Post-it: Les Héros de L'ANP et de la lutte anti-terroriste

De l'époque numide aux temps modernes.
Répondre

Topic author
numidia
Raïd (رائد)
Raïd (رائد)
Algeria
Messages : 2712
Inscription : 21 mars 2012, 20:17

Post-it: Les Héros de L'ANP et de la lutte anti-terroriste

Message par numidia » 21 mars 2012, 21:07

scorpion-rouge35 a écrit :voila je propose ces quelque scan trés intérésent sur des entretien d'el djieche avec des militaire bléssé au combats
ils racontent notament les opération au quelle ils ont participé en détaille et ou ils ont étaient blésse au combats
j'aurais bien aimé dévoilé les noms de ces héros de l'algerie mais ont sais jamais :|
sur ces entrevue on trouve :
1- des témoignage individuel sur des combats réel et détailler dans la lutte anti-terroristes !!
2-les exélent soint dons ont bénificier ces blésse et la plus part envoyé en france pour de lourdes interventions chirurgicales.
3-sur l'atmosfére dans les rend des soldats ..ect
ps:désolé pour l'état du papier faut dire qu'il date de 7 a 8 ans pour certain :D


a-en commence avec le témoignage de cette adjudant chef de para commandos !!

Image


b-ici le témoignage de deux militaires l'un bléssé par une mine et l'autre dans un acrochage avec les tengos
Image

Image




c-et ici encore le témoignage d'un autre militaire blésse par une mine
Image

Image

Image

je vous conseil si pour les lire pour cette resolution qui est au maximum (plus grand et plus laisible ;) )

a-
http://www.servimg.com/image_preview.ph ... u=11434577
b-
http://www.servimg.com/image_preview.ph ... u=11434577

http://www.servimg.com/image_preview.ph ... u=11434577
c-
http://www.servimg.com/image_preview.ph ... u=11434577

http://www.servimg.com/image_preview.ph ... u=11434577

http://www.servimg.com/image_preview.ph ... u=11434577

biento je scanerais d'autré :Algeria:
Image


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de L'ANP

Message par AAF 2020 » 09 avril 2012, 19:55

Le général Abdellah Sahnoun inhumé à Azazga (Tizi-Ouzou)
TIZI-OUZOU - Le général en retraite de l’Armée nationale populaire (ANP), Abdellah Sahnoun, décédé dans un hôpital à Alger à l’âge de 77 ans, a été inhumé, lundi au cimetière familial de son village natal Tadarth, dans la commune d’Azazga, à une quarantaine de km à l’est de Tizi-Ouzou.

La cérémonie d’inhumation, qui a eu lieu après la prière du Dohr, s’est déroulée en présence de moudjahidine, de représentants du ministère de la Défense nationale, d’autorités locales, dont les walis de Tizi-Ouzou et de Boumerdès, et de nombreux citoyens venus rendre un dernier hommage au défunt.

Né en 1935 au village Tadarth de la commune d’Azazga, dans la wilaya de Tizi-Ouzou, Abdellah Sahnoun avait rejoint les rangs de l’Armée de libération nationale (ALN) dès son jeune âge, dans la wilaya III historique où ses qualités humaines et professionnelles lui avaient permis d’occuper le poste de responsable de la santé militaire et civile, selon un témoignage d’un de ses compagnons d’armes, le moudjahid Ait Ahmed Si Ouali.

A l’indépendance de l’Algérie, le défunt s’est dévolu à la même fonction au sein de l’Armée nationale populaire, en qualité de directeur de la santé dans plusieurs régions militaires (RM), dont Ouargla et Oran, avant de devenir directeur central de la santé au ministère de la Défense nationale (MDN).

Abdelmalek Guenaizia, ministre délégué auprès du ministre de la Défense nationale, a adressé un message de condoléances à la famille du défunt.
http://www.aps.dz/Le-general-Abdellah-S ... nhume.html


saf
Raqib Awal (رقيب أول)
Raqib Awal (رقيب أول)
Algeria
Messages : 600
Inscription : 02 avril 2012, 13:42

Re: Post-it: Les Héros de L'ANP

Message par saf » 10 avril 2012, 12:32

Allah yarahmou info complémentaire: Après l'indépendance, le défunt a occupé plusieurs postes et fonctions dans les rangs de l'Armée Nationale Populaire, il a été:

Directeur Régional des Services de la Santé Militaire au Commandement Territorial du Grand Alger de 1973 à 1978;
Directeur de l'Ecole Supérieure de la Santé Militaire de 1978 à 1986;
Directeur de la CAMSSP de 1986 à 1996;
Directeur Central des Services de la Santé Militaire de 1996 à 2001;

Il a bénéficié de ses droits à la retraite en 2001.

Nombreuses sont les médailles que le défunt a décrochées tout au long de sa carrière, à savoir:

La Médaille d'Honneur;
La Médaille de l'Armée de Libération Nationale;
La Médaille de l'Armée Nationale Populaire, 2ème Chevron;
La Médaille du Mérite Militaire.

Avatar de l’utilisateur

T800
Liwaa (لواء)
Liwaa (لواء)
Algeria
Messages : 1130
Inscription : 29 mars 2012, 09:17
Localisation : ⴰⵣⴰⵡⴰⴷ

Re: Post-it: Les Héros de L'ANP

Message par T800 » 18 avril 2012, 11:40

"The Terminator" for Islamic terrorists
Image
As well as a military reformer and visionary, has left the country's "Arab spring"
/ / Vladimir Kudelya

A month ago, a 73-year life has died, former chief of staff of the National People's Army (NPA) of Algeria Mohamed Lamari. 12 years this man was one of the top heavyweights of the political life of the republic. Rising from lieutenant to general, he enjoyed great respect his country's military. But not so I decided to tell readers about it, "MIC" ...

Mohamed Lamari was born June 7, 1939 in Algiers. Military education in France - in the Cavalry School in Somure. But soon the young lieutenant had deserted from the French army to join the Army of National Liberation of Algeria (ELN).
Anti-extremist clan

After the conquest of Algeria's independence Lamari was in the USSR (at the Military Academy of Frunze), and then again in France. For a long time served in the operational management of NPA Staff. He commanded the troops of the 5th Military District. In 1989 he was appointed commander of ground forces.

Collage Andrew Gray

Then, in 1989, the Algerian military government hands rigidly suppressed popular demonstrations against the regime of the party "National Liberation Front '(FLN). In order to cool passions, President Chadli Bendzhedid introduced a multiparty system in the country. The first elections to the local authorities in 1990 won the Islamists. Imperfection of the Algerian electoral system has allowed the Islamic Salvation Front (FIS) to win the first round of parliamentary elections.

The Algerian military in the face of the Supreme National Security Council (SNSC) in January 1992 canceled the election results and created a collective body of running the country - the Supreme State Council (SSC). President Bendzhedid resigned. Claim that Lamari demanded the head of state to resign his post. Other generals have preferred to remain silent in anticipation of further developments.

With the departure of the army Bendzhedida returned to politics. Islamists have also formed several religious extremist groups. The number of victims that followed the confrontation vnutrialzhirskogo determined to date number 200 thousand people.

The first months of 1992 served as an advisor Lamari defense minister, General Khaled Nezzara Algeria, and in September became the coordinator of the structure, which bore the brunt of the fight against terrorism. It was part of a special-purpose NPA, the gendarmerie and the police a total of up to 15 000. Lamari also subjected the army and police intelligence. His orders were required to strictly comply with all law enforcement agencies.

In those days, the clan of supporters of the secular development of the country, to which belonged, and Lamari, called terminators - they stood for the complete eradication of Islamic radicalism and terrorism associated with it. In his role as Chief of Staff has coordinated the NPA Lamari military action against Islamic extremists and has been closely involved in organizing operations to defeat the largest gangs.

Thanks to the actions of the Algerian security services only for the period from 1992 to 2001 were destroyed up to 17,000 fighters. As noted in an interview Lamari French weekly "Puen" to the beginning of 2003 in the Jabal (the so-called mountain in Algeria woodland) were no more than a thousand bandits.

After 2004, the independence of the military's decision to use force gradually started to restrict again.
MTC with Russia and the creation of a new army

Home networking between Algeria and the United States in the fight against terrorism was initiated after the terrorist attacks September 11, 2001 in New York and Washington. Lamari then went on to lead the "brain" of the NPA. The Algerian war began to use intelligence from U.S. satellites. They also received from the United States, a large quantity of weapons and equipment, including night vision goggles and thermal imagers. Prior to that, the ocean held secret embargo on such deliveries to Algeria.

Since the ban is largely due to Lamari and initiated the resumption of military-technical cooperation with Moscow. In fact, it stopped at the beginning of troubled Russian nineties. In March 1999, Russia and Algeria signed an agreement on military-technical cooperation. General Lamari has visited with visits to our country. During his visits to the Russian Federation were concluded important contracts were made with Algeria, the main buyer of the national arms in Africa. In November 2001 an agreement was signed on cooperation between the Russian Defense Ministry and the Algerian Ministry of National Defense.

Moscow has been actively supplying weapons to Algeria of the 2000s. Back in the days when Lamari was Chief of Staff of the NPA, the republic purchased from Russia 22 Sukhoi Su-24MK and six air tankers IL-78, 18 multiple launch rocket systems "Tornado", various types of special weapons. At the same time, contracts for the modernization of military equipment of Soviet manufacture. In 2001 alone, Russia and Andrei signed treaties in the sphere of military-technical cooperation in the amount of $ 2.1 billion. Largely due to foundation laid by General Lamari, the Republic today took the second place among the foreign partners of Russia through the PTS.

Started at Lamar (in 2000) and the transition to mixed NNA contract-recruiting the principle of acquisition. Conceived by the general military reform has fully justified itself. The Algerian Army was created in the image of the Soviet Armed Forces. Equipped with heavy weapons were intended for the connection of classical fighting. For the conduct of the war with a specific mobile adversary, who used the techniques of guerrilla warfare, the NPA was ill-adapted. It is important that the transformation of the army was not carried out indiscriminately. In areas where the Algerian military doctrine implied the possibility of large-scale wars, kept the "heavy" armored division. At the same time created highly mobile "light" troops, the main task - the elimination of terrorist gangs.
Care of the policy

Lamari resigned August 3, 2004. Three months after the receipt of Bouteflika's second presidential mandate. Officially, the general left his post voluntarily "due to health" (diabetes and hypertension).

Before Lamari none of the Algerian generals left the NPA on their own. Many have suggested that the president dismissed Chief of Staff of the cases, thus lowering the military's role in making important policy decisions. It was believed that within 40 years it was the military possessed the real power in Algeria, including the "appointed" the first persons of the country. In 1995, the Army provided the winning Liamine Zeroual, and in 1999 - Bouteflika. Then, the last named Lamari least worst of the presidential candidates ...

Point of sharp disagreement between Bouteflika and Lamari was related to the Islamists. The general did not believe that they can be "moderate", and openly criticized the policy of national reconciliation, the head of the republic.

In recent years tenure as head of the General Staff Lamari clearly varied in their views on the role of the military in the political life of Algeria. Perhaps the General knew that the gradual shift away from the NPA policy - an objective process. A new generation of senior officers. All of them basically have a good modern education, and advocated a gradual disengagement of the army of political games. This generation has played a crucial role in the decision on the gradual professionalization of the NPA - largely stimulated. Take into account the active advocacy of Islamists in the army, especially among the conscripts. At the turn of the 90s because of the reliability of the army seemed to be very doubtful.

One way or another, but before the presidential election in 2004 Lamari declared neutrality NPA. In fact, it ensured the victory of Bouteflika. During the campaign the latter is not without reason, feared that the army would prefer his main rival - former Prime Minister Ali Benflisa. Before the vote, Lamari made an important statement. The correspondent of the newspaper "Le Matin" asked him how the military will go, if the results of people's will to be compromised the stability of the state? Lamari and warned: "NPA has never been and never will be neutral in matters which concern the future of Algeria." As aptly remarked then known Algerian politician Said Sadi, "In the end, we saw not a neutral army, and its neutralization, Bouteflika perfect."

Together with Bouteflika victory in the presidential election won Islamists have put on him and the national-conservatives of the FLN. The first suit, that during his rule through political means, they gradually began to achieve what could not achieve by military means. The second through the preservation of Bouteflika as president trying to protect themselves. That is existed and the existing administrative-bureaucratic machine.
Restless in retirement

Shortly before the resignation of Lamari command of the NPA, is clearly performing a political order, has stepped up a partnership with NATO. Also, on a bilateral basis, and resumed cooperation with individual members of NATO, especially with the United States. Algeria in 2000 became a member of NATO's Mediterranean Dialogue program. Other program participants were Egypt, Israel, Jordan, Mauritania, Morocco and Tunisia. In particular, Algeria joined the NATO antiterrorist operation in the Mediterranean "Active Endeavour".

Prior to the resignation of Lamari accused some Western states in the actual deepening crisis in his country due to the embargo on arms supplies to Andre. According to the general, in the middle of 2004, Algeria was "on the way out of the crisis, which has been imposed on us or rather we have sown."

Lamari was a visionary in many ways. He showed that if it were not for war, Algeria would have long faced the phenomenon, now called the "Arab Spring".

Until 2004, Lamari was the only one in the hierarchy of the NPA who are allowed to make public statements. He has repeatedly acted to deny the reports of noisy campaigns in foreign media. They Algerian army accused of killings of civilians in the fight against religious extremism. Anonymous General analyzed the situation in Andhra in independent publications. He continued to share his thoughts on the pages of Army magazine "Al-Jaish."

Following the resignation of Lamari rarely appeared in public. Do not rushed into the business, as did many of his colleagues. Perhaps absorbing roasted on a spit gazelle meat and whiskey (he was a great admirer of both), Lamari was expecting again be demanded of his knowledge and vast experience ... At least write about it in July 2008, the Algerian newspaper "Al-Watan." She has a reputation for close to the Algerian military publications. According to them, while in Andhra circulating rumors about a possible return to the affairs of the former Chief of Staff. A year later, Lamari predicted secretary of state for defense.

All that remained only rumors. Even the bitter "friends" of Algeria does not have to blame Lamari practicalism. It is obvious that they have for this reason was not ...

Mohamed Lamari has died as a result of acute heart failure in a hospital in the village near the town of Tolga Biskra, which is 420 kilometers south of Algiers. His life and victory in the fight against international terrorism, his invaluable experience and views on ways to reform the NPA from the army of the Soviet model of a modern military organization worthy seems to be the most careful study.
http://vpk-news.ru/articles/8745
radio procedures, airmanship , and decision making in flight

https://www.youtube.com/watch?v=rIUBVE1bUnI


habiban
Banni Définitivement
Banni Définitivement
Messages : 294
Inscription : 03 avril 2012, 23:22

Re: Post-it: Les Héros de L'ANP

Message par habiban » 18 avril 2012, 14:41

saf a écrit :Allah yarahmou info complémentaire: Après l'indépendance, le défunt a occupé plusieurs postes et fonctions dans les rangs de l'Armée Nationale Populaire, il a été:

Directeur Régional des Services de la Santé Militaire au Commandement Territorial du Grand Alger de 1973 à 1978;
Directeur de l'Ecole Supérieure de la Santé Militaire de 1978 à 1986;
Directeur de la CAMSSP de 1986 à 1996;
Directeur Central des Services de la Santé Militaire de 1996 à 2001;

Il a bénéficié de ses droits à la retraite en 2001.

Nombreuses sont les médailles que le défunt a décrochées tout au long de sa carrière, à savoir:

La Médaille d'Honneur;
La Médaille de l'Armée de Libération Nationale;
La Médaille de l'Armée Nationale Populaire, 2ème Chevron;
La Médaille du Mérite Militaire.
Entre 1973 et 1974 ,il etait à la 2°RM comme directeur regional de la sante militaire ,dejà à l'epoque SI Adellah (Capitaine) avait une santé fragile ?
Quand le prix du pain augmente , la liberté diminue.


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de L'ANP

Message par AAF 2020 » 26 avril 2012, 19:08

Le Colonel « AIT AHCENE IDIR », Directeur des projets au sein de la Direction Centrale des Infrastructures Militaires/Ministère de la Défense Nationale, est décédé le mardi 24 avril 2012, à l’âge de 59 ans...L’inhumation du défunt aura lieu le vendredi 27 avril 2012 après la prière du Dohr (Djoumouâa) au cimetière de Beni messous/Alger...« A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons »...Condoléances de Monsieur Abdelmalek GUENAIZIA, Ministre Délégué auprès du Ministre de la Défense Nationale

Avatar de l’utilisateur

geronimo
Liwaa (لواء)
Liwaa (لواء)
Algeria
Messages : 7074
Inscription : 26 mars 2012, 19:45

Re: Post-it: Les Héros de L'ANP

Message par geronimo » 26 avril 2012, 21:29

Rabi yarham tous les enfants de cette grande nation :algerie01:
Image


saf
Raqib Awal (رقيب أول)
Raqib Awal (رقيب أول)
Algeria
Messages : 600
Inscription : 02 avril 2012, 13:42

Re: Post-it: Les Héros de L'ANP

Message par saf » 29 juin 2012, 16:35

article du commandandant Mahdi Cherif (ancien secrétaire général de l'état major de l'ANP) sur le colonel Chaabani:

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/ ... 933&cid=41


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de L'ANP

Message par AAF 2020 » 19 août 2012, 12:28

PROMOTION "SOUVENIR" de l' École Militaire Interarmes ( France ) 1972
Rappelez vous, nous avions accueilli une forte délégation d’élèves officiers
algériens. Il s’agissait, quelques années après le drame de l’indépendance Algérienne, de
tenter de ressouder les morceaux. Ah ! les chemins de la diplomatie sont parfois
tortueux. Il y avait là BENANI Sid Tami, BESBASSE Tahar, DERBI Moustapha,
GHRIBI Mohamed Ali, LAIDI Messaoud ( qui était le ‘’ commissaire politique’’ de la
délégation ), MALTI Abdelghani, OUTAMAZIRT Messaoud ( Lui dormait tout le temps
comme un bienheureux), BEN LABIEH Mohamed, BENTAMRA Moulay ( qui a fini colonel,
aurait souhaité venir s’établir en France et m’avait écrit à ce sujet ), BOURHAM
Mohamed, MAHDAD Tahar, OUDAI Mohamed, TELIDJI Farid, TLEMSANI Mohamed,
TLEMSANI Omar, BARBARA El hadj ( avait donc été à la Mecque ), BAZIZ Mohamed,
BOUMESRAG Abdenour ( Crossman de grand talent qui courait pied nu ), KELKOULI
Mohamed, SAIDI Abel Kader, SEFENDJI Ammar, SLIMANI Salah. Pris dans le
tourbillon des évènements qui ont secoué ce pays que sont-ils devenus ?
il y a beaucoup d'entre eux qui sont devenus général notamment Mustapha DEBBI ( et non DERBI), Abdelghani Malti,Mohamed Burgham (et non BOURHAM), Mohamed Oudai ,Mohamed Tlemsani, Omar Tlemsani et Ammar Sefendji
http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=g ... O-Qn8IITfw


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de L'ANP

Message par AAF 2020 » 10 septembre 2012, 18:00

DECES DU COLONEL AYOUB DIT AYADI MOHAMED
Image
Monsieur le général-Major Malek NECIB Commandant des Forces Navales, présente en son nom personnel et au nom de tous les cadres et éléments du Commandement des Forces Navales, Officiers, Sous-officiers, Djounoud et employés civils assimilés, ses sincères condoléances à la famille AYOUB, suite au décès du regretté : Le Colonel AYOUB dit AYADI Mohamed décédé le 27 août 2012 et l'assure en cette pénible circonstance de sa profonde compassion.
« A Dieu nous appartenons et à lui nous retournons »
http://www.mdn.dz/site_cfn/index.php?L=fr#


saf
Raqib Awal (رقيب أول)
Raqib Awal (رقيب أول)
Algeria
Messages : 600
Inscription : 02 avril 2012, 13:42

Re: Post-it: Les Héros de L'ANP

Message par saf » 07 octobre 2012, 00:57

Dans cette video suite au DC de l'ex président Chadli (allah yarahmou), apparaissent plusieurs personnalités militaires: Guennaïzia en tenue d'aviateur, Nezzar, Ghezeiel, Belhouchet, Zeroual, Lamari


saf
Raqib Awal (رقيب أول)
Raqib Awal (رقيب أول)
Algeria
Messages : 600
Inscription : 02 avril 2012, 13:42

Re: Post-it: Les Héros de L'ANP

Message par saf » 07 octobre 2012, 02:29

Les défunts colonel Kasdi Merbah ,Latrèche et Mehri au milieu:
Image


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de L'ANP

Message par AAF 2020 » 22 novembre 2012, 19:30

Debagh Abdallah. Ancien officier supérieur, homme grenouille combattant de l’ALN
le plongeur commando qui n’aime plus la mer
Image
llure avenante, rire contagieux et tutoiement rapide, Abdellah Debagh déroule son passé comme un film d’aventures. «Mon parcours n’est pas linéaire, il est plutôt saccadé et cabossé», soutient-il. Comme toutes les grandes et belles aventures, l’histoire de Abdallah Debagh et de ses camarades pourrait bien commencer par : «Il était une fois...», sauf qu’il ne s’agit pas d’une légende mais d’un fait réel vécu par une demi douzaine de gaillards, à peine sortis de l’adolescence, beaux et forts, qui ont bravé tous les risques pour aller défier l’ennemi et la mer avec tous ses mystères. Non pas pour une mission écologique d’exploration à la Cousteau, mais pour la défense d’une juste cause ! La quête d’une liberté bafouée pour un pays sous le joug de l’oppresseur «qui coulait des jours heureux, alors que la population autochtone criait famine dans son propre pays».

Engagé à 19 ans

Abdallah et ses compagnons, véritables soldats de la mer, étaient chargés par l’ALN de couler les bateaux ennemis. Abdallah est né à Oujda en 1937, où il a effectué toutes ses études scolaires jusqu’au baccalauréat. A 19 ans, il rejoint les rangs de l’ALN. Le mot d’ordre de Ben Bella qui se trouvait au Caire était de choisir une demi douzaine de volontaires prêts à se sacrifier dans une mission spéciale. De préférence forts, costauds et intrépides. «J’ai eu la chance d’être choisi parmi les six. On nous a acheminés sur le Caire, où on a eu un entretien avec Ben Bella. ‘‘Savez-vous pourquoi vous êtes là ?’’, nous a-t-il interpellés ; on a répondu évidemment par la négative, ne sachant pas ce qui nous était réservé. Ben Bella se montra plus explicite : «Vous allez au devant d’une mission extraordinaire et dangereuse. Que ceux qui y adhèrent se manifestent.»

Nous avons tous accepté. Il s’agissait pour ces futurs hommes grenouilles de couler des bateaux avec des bombes, comme l’a expliqué M. Ben Bella. Athmane Damerdji, qui faisait partie de la même équipe, aujourd’hui professeur d’université, témoigne à propos de son recrutement en 1956 : «Ben Bella avait contacté les responsables du Front à Rabat et leur avait demandé de recruter des jeunes volontaires pour des missions kamikazes, dont il n’a pas dévoilé la nature. On nous a précisé, toutefois, que ces missions étaient importantes et que ceux qui y adhéraient ne devaient reculer devant aucun obstacle. Nous n’avons pas hésité une seconde, en acceptant d’aller au charbon en toute conscience.»

La formation a commencé dans une base secrète au port d’Alexandrie, avec de fausses identités. La fin de leurs entraînements coïncide avec l’agression tripartite (France-Royaume-Uni, Israël) de ce qui s’appellera l’affaire Suez en 1956. «Tout naturellement, nous étions aux côtés de nos frères égyptiens, dont les bateaux de guerre étaient chargés de bombes et de mines. Comme l’aviation pilonnait Alexandrie, tous les bateaux ont pris le large, en jetant à la mer toutes leurs bombes. Pris au piège, ils ne pouvaient plus rentrer à leur base. Il fallait déminer toute la côte à Alexandrie et à Suez.» Les six Algériens s’étaient portés volontaires pour remonter les mines jetées au hasard. «On les a repérées et remontées une à une. La palme nous revenait, car on était casse-cou.» En 1956, l’avion qui transportait Ben Bella et ses compagnons a été pris en chasse et arraisonné. «Le malheur, c’est que les plans d’attaque de la base de Mers El Kebir se trouvaient dans sa mallette», se rappelle Abdallah.
http://www.elwatan.com/hebdo/portrait/l ... 08_164.php


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de L'ANP

Message par AAF 2020 » 02 décembre 2012, 19:38

Conserver Liamine Zéroual dans la mémoire collective: un homme d’exception
Image
«Dans les révolutions, il y a deux sortes de gens : ceux qui les font et ceux qui en profitent.»

Napoléon Bonaparte


Le portrait brossé du président Liamine Zéroual par un de nos plus brillants écrivains en langue française, Badr’Eddine Mili (Cf.Le Soir d’Algérie du 25 novembre dernier), par ailleurs patriote émérite et grand commis de l’Etat, appelle immédiatement l’approbation. Je me suis trop souvent senti seul dans le plaidoyer en faveur de l’ancien président de la République, pour ne pas me réjouir qu’un de nos intellectuels les plus engagés dans le combat pour la dignité du peuple algérien, rende au président Zéroual l’hommage qu’il mérite. Cet homme a, en effet, beaucoup donné de sa personne pour redresser l’Algérie, à un moment où pas un observateur étranger n’était prêt à miser un seul kopeck sur l’avenir de l’Etat algérien. Avec un stoïcisme sans égal, il a fait face à la plus grave turbulence que l’Algérie ait connue durant son histoire. Non seulement l’Etat était ouvertement défié par des groupes terroristes armés, (dont l’histoire dira peut-être s’ils étaient ou non manipulés et par qui ?), mais le pays devait également impérativement rééchelonner son immense dette extérieure en acceptant les lourdes conditionnalités imposées par le FMI et l’ensemble de nos créanciers.

Aucun prédécesseur du président Zéroual n’avait eu le courage d’opter pour le rééchelonnement, de crainte de provoquer l’ire des couches les plus modestes de la population, premières victimes des mesures d’austérité induites par les accords d’ajustement structurel. Par ailleurs, l’isolement de l’Algérie avait atteint son acmé, à partir de décembre 1994, suite à la prise d’otages de l’airbus d’Air France, puis en septembre 1997, après les massacres des populations civiles de Bentalha, Sidi Hamed et Béni Messous, à ce jour non élucidés.

Face à cette déferlante d’événements dont la tragédie le disputait à la déraison, le président Zéroual a su résister et n’a, à aucun moment, envisagé de déserter sa fonction, fort de son élection au suffrage universel, acquise dans des conditions démocratiques les plus irrécusables. Du 3 juillet 1993, (date à laquelle il succède au général-major Nezzar à la tête du ministère de la Défense), au 27 avril 1999, (date de la passation de pouvoirs à son successeur), le président Zéroual a assumé complètement ses fonctions de chef d’Etat, dans l’ignorance totale de la part de l’opinion publique des innombrables difficultés auxquelles il n’avait eu de cesse de se heurter dans sa relation avec les autres clans et factions au pouvoir. L’annonce de sa démission, le 11 septembre 1998, va prendre de court ses partisans, mais aussi toutes celles et tous ceux qui ont voté pour lui le 16 novembre 1995, afin qu’il consolide le processus démocratique et qu’il réalise les réformes de structure auxquelles il s’était engagé.

La solitude impressionnante du Président

Encore eût-il fallu que les autres protagonistes du jeu politique acceptassent son autorité et le laissassent gouverner, conformément aux dispositions de la Constitution du 28 novembre 1996, venue renforcer les prérogatives du président de la République et instaurer un parlementarisme très rationnalisé. Le président de la République avait besoin d’avoir les coudées franches, choisir lui-même ses collaborateurs et surtout avoir l’entière maîtrise sur les appareils sécuritaires, voués, eux également, à un profond aggiornamento, de sorte à conférer un minimum de crédibilité aux dispositions de la Constitution relatives aux libertés individuelles et collectives.

Ne disposant ni de réseaux ni de relais, que ce soit en Algérie ou a fortiori à l’étranger, (contrairement au président de la République actuel), le président Zéroual, fût-il auréolé de l’onction du suffrage universel, ne pouvait prendre la tête d’une croisade contre l’ensemble des clans rivaux, sauf à risquer un échec total aux conséquences imprévisibles, aussi bien pour sa personne que pour l’ensemble du pays. Aussi, est-ce en homme lucide, sage, conscient du devoir déjà accompli, que le président Zéroual décide alors de se retirer, semble-t-il définitivement, de la vie politique.

Beaucoup d’Algériens ont fait grief au président Zéroual d’avoir jeté l’éponge sans lutter, laissant ainsi entendre qu’il aurait circonvenu toutes celles et ceux qui lui avaient fait confiance pour sortir le pays de la crise. Il est symptomatique de relever que l’annonce de sa démission ne fut suivie d’aucune demande, d’aucun bord politique, destinée à le faire revenir sur sa décision, d’autant plus que le motif qu’il avait invoqué pour justifier sa décision, permettre à l’alternance de s’opérer, avait laissé perplexes tous les observateurs.

Ni l’establishment politique, ni les partis d’opposition, ni la société civile, ni même ses propres amis, tout au moins publiquement, ne se sont mobilisés pour le dissuader de démissionner, alors qu’il avait seulement réalisé 60% de son mandat et que la Constitution lui permettait d’en solliciter un second. Il serait vain, aujourd’hui, de suggérer au président Zéroual de retourner au bercail en 2014. Il n’en a ni la volonté ni les moyens, et sa mise au point du 15 janvier 2009 vaut renonciation définitive à l’exercice d’un nouveau mandat. En revanche, comme le suggère opportunément Badr’Eddine Mili, il peut témoigner par ses écrits de la plus tragique période que l’Algérie ait eu à traverser depuis l’indépendance et faire justice des allégations mensongères proférées à l’endroit de sa gestion durant sa mandature.

Il peut aussi, parce qu’il est aujourd’hui un directeur de conscience incontesté et incontestable, suggérer le nom de la personne qui lui semble avoir le plus de titres pour solliciter les suffrages populaires en 2014. En tout état de cause, cet homme devra être capable de se hisser au-dessus de tous les intérêts partisans et catégoriels, incarner l’unité nationale, que la segmentation délibérément voulue de la société algérienne est en train de mettre en pièces, et imposer des réformes de structure consacrant définitivement le passage de l’Algérie à une véritable économie de marché, mais dans le respect du droit et de la justice sociale.

Liamine Zéroual est le contraire d’un homme de clan

J’en viens, à présent, à la seule réserve que m’inspire l’article de Badr’Eddine Mili consacré au président Zéroual. Je ne pense pas qu’il soit approprié de mêler Liamine Zéroual à Mohamed Betchine. Il faut, à mon avis, éviter la confusion des genres. Les deux hommes sont aux antipodes. Liamine Zéroual est la vertu faite homme, cependant que son ancien ministre conseiller est connu, de notoriété publique, pour se nourrir d’une morale bien légère, que ce soit en affaires ou dans les relations avec les hommes. Je pense à la condamnation à mort de mon ami Ali Bensaâd, dont le crime fut de dire qu’il ne voulait pas en Algérie d’une République dirigée par Betchine.

L’historien scrupuleux doit d’abord consigner les faits et ne jamais prendre de liberté avec la vérité, si douloureuse soit-elle, c’est une ascèse très exigeante. Que le général Betchine ait été un valeureux moudjahid, l’histoire est là pour en témoigner et il a aussi perdu un frère au maquis. Mais il n’a jamais existé un clan Zéroual/Betchine opposé au clan Médiène/Lamari/Smaïl. Le président Zéroual n’était pas un homme de clan ; sa vie, ses choix, ses accointances, ses options, ses convictions politiques faisaient de lui le serviteur de l’Algérie. Si clan il y a, le clan de Liamine Zéroual est celui de l’Algérie, de toute l’Algérie, mais seulement de l’Algérie. Pour le surplus, ce n’est pas Liamine Zéroual qui ramena Betchine à la Présidence, au motif qu’il avait besoin de lui pour faire barrage aux clans et factions rivaux.

Le président Zéroual, coopté par l’institution militaire (dominée alors par les éradicateurs), n’allait tout de même pas remercier ses mentors de circonstance en leur faisant adouber un homme qui allait se retourner contre eux (ce n’est pas du tout ce que suggère Mili, certes, mais c’est là une croyance très répandue dans l’opinion publique, mais qui est totalement controuvée). C’est un général, aujourd’hui très puissant, qui a suggéré au président de l’Etat de s’attacher les services de l’ancien patron de la DGPS (ascendant direct du DRS), afin que celui-ci lui prête main-forte pour gérer une période particulièrement tourmentée et incertaine et il l’a fait, semble-t-il de bonne foi, pour soulager le fardeau de Liamine Zéroual.

Il est exact que le général Betchine appréciait beaucoup Liamine Zéroual (il est difficile de ne pas céder au charme de cet homme, comme ce fut le cas de beaucoup de ses hôtes étrangers et non des moindres) et la réciproque devait être sans doute exacte (en partie parce que l’ancien ministre-conseiller impressionnait par son courage et son ignorance de la peur et en partie parce que sa part d’ombre n’avait pas été éventée par le président). Enfin, il est utile de savoir que le président Zéroual comptait s’adosser à des personnalités d’envergure pour transformer en profondeur la société algérienne.

Le regretté Fodil Saïdi ; Hocine Benhadid ; Ali Benflis, pour son bilan remarquable à la justice ; le regretté Mohamed-Salah Mentouri qui avait fait du CNES un irremplaçable outil d’aide à la décision et qui était pressenti pour devenir chef du gouvernement ; Nazim Zouiouèche, pour son bilan à la tête de Sonatrach et sa vision prospective de la politique énergétique ; Abdelwahab Keramane, pour sa gestion scrupuleuse des équilibres macroéconomiques, etc. Tôt ou tard, le général Betchine aurait fait les frais des réformes substantielles que Liamine Zéroual voulait engager mais contre lesquelles des forces centrifuges représentées par des hommes aujourd’hui disparus (et ayant ainsi, de ce fait, pu échapper à la justice des hommes, mais sûrement pas à celle de Dieu) se sont dressés, afin que le flambeau fût transmis à une personnalité qui s’était habilement tenue à l’écart de la tragédie algérienne.
http://www.elwatan.com/contributions/un ... 79_120.php


saf
Raqib Awal (رقيب أول)
Raqib Awal (رقيب أول)
Algeria
Messages : 600
Inscription : 02 avril 2012, 13:42

Re: Post-it: Les Héros de L'ANP

Message par saf » 01 janvier 2013, 19:23

Image

Répondre

Revenir à « Histoire Militaire Algérienne »