Post-it: Les Héros de La Résistance Algérienne [1830-1962]

De l'époque numide aux temps modernes.
Répondre

AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de La Résistance Algérienne [1830-196

Message par AAF 2020 » 04 décembre 2016, 19:02

Cherchell : Le moudjahid Ghebalou H’Mimed nous quitte.

Image
Dans la matinée du dimanche 04 décembre 2016, le moudjahid Ghebalou Ahmed connu sous le nom de H’Mimed a tiré sa révérence à l’âge de 80 ans, alors qu’il se trouvait à l’hôpital militaire de Ain-Nâadja (Alger).

Relater la vie de ce héros qui avait préféré raser les murs après l’Indépendance nécessite plusieurs pages. Ancien médersien, H’Mimed avait rejoint les rangs de l’ALN alors qu’il était lycéen. Le défunt n’avait pas pu retenir ses larmes d’émotion en ce mois de mai 2013 au centre l’ONCi de Chenoua (Tipasa), quand il avait vu Gaid Tahar se rapprochait de lui. En effet, le frère de Malika Gaid était le coordinateur des 05 cellules estudiantines qui militaient dans la clandestinité à Alger.

L’engagement pour la cause nationale de Ghebalou H’Mimed avait commencé à partir de 1950. Gaid Tahar a renoué les contacts avec Ghebalou H’Mimed en 2013, après leur dernière réunion tenue le 23 octobre 1954 dans le local de Lounici enfoui dans la Casbah d’Alger. Dès son jeune âge, il avait côtoyé les grandes personnes historiques de la Révolution algérienne. Il n’avait pas cessé de nous rappeler le rôle de Abane Ramdane, de Zighout Youcef, de Mohamed Seddik Benyahia, de Sâad Dahlab, de Amara Rachid durant les débuts de la guerre de libération nationale.

Le défunt H’Mimed faisait partie du groupe de lycéens (Lounici, Aouchiche Omar, Ali Lamraoui, Mahmoud Lamraoui, Hocine Mâabout, Amara Rachid, Saci Boulefâa, Boudissa, Meriem Benmihoub, Houria Bâaziz, Fadhéla Mesli, Touati Ahmed, Zoulikha Bekkadour,Saber Mustapha) choisis par l’architecte de la Révolution algérienne, Abane Ramdane, pour rejoindre les maquis, afin de connaître la réaction des moudjahidines qui se trouvaient déjà au maquis. Cela s’est déroulé avant l’appel du 19 mai 1956.

C’est le chauffeur de Abane Ramdane qui avait été chargé de transporter Amara Rachid, H’Mimed, Boudissa et Saci Boulefâa vers les maquis de Hammam Melouane (Blida). Ils avaient été accueillis par Ouamrane, Sadek Dehiles et Benyoucef Krili. Le coordinateur Gaid Tahar avait été arrêté par les forces coloniales. Ghebalou H’Mimed n’avait pas cessé de nous parler de Si M’hamed Bouguerra, et Si Mohamed Bounâama. Il avait été chargé par les responsables de l’ALN d’installer des responsables pour diriger les réseaux de liaisons entre les maquis et les villes, au niveau de la partie Ouest de la wilaya de Tipasa.

H’Mimed avait accompli sa mission avant la tenue du Congrès de la Soummam. Il avait échappé à la mort durant ses périples pendant la lutte armée. Animé par l’amour pour sa patrie, même au moment où les forces coloniales exerçaient une pression inhumaine dans les maquis et dans les villes pour étouffer les actions des moudjahidines, Ghebalou H’Mimed était arrivé à désigner une femme, Yamina Oudaï, à la tête d’une organisation politico-militaire dans la zone allant de Menaceur jusqu’à Hadjret-Ennous.

« Ecoutes, il faut que je te parle de l’utilisation du modèle mathématique dans les renseignements qu’un grand moudjahid de Blida utilisait durant la lutte armée, l’Algérie avait des génies, j’espère me rétablir pour que tu puisses prendre les notes », conclut-il. C’était dans la soirée du 31 octobre au 1er novembre 2016. Son état de santé ne s’est pas amélioré. Son vœu sera exaucé. Il sera enterré ce lundi 05 décembre dans les monts de Menaceur.

Les ingrats peuvent se frotter les mains, notamment ceux qui sont en possession de ses documents manuscrits. « Je vais les récupérer » nous avait-il dit. H’Mimed avait dirigé l’Institut des études nucléaires d’Alger en sa qualité de Docteur en physique avec le grade de lieutenant-colonel de l’ANP. H’Mimed ne disposait même pas d’une carte d’adhérents à l’O.N.M. Sacré moudjahid.
http://www.elwatan.com/actualite/cherch ... 54_109.php

Avatar de l’utilisateur

algerie
Aqid (عقيد)
Aqid (عقيد)
Algeria
Messages : 6737
Inscription : 14 janvier 2015, 21:31

Re: Post-it: Les Héros de La Résistance Algérienne [1830-196

Message par algerie » 05 décembre 2016, 01:04

oumayr


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de La Résistance Algérienne [1830-196

Message par AAF 2020 » 06 décembre 2016, 14:27

Zoom sur l'affaire du détournement de l'avion d'Air Atlas le 22 octobre 1956

Image
En marge du colloque organisé les 4 et 5 décembre 2016 à Tlemcen, à l'occasion du centenaire de la naissance du premier président de l'Algérie indépendante, feu le Président Ahmed Ben Bella, nous avons recueilli le témoignage du moudjahid, le professeur Amine Damerdji, frère du chahid le docteur Tidjani Damerdji, sur un épisode particulier de la vie militante de l'ancien président, à savoir le détournement de l'avion d'Air Atlas, le 22 octobre 1956, un appareil navigant sous pavillon marocain, dans lequel se trouvait Ahmed Ben Bella en compagnie de quatre de ses frères de combat: Mohammed Boudiaf, Hocine Ait Ahmed, Mohammed Khider et Mostefa Lacheraf.

Cet acte de piraterie aérienne commis par l'armée française a modifié le cours de la guerre de Libération nationale et a été, selon le mot de Ben Bella lui-même, "un accélérateur de l'Histoire". Au contraire de la propagande coloniale qui a voulu y voir plutôt "la mort de la rébellion algérienne, puisqu'on venait de lui couper la tête"


Au milieu de cette journée du 22 octobre 1956 donc, et quelques heures après le décollage de cet appareil d'Air Atlas à partir de la capitale marocaine Rabat, l'avion officiel dans lequel avait pris place le roi Mohammed V décolla lui aussi de Rabat à destination de Tunis. Dans la capitale tunisienne, le souverain marocain devait rejoindre le président tunisien Habib Bourguiba avec lequel il allait entamer une mission de "bons offices" entre le président de la république française de l'époque, René Coty, son premier ministre socialiste Guy Mollet (dont le programme de gouvernement était la recherche d'une paix négociée en Algérie) et des responsables de la Révolution algérienne.

Sur le tarmac de cet aéroport de Rabat, ce 22 octobre, une foule en liesse de plusieurs centaines d'Algériens établis dans la région (mais aussi des Marocains) s'étaient massés pour saluer le départ de Ben Bella et de ses quatre compagnons qui allaient s'envoler, à bord de cet avion d'Air Atlas, vers Tunis. L'espoir de ces patriotes algériens était grand quant aux résultats des négociations que les responsables de la Révolution allaient engager dans la capitale tunisienne et qui pouvaient aboutir à terme à "l'émancipation" de leur pays. En gros, le plan qui devait être discuté à Tunis prévoyait une "autonomie" de l'Algérie pendant une durée de 10 ans, avant son indépendance totale.

Parmi ces Algériens présents ce jour-là en masse, sur le tarmac de l'aéroport marocain, il ne reste, selon le professeur Amine Damerdji, et à sa connaissance, qu'un seul témoin en vie, en l'occurrence M. Fadel Bouayed qui vit actuellement à Alger.

Pendant que Ahmed Ben Bella s'apprêtait à monter, en même temps que ses quatre compagnons, dans l'appareil d'Air Atlas en empruntant la passerelle, un Algérien établi à Salé, et qui exerçait le métier d'interprète au Maroc, Abdelkader Rahal, l'interpella soudain avec ces mots: "daouaa makhdouaa!" ( "il y a de la trahison dans l'air"). Ben Bella montra sur son visage une certaine irritation puis s'engouffra à l'intérieur de l'avion qui fit cap, dans un premier temps, en direction de Palma de Majorque (dans les Iles Baléares) sur sa route vers Tunis. Mais il fut arraisonné à mi-chemin entre ces deux villes par des avions de chasse de l'armée coloniale qui l'obligèrent à atterrir à Alger.

La suite des événements a montré que l'avertissement qu'adressa ce jour-là Abdelkader Rahal à Ben Bella, était fondé puisque non seulement les services de renseignement français étaient au courant de la mission des célèbres occupants de l'appareil d'Air Atlas, mais également les irréductibles de la colonisation (rétifs à tout dialogue avec les nationalistes) ainsi que, comme le suggérèrent plus tard certains observateurs, des personnages-clefs de cette péripétie de la guerre d'Algérie, comme le prince héritier Hassan 2, qui a été peut-être "mis au parfum" de ce qui se tramait à Paris, dans des officines occultes, pour détourner l'avion d'Air Atlas et arrêter les responsables algériens.

Dans la nuit du 22 au 23 octobre 1956, donc juste après le détournement de cet appareil, le roi Mohammed V appela au téléphone, à partir de Tunis où il était arrivé quelques heures plus tôt, le président français René Coty (qui était, dit-on, en pyjama !) pour dénoncer l'acte de piraterie aérienne inqualifiable qui venait de se produire et proposa d'envoyer à Paris son propre fils, le prince héritier Hassan 2, en échange des cinq responsables algériens qui ont été fait prisonniers. Il précisa qu'il les considérait comme ses invités et donc sous sa protection ! Le président Coty appela son ministre Max Lejeune, un adversaire acharné de l'indépendance de l'Algérie, qui refusa de les libérer arguant "qu'il les considérait comme de dangereux "terroristes". Impuissant, René Coty déclara alors qu'il se sentait déshonoré et considérait que la France l'était aussi ! Le lendemain du rapt de l'avion d'Air Atlas, des manifestations populaires eurent lieu au Maroc pour dénoncer cet acte de terrorisme d'Etat.(terrorisme peut ici être écrit sans guillemets)

Après l'atterrissage forcé à Alger de l'avion transportant les cinq chefs de la Révolution, le général Lorillot (qui commandait la garnison au niveau de la Capitale) voulait les faire passer, disent certains, devant un tribunal militaire et les exécuter. Mais, révèle le professeur Amine Damerdji, un geste héroïque, accompli 12 ans plus tôt par Ahmed Ben Bella, contribua à lui sauver la vie (ainsi qu'à ses quatre compagnons d'infortune).

"En juin 1944, lors de la célèbre bataille de Monte Cassino en Italie, le capitaine Offel de Villancourt, qui dirigeait les soldats nord-africains engagés au côté des forces des Alliés pour combattre l'armée nazie et les troupes fascistes de Mussolini, fut grièvement blessé, raconte le professeur Damerdji. Et c'est le jeune Ahmed Ben Bella (qui participait à cette bataille décisive de la seconde Guerre mondiale) qui alla à son secours et le ramena à une base arrière, lui permettant d'être soigné et finalement de sauver sa vie".

"Aussi, après l'arraisonnement de l'avion d'Air Atlas, ce même capitaine Offel de Villancourt (qui avait pris entre temps sa retraite) adressa un télex au général Lorrillot, lui disant que "s'il touchait un cheveu de Ben Bella, il allait venir à Alger lui mettre une balle dans la tempe".

Ce télex du capitaine Offel de Villancourt, même s'il n'a pas décidé du sort des cinq otages algériens, montre en tout cas le respect que suscitait chez ceux qui l'ont côtoyé, le courage et la bravoure du premier président de l'Algérie indépendante.

Le professeur Amine Damerdji révèle également que "c'est le docteur Tidjani Damerdji qui était initialement membre de la délégation qui devait partir à Tunis, ce 22 octobre 1956, en compagnie d'Ait Ahmed, Mohammed Boudiaf, Mohammed Khider et Ahmed Ben Bella. Le docteur Tidjani Damerdji était, durant cette période, le président de la fédération des Algériens du Maroc. Mais au bas de la passerelle, un ministre marocain lui barra le chemin en lui disant: "Ya hakem (monsieur le médecin) cet avion n'est pas pour vous".

La question qui s'impose, dans ce cas de figure, est la suivante : quel était son but si effectivement ce ministre marocain est intervenu ? Le chahid docteur Tidjani Damerdji mourut en héros en avril 1957, en traversant la ligne Morice, au nord d'Oujda. Il avait quelques mois plus tôt fermé sa clinique à Rabat et décidé de rentrer dans son pays pour participer à la lutte armée.
https://www.algerie1.com/focus/zoom-sur ... tobre-1956


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de La Résistance Algérienne [1830-196

Message par AAF 2020 » 12 décembre 2016, 07:37

Un nombre d’unités de l’ANP baptisées aux noms de Chouhada de la Révolution de Novembre
Rappeler aux jeunes générations les gloires de leurs aïeux pour en faire un exemple à suivre, est l’un des nobles objectifs que le Haut Commandement de l’Armée Nationale Populaire œuvre inlassablement à atteindre et maintenir. Dans ce cadre, et en commémoration du 56e anniversaire des Manifestations du 11 Décembre 1960, le Général-major Athamnia Amar, Commandant de la 5e Région Militaire a supervisé, aujourd’hui dimanche 11 décembre 2016, la cérémonie de baptisation de l’Etablissement Régional de Maintenance des Transmissions au nom du Chahid BOUZIANE Ahcen, et du 95e Régiment de Transmissions au nom du Chahid HEDJADJ Bachir.
ImageImage
En 1e Région Militaire, le Centre d’Instruction de l’Artillerie de Campagne de Bousaada a été baptisé Chahid BENNOUI Ali, lors d’une cérémonie présidée par le Général Haddad Noureddine Chef d’Etat-Major de la Région.
ImageImage
Les différentes cérémonies ont eu lieu en présence d’autorités militaires et civiles, ainsi que des familles des Chouhada auxquelles un hommage a été rendu en l’occasion
ImageImage
http://www.mdn.dz/site_principal/index.php?L=fr#


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de La Résistance Algérienne [1830-196

Message par AAF 2020 » 20 décembre 2016, 18:28

MILA : LE CINQUIEME REGIMENT DE TRANSPORT DE TELEGHMA BAPTISE CHAHID ABDALLAH BELBEL

MILA - Le cinquième régiment de Transport et Circulation de Teleghma (Mila) a été baptisé, lundi, au nom du chahid Abdallah Belbel au cours d’une cérémonie présidée par le général Abdelhakim Meraghni, chef d’état-major de la 5ème région militaire.

Accompagné d’officiers supérieurs et de cadres de l’Armée nationale populaire (ANP), le général Abdelhakim Meraghni qui présidait cette cérémonie au nom du général-major commandant de la 5ème région militaire, a dévoilé la plaque portant le nom du chahid Abdallah Belbel, placée à l’entrée de la bâtisse militaire.

Le commandant du régiment, le colonel Djaârid Bouchrit, après avoir retracé le parcours du martyr et mis en relief ses qualités, a rappelé que cette action s’inscrit dans le cadre de la décision du ministère de la Défense nationale (MDN) portant baptisation des structures de l’ANP de noms de moudjahidine et de martyrs de la Révolution.

La cérémonie de baptisation a offert l’occasion au chef d’état-major de la 5ème RM d’honorer, au nom de l’ANP, des membres de la famille du chahid. Né 1910 à Teleghma , Abdallah Belbel a adhéré dés son plus jeune âge au mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques (MTLD), avant de rejoindre en 1954 les rangs de l’Armée de libération nationale (ALN) avec qui il participa à de nombreuses batailles et offensives contre les forces coloniales. Abdallah Belbel est tombé au champ d’honneur le 15 février 1960, à l’âge de 50 ans
http://www.constantine-aps.dz/spip.php?article42460


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de La Résistance Algérienne [1830-196

Message par AAF 2020 » 26 décembre 2016, 18:39

L’unité de production de Sedrata baptisée au nom du "Défunt Moudjahid Mchentel Saleh"

Dans le cadre de la baptisation des édifices et des structures relevant du Ministère de la Défense Nationale aux noms de nos vaillants Chouhada et Moudjahidine de la Glorieuse Révolution, et en exécution de la décision du haut commandement de l'Armée Nationale Populaire, il a été procédé, aujourd'hui le 26 décembre 2016, à la baptisation de l'unité de production de Sedrata/ 5e Région Militaire au nom du défunt Moudjahid Mchnetal Salah, lors d'une cérémonie présidée, au nom du Général-Major, Commandant de la 5ème Région Militaire, par Monsieur le Général Rahmania Mohamed, Directeur Général de l'Etablissement des Réalisations Industrielles de Seriana,.

Cette cérémonie a eu lieu en présence d'officiers, de cadres et des autorités locales, et s'est clôturée par la remise de cadeaux symboliques à la famille du défunt Moudjahid.
ImageImage

http://www.mdn.dz/site_principal/index.php?L=fr#


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de La Résistance Algérienne [1830-196

Message par AAF 2020 » 28 décembre 2016, 16:19

BAPTISATION DU 15ÈME REGIMENT D'ARTILLERIE COTIERE AU NOM DU CHAHID AHCENE SAAD-ELLAH


En célébration de la mémoire glorieuse de nos grands Chouhada et nos héros Moudjahidine et conformément à la décision du Haut Commandement de l'Armée Nationale Populaire, il a été procédé aujourd'hui Mercredi 21 Décembre 2016, à la baptisation du siège du 15ème Régiment d'Artillerie Côtière de la Façade Maritme Est /Cinquième Région Militaire au nom du Chahid AHCENE SAAD-ELLAH dit « MOULOUD », lors d'une cérémonie présidée par le Général, MAALAOUI Salah ,Commandant de la Façade Maritime Est.

Cette cérémonie a eu lieu en présence d'officiers, de cadres et d'autorités locales ainsi que d'un nombre de compagnons d'arme du Chahid, et a été clôturée par un hommage rendu à sa famille.
http://www.mdn.dz/site_cfn/index.php?L=fr&P=evenement#


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de La Résistance Algérienne [1830-196

Message par AAF 2020 » 28 décembre 2016, 16:47

Oran: hommage posthume au moudjahid Hadj-Moussa Akhamokh (1921-2005)

Image
Rencontre commémorant la 11e année de la disparition du moudjahid Hadj-Moussa Akhamokh: allocution du Commandant de l'ESAM, le général Hamid Meftah
ORAN - La dimension patriotique du moudjahid Hadj-Moussa Akhamokh (1921-2005) a été mise en relief mercredi à Oran lors d'une rencontre commémorant la 11ème année de sa disparition, organisée à l'Ecole supérieure de l'administration militaire (ESAM) en coordination avec l'association "Mechaal Echahid".

"Le moudjahid Hadj-Moussa Akhamokh s'est illustré tant par sa contribution à la lutte de libération nationale que par sa participation à l'édification du pays au lendemain de l'indépendance", a souligné le Commandant de l'ESAM, le général Hamid Meftah dans une allocution prononcée à l'ouverture de la commémoration.

Cette rencontre intervient en application des instructions du général de corps d'armée Gaid Ahmed Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, a indiqué le commandant de l'ESAM en rappelant que son établissement a été baptisé du nom du regretté moudjahid le 19 mars 2014.

"L'ESAM est fière de porter le nom de cette grande personnalité algérienne", a-t-il fait valoir, ajoutant que "l'évocation du parcours de ce moudjahid contribue à la préservation de la Mémoire de la nation".

La cérémonie commémorative s'est tenue en présence du fils du défunt, le sénateur Mohamed Akhamokh, du président de l'association "Mechaal Echahid", Mohamed Abbad et de l'historien Mohamed-Lahcen Zeghidi qui a animé une conférence mettant en exergue le parcours du défunt moudjahid.

De nombreux étudiants et cadres de l'ESAM ont suivi la communication de l'historien qui a mis l'accent sur le rôle joué par Hadj-Moussa Akhamokh durant la lutte de libération nationale, notamment pour la préservation de l'intégrité territoriale du pays.

"Le défunt moudjahid était intraitable autour de la question territoriale", a relevé M. Zeghidi, évoquant à ce titre "le rejet catégorique par Hadj-Moussa Akhamokh et son frère Bey du projet de partition du pays, proposé par les autorités coloniales à deux reprises, en 1956 et en 1960".

Durant la guerre de libération nationale, il présida le premier comité des révolutionnaires de la région de l'Ahaggar. A l'indépendance, Hadj-Moussa Akhamokh devint l’amenokal des Touaregs, qualité de chef spirituel assumée auparavant par son père puis par son frère Bey. Il fut aussi élu député à l’Assemblée populaire nationale (APN) durant trois mandats successifs (1977-1992), membre du Conseil consultatif national (1992-1993), puis sénateur (1993-1994).

Le moudjahid est décédé le 28 décembre 2005, plusieurs années après s'être retiré de la scène politique pour des raisons de santé.
http://www.aps.dz/regions/51153-oran-ho ... -1921-2005


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de La Résistance Algérienne [1830-196

Message par AAF 2020 » 11 janvier 2017, 18:46

Le Centre d’Instruction du Génie à Béjaïa baptisé Chahid Bachir TOUATI

En exécution de la décision du Haut Commandement de l'Armée Nationale Populaire d'attribuer aux structures et unités de l'Armée Nationale Populaire des noms de Chouhada de la Glorieuse révolution de Novembre, Monsieur le Général Chef d'Etat-Major de la 5e Région Militaire a supervisé, aujourd'hui 11 janvier 2017, la cérémonie de baptisation du Centre d'Instruction du Génie à Béjaïa au nom du ChahidBachir TOUATI.
ImageImage
La cérémonie qui a eu lieu en présence d'Officiers, de cadres et des autorités locales de Béjaïa s'est clôturée par un hommage rendu à la famille du Chahid.
ImageImage
http://www.mdn.dz/site_principal/index.php?L=fr#


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de La Résistance Algérienne [1830-196

Message par AAF 2020 » 11 janvier 2017, 20:21

Il y a un an décédait brahim chergui : Il était au cœur de la Bataille d’Alger

Image
Il y a un an, le 7 janvier 2016, nous quittait Brahim Chergui, à l’âge de 94 ans. Militant de la cause nationale, Brahim a consacré sa vie à la lutte pour la Libération nationale.
Du PPA, qu’il intégra au début des années 1940, au MTLD, puis au FLN, Si Hmida (son nom de guerre) s’affirma comme comme un dirigeant déterminé, qui allait prêcher la bonne parole révolutionnaire au gré des mutations décidées par le parti. Depuis sa naissance en 1922 à Aïn El Khadra, dans la wilaya de M’sila, jusqu’à sa retraite politique en 1962, Chergui a gardé les mêmes valeurs pour lesquelles il a combattu.

«Les hommes passent, les faits restent et l’histoire retient», avait-il l’habitude de dire lors de nos rencontres régulières, au café Tlemçani, aux côtés d’amis communs, non moins illustres, comme Sid Ali Abdelhamid, Sadek Keramane, Hachem Malek, Zahir Ihadadène, Mourad Benabou, Sid Ali Bouzourène, Mohamed Salah Benslama, qui vient de nous quitter tout récemment, Belloumi, Baha...

Chergui n’était pas du genre à se vanter de son parcours en s’accordant une quelconque gloire bien que largement méritée, eu égard à son itinéraire et à ses luttes continues. Homme discret et réservé, il n’aimait pas les feux de la rampe. Il a fallu beaucoup de patience et d’abnégation à ses amis pour le convaincre à écrire ses mémoires qu’il a consignés dans un livre, Au cœur de la Bataille d’Alger, paru en 2012 aux éditions Dahlab et auquel j’ai contribué. J’ai vu une lueur de bonheur dans ses yeux lorsque le livre est sorti.

Dans cet ouvrage-témoignage, on découvre des facettes peu connues, comme les déclarations du tristement célèbre général Bigeard, chef du 3e régiment des «paras» et l’ex-lieutenant, Jacques Allaire, celui-là même qui a participé à l’arrestation de Si Brahim le 24 février 1957. Ces deux militaires affirment sans ambages que Si Brahim n’a jamais indiqué la cache de son ami Ben M’hidi, arrêté la veille.

Cette précision est importante et met fin à une rumeur malfaisante. Chergui, nonobstant son activité multiforme au PPA/MTLD, était le responsable politique de la Zone autonome et assurait la liaison du Comité de coordination et d’exécution, composé de Krim, Ben M’hidi, Abane, Ben Khedda et Saâd Dahleb. Si Brahim évoque quelques péripéties de son parcours à travers une belle leçon d’histoire sur le mouvement national, non sans une vision critique des événements qui se sont succédé durant la deuxième moitié du siècle dernier
http://www.elwatan.com/hebdo/histoire/i ... 07_161.php


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de La Résistance Algérienne [1830-196

Message par AAF 2020 » 31 janvier 2017, 15:29

L’Etablissement de Rénovation du Matériel Aéronautique baptisé au nom du Chahid Abdelaziz Sid Ahmed
Par loyauté aux héros de l’Algérie tombés au champ d’honneur lors de la Glorieuse Guerre de Libération Nationale, et en commémoration du 40e anniversaire de la création de l’Etablissement de Rénovation du Matériel Aéronautique/ 1°RM , le Commandant de La 1e Région Militaire, Monsieur le Général-Major Habib Chentouf a présidé, au nom du Haut Commandement de l’Armée Nationale Populaire, aujourd’hui mardi 31 janvier 2017, la cérémonie de baptisation de l’Etablissement de Rénovation du Matériel Aéronautique/ Dar-El-Beida/ 1°RM au nom du Chahid Abdelaziz Sid Ahmed, en présence des autorités civiles et militaires et des membres de la famille révolutionnaire et de la famille du martyr.
ImageImage
A l’issue de la cérémonie, le Général-Major, Commandant de la 1e Région Militaire a honoré la famille de l’héros Chahid Abdelaziz Sid Ahmed.
ImageImage
Le Chahid Abdelaziz Sid Ahmed est né le 20 septembre 1938 à El-Biar à Alger dans une famille de classe moyenne, Il a rejoint l’Organisation Civile du Front de Libération Nationale, la cellule d’Oued Romane, où il a mené plusieurs opérations commandos. Il a rejoint les rangs de l’Armée de Libération Nationale en 1958, au niveau de la zone (06) relevant de la wilaya (04), où il a participé à plusieurs batailles contre l’occupant français. Il est tombé au champ d’honneur à la fin de 1960.
http://www.mdn.dz/site_principal/index.php?L=fr#


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de La Résistance Algérienne [1830-196

Message par AAF 2020 » 02 février 2017, 10:57

28 janvier - 4 février 1957 : La grève des huit jours : un tournant de la guerre

Image
La 28 janvier 1957, les Algériens étaient appelés à observer «une grève générale de huit jours sur l’ensemble du territoire national algérien à l’occasion du débat à l’ONU sur la question algérienne. Il est indispensable — souligne le communiqué du CCE, Comité de coordination et d’exécution du FLN — que le peuple algérien unanime fasse une démonstration de sa volonté de liberté et d’indépendance»(1).
Il était clairement attendu du peuple algérien, à l’occasion, «l’adhésion totale qu’il manifeste au FLN, son unique et authentique représentant»(2).

Si l’inscription de la question algérienne à l’ONU — il s’agissait, entre autres, d’appuyer l’initiative du groupe afro-asisatique qui sollicitait le débat sur la question — apparaît bien comme l’embrayeur immédiat de l’appel à la grève, celui-ci procède d’abord de l’aggravation de l’état de guerre dont le vote, en mars 1956 des pouvoirs spéciaux, constitue l’un des tournants décisifs. C’est, en effet, au titre de ces pouvoirs spéciaux que Robert Lacoste, ministre résident à Alger, fait attribuer à la XXe division de parachutistes du général Massu l’ensemble des pouvoirs de police sur le territoire de la capitale. Cette même unité de l’armée française revenait de l’expédition, qui avait tourné court, contre le régime du Colonel Nasser coupable aux yeux de la coalition triangulaire — Grande-Bretagne, France, Israël — d’avoir nationalisé le canal de Suez et pour les autorités françaises d’être le soutien du FLN.

Dans une correspondance datée du 24 juillet 1956, Abane Ramdane relève qu’«en réalité, il s’agit pour Lacoste et son gouvernement d’obtenir une victoire militaire pour imposer leur loi avant la session de novembre de l’ONU», qui appelle aussi à la vigilance quant aux contacts avec les autorités françaises «car le gouvernement est encore loin du dialogue. Au contraire, il accentue la répression alors qu’il fait croire à une amorce de détente».(3)

1- L’inscription de la question algérienne à l’ONU

L’intérêt de l’inscription de la question algérienne à l’ordre du jour de la XIe session des Nations unies procède de la nécessité pour la direction du Front d’assurer une internationalisation qui batte définitivement en brèche les thèses du gouvernement français sur une dimension interne du conflit et du refus d’une ingérence extérieure.

Pour rappel, la première tentative de saisine de l’ONU de la question algérienne date de septembre 1955 sous la forme d’un mémoire adressé au secrétaire général de l’Organisation par Messali Hadj, président du MNA (Mouvement national algérien) qui souligne : «Les dramatiques événements qui mettent aux prises sur le territoire de l’Algérie les forces armées françaises au peuple algérien», et précise que «depuis novembre 1954, le peuple algérien (…) s’est vu contraint de passer à l’action» (c’est moi qui souligne). Cette démarche, explique Messali Hadj, émane du «MNA représentant authentique et légitime de la nation algérienne».(4)

Le 25 novembre 1955, l’assemblée générale de l’ONU décide de «ne pas poursuivre l’examen du point de son ordre du jour» consacré à la question algérienne. Cette décision intervient aussi au lendemain de la spectaculaire sortie du ministre français des Affaires étrangères, Antoine Pinay, quittant les travaux de la session et martelant la menace de la France de quitter l’ONU.
Le FLN dispose, de son côté, à compter d’avril 1956, d’un bureau à New York, installé par Hocine Aït Ahmed et où devraient s’illustrer M’hamed Yazid, Abdelkader Chanderli, Toufik Bouattoura. C’est dans ce contexte que le CCE, réuni en novembre 1956, en son siège du 133, Bd Télemly, évalue la situation dans le pays et conclut à la nécessité d’une action d’envergure. «Il nous fallait engager une action qui, par sa portée, aurait un retentissement considérable sur l’opinion à la fois en Algérie, en France et dans le monde», note Benyoussef Benkhedda.(5)
http://www.elwatan.com/hebdo/histoire/l ... 97_161.php


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de La Résistance Algérienne [1830-196

Message par AAF 2020 » 18 février 2017, 09:07

Baptisation de la plateforme de Blida de la Premiere région militaire du nom du chahid Ouzri Belkacem


BLIDA - La plateforme de Blida de la Premiere région militaire (PRM de Blida) a été baptisée jeudi du nom du chahid Ouzri Belkacem, lors d’une cérémonie présidée par le commandant de la PRM, le général-major Habib Chentouf.

http://www.aps.dz/les-breves/breves-reg ... i-belkacem


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de La Résistance Algérienne [1830-196

Message par AAF 2020 » 19 février 2017, 19:07

Ouargla.. le siège du 4e RTC baptisé au nom du Chahid Khelfaoui Lhadj

En célébration de la Journée du Chahid, et en exécution de la décision du Haut Commandement de l’Armée Nationale Populaire, le Général-Major Cherif Abderezzak Commandant de la 4e Région Militaire a supervisé, aujourd’hui dimanche 19 février 2017, la cérémonie de baptisation du 4e Régiment du Transport et de la Circulation/ 4e RM au nom du Chahid Khelfaoui Lhadj.
ImageImage
La cérémonie a eu lieu en présence de cadres de la 4e Région Militaire, des autorités locales ainsi qu’un nombre de Moudjahidine compagnons d’arme du Chahid.
Image
Image
A l’issue de la cérémonie, un hommage a été rendu à la famille du Chahid.
http://www.mdn.dz/site_principal/index.php?L=fr#


AAF 2020
Amid (عميد)
Amid (عميد)
Algeria
Messages : 11856
Inscription : 30 mars 2012, 16:23

Re: Post-it: Les Héros de La Résistance Algérienne [1830-196

Message par AAF 2020 » 24 février 2017, 20:50

Le Commandant de la 4ème RM préside les cérémonies de baptisation de sièges de structures militaires à Ouargla

En commémoration du 46ème anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, le siège du 22ème Groupement d’Intervention de la Gendarmerie Nationale a été baptisé, aujourd’hui 24 février 2017,au nom du Haut Commandement de L’Armée Nationale Populaire, au nom du Chahid Ben Guettane Essayah, lors d’une cérémonie présidée par le Général-Major Chérif Abderazzak, Commandant de la 4ème Région Militaire, en présence d’officiers et de cadres de la Région, d’autorités locales de la wilaya d’Ouargla et un nombre de Moudjahidine et de compagnons d’armes du valeureux martyr. A l’issue, un hommage a été rendu à la famille du Chahid.
ImageImage
Le Général-Major Chérif Abderazzak, Commandant de la 4ème Région Militaire, a également présidé la cérémonie de baptisation du siège du 41ème Etablissement Ministériel de la Réserve Générale de l’Intendance à Hassi-Messaoud/4ème Région Militaire, au nom du Chahid Kadri Ahmed. De même, la cérémonie a vu la présence d’officiers et de cadres de la Région, d’autorités locales de la wilaya, et des frères d’armes du Chahid, et a été clôturée par un hommage à la famille du martyr.
ImageImage
http://www.mdn.dz/site_principal/index.php?L=fr#

Répondre

Revenir à « Histoire Militaire Algérienne »