassi Bahbah, Thomas Hajnoczi, président désigné de l’Assemblée des Etats parties à la Convention, fera l’éloge du travail mené par l’Algérie.
http://www.elwatan.com/actualite/des-ha ... 31_109.php


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Déminage du Territoire

Message par AAF 2020 » 03 avril 2018, 20:07

Mines antipersonnel datant de l'ère coloniale: 7500 victimes recensées entre 1956 et 2017
9a5ae4e4a8d343e6121791fcb93f2672_M.jpg
ALGER- 7500 algériens ont été victimes de mines antipersonnel françaises datant de l'ère coloniale, a indiqué, mardi à Alger, le président de l’Association algérienne des victimes des mines, Mohamed Djouadi, réitérant la responsabilité de la France quant aux conséquences physiques et psychiques de ces mines.

"De 1956 à 2017, nous avons recensé 7500 victimes, entre morts et blessés, des mines antipersonnel disséminées par l'armée coloniale française sur le sol algérien, durant la guerre de libération nationale", a déclaré M. Djouadi, lors d'une conférence organisée au Forum d'El Moudjahid à l'occasion de la Journée mondiale des victimes des mines antipersonnel célébrée le 4 avril de chaque année.

A titre d'exemple, l’intervenant a rappelé que sur les 3 explosions de mines recensées l’année écoulée à Tébessa et Sidi Bel-Abbes, deux d’entre elles ont été mortelle, faisant savoir que les victimes ayant survécu à ces explosions, présentent des handicaps physiques à hauteur de 20 à 100% en plus des séquelles psychiques.

Tout en se félicitant de la prise en charge dont bénéficient les victimes de la part des ministères des Moudjahidine et de la Solidarité nationale, M. Djouadi a indiqué que l’Etat "n'abandonnera pas cette catégorie".

Par ailleurs, l'intervenant a tenu à rendre hommage aux forces de l'Armée nationale populaire (ANP) qui ont réussi à nettoyer le territoire national de ces armes destructives.
Pour sa part, le secrétaire général de l'Union nationale des paysans algériens (UNPA), Mohamed Alioui, a lancé un appel aux victimes de ces mines en vue d'interpeller les organisations internationales quant à la responsabilité de la France par rapport aux pertes et aux dégâts occasionnés par ces mines.

Tout en déplorant l’impact néfaste de ces mines sur les terres agricoles au niveau des frontières Est et Ouest du pays, M. Alioui a, salué le rôle de l’ANP dans les opérations de déminage ayant évité d'enregistrer de nouvelles victimes.

Par la même occasion, des victimes de ces mines coloniales ont apporté leurs témoignages sur les souffrances physiques et psychiques qu'ils endurent au quotidien à cause des blessures subies.

En reconnaissance aux efforts consentis par l’ANP pour le déminage du sol algérien, deux distinctions honorifiques ont été décernées au Vice-ministre de la Défense nationale, Chef d'Etat-major de l'ANP, le Général de Corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, et à l’ensemble des éléments de l’ANP.
http://www.aps.dz/fr/algerie/72126-mine ... 56-et-2017
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Déminage du Territoire

Message par AAF 2020 » 03 mai 2019, 15:00

ETAT D’EXECUTION ET EVALUATION DU PROJET D‘APPUI DES NATIONS UNIES A L’ALGERIE EN MATIERE D’ACTION ANTIMINES

http://www.dz.undp.org/content/dam/alge ... 0Mines.pdf


DZsweetDZ
Arif Awal (عريف أول)
Arif Awal (عريف أول)
Algeria
Messages : 321
Inscription : 18 février 2018, 14:09

Re: Déminage du Territoire

Message par DZsweetDZ » 25 juillet 2019, 20:06

n-UNE_2315207-628x314-620x314.jpg
L’Algérie et la Belgique vont s’échanger leurs expertises en matière d’EOD


Le ministère de la Défense belge a reçu le feu vert par le Conseil des ministres pour l’échange d’expertise avec l’armée algérienne, dans le domaine du déminage et de la “démilitarisation des munitions” (destruction et neutralisation des mines et munitions) (EOD).

En Belgique cette activité est rélaisée par le Service d’enlèvement et de destruction des engins explosifs (SEDEE) et en Algérie, il relève des compagnie de sappe et de déminage du Génie militaire, qui ont à leur actif la destruction de plusieurs millions de mines datant de la Révolution.
https://www.menadefense.net/algerie/lal ... iere-deod/
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.

Répondre

Revenir à « Engagements Actuels de l'ANP »